Administration des vaccins et gestion des soins

  • FrançaisFrançais



  • Ed Cohen, PharmD, FAPhA : Wes, je pense à certains des commentaires que vous avez faits précédemment sur le fait de fournir des informations et de dire la vérité, et au lieu de mettre en cause le fait qu’ils ne se feront pas vacciner ou ne se feront pas vacciner jusqu’à cet âge, donner cette confiance voter et les renvoyer à un autre fournisseur qui peut et qui donnerait ce vaccin.

    Wesley Nuffer, PharmD, BCPS, CDCES : Absolument, Éd. Pour ce qui est de Lynette, lorsque cette législature d’urgence est sortie, il y avait un bon nombre de groupes de pédiatres et de groupes médicaux qui n’étaient pas favorables à cela en raison de l’importance des visites de santé des enfants et de la crainte que si les patients se faisaient vacciner en dehors de la cabinet du pédiatre, qu’ils ne seraient pas en mesure de faire venir ces patients pour d’autres conversations importantes et nécessaires. Il est important non seulement pour vos patients mais aussi pour notre collaboration interprofessionnelle que nous travaillions avec nos pédiatres et que nous reconnaissions la valeur qu’ils apportent.

    Ce qui me préoccupe, c’est que la formation obligatoire que suivent nos étudiants ne passe pas par les injections à la cuisse. C’est deltoïde et derrière le bras, et ce n’est pas comme ça qu’on vaccine ces jeunes enfants. Chaque fois que nous voulons faire quelque chose en pharmacie, nous voulons le faire bien et correctement. Je suis tout à fait d’accord avec vos pharmaciens, Traci, mais s’ils acceptent d’aller dans cette direction, vous devez avoir une formation qui précise comment injecter les nourrissons. C’est une technique différente de celle que font nos pharmaciens. Il est important de s’assurer que nous le faisons correctement si nous voulons le faire.

    Il faudrait peut-être que les pharmaciens le fassent dans certaines régions rurales. Je détesterais ériger des barrières si ce pharmacien veut suivre cette formation et apprendre à le faire. Mais soyons collaboratifs. Soyons des défenseurs. Bien avant que nous puissions tous vacciner dans 50 États, le plaidoyer était énorme. APhA [American Pharmacists Association] eu ce grand appel que si vous ne vouliez pas être vacciné, pour demander qu’ils se fassent vacciner et leur dire où ils peuvent aller pour le faire. En fin de compte, nous avons tous les mêmes objectifs et intérêts pour nos patients, et nous pouvons travailler en collaboration pour nous assurer que ces choses se produisent.

    Traci Poole, PharmD, BCACP, BCGP : Wes fait un excellent point sur la technique d’administration de la vaccination pour les enfants. Je crois que le PREP [Public Readiness and Emergency Preparedness] Acte requis CE [continuing education] sur la vaccination pédiatrique pour être éligible. Je ne sais pas dans quelle mesure nous nous sommes assurés que cette case est cochée, mais j’ai une certification du conseil de gériatrie. Je ne m’occupe pas souvent des enfants. À votre point de vue, c’est certainement quelque chose que nous voulons bien faire, et nous devons savoir comment le faire. Je mettrais en garde contre ce déploiement massif de « C’est comme si de rien n’était. C’est juste une immunisation », surtout si vous allez immuniser des patients de moins de 3 ans. Parce que ces cabinets de pédiatres et ces infirmières connaissent très bien et sont formés à la façon de les donner, en particulier avec des bébés qui crient. Je ne suis pas sûr d’avoir hâte d’y être.

    Transcription éditée pour plus de clarté.

    Source

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.