Publication d’Oracle VirtualBox 7.0 • Le registre

  • FrançaisFrançais


  • VirtualBox 7.0 est la dernière version de l’hyperviseur FOSS qu’Oracle a acquis avec Sun Microsystems en 2009 – à peine plus d’un an après l’acquisition par Sun des développeurs de VirtualBox, Innovision.

    La nouvelle version ajoute le contrôle à distance des machines virtuelles hébergées dans le cloud et la prise en charge des machines virtuelles chiffrées, bien que pour l’instant, cela ne soit disponible qu’à partir de la ligne de commande. L’interface graphique a été rationalisée, avec une meilleure intégration des messages d’aide et d’erreur et la possibilité de modifier facilement des paramètres tels que le nombre de cœurs de processeur lors de la création de la machine virtuelle.

    Certains autres changements dans son intégration avec les systèmes d’exploitation hôtes sont moins visibles mais devraient s’avérer utiles. Sur macOS, il n’utilise plus les extensions de noyau, s’appuyant entièrement sur les outils d’hyperviseur intégrés du système d’exploitation – nécessaires car macOS 11 et la prise en charge ultérieure obsolète des extensions de noyau tierces. Il existe également une version de prévisualisation pour les Mac basés sur Apple Silicon. Cependant, bien que la version 7 se fera un plaisir installer sur macOS 10.14, ce ne sera pas Cours dessus : 10.15 ou une version plus récente est nécessaire, alors faites attention si vous utilisez toujours Mojave.

    Pour les utilisateurs Windows, la prise en charge UEFI de VirtualBox inclut désormais le démarrage sécurisé et l’émulation des puces TPM 1.2 et 2.0, ce qui aidera à exécuter Windows 11 sur les machines virtuelles. Sur les hôtes Windows, il existe une prise en charge expérimentale de l’exécution en session zéro, ce qui signifie que les machines virtuelles pourront démarrer sans que personne ne se connecte. Sous Windows, Virtualbox 7 utilise DirectX 11 et sur xNix, il utilise un nouveau pilote DXVK pour l’accélération 3D matérielle.

    L’application VirtualBox elle-même est à la fois un logiciel gratuit petit-f et un logiciel gratuit capital-F, tout comme ses ajouts invités facultatifs, qui permettent l’intégration hôte/invité. De nombreuses distributions Linux incluent leurs propres versions des ajouts d’invités, mais si vous les installez à partir de VirtualBox lui-même, la version 7 a un support préliminaire pour les mettre à jour automatiquement dans les invités.

    Bien sûr, d’autres hyperviseurs sont disponibles. Windows a Hyper-V, et si vous utilisez une version de macOS plus récente que ce vautour, il y a UTM. Les opérateurs open source engagés peuvent préférer s’en tenir à KVM et aux outils qui l’utilisent, tels que GNOME Boxes ou VMM (bien que VirtualBox soit sans doute plus flexible que le premier et plus facile à utiliser que le second). Il y a aussi le freeware-mais-pas-FOSS VMware Player. Le gros avantage de VirtualBox est qu’il ressemble et fonctionne de la même manière sur Windows, Linux ou macOS, et les machines virtuelles peuvent être librement déplacées d’un système d’exploitation à un autre.

    La partie à laquelle il faut se méfier est le pack d’extension d’Oracle, qui est apparu avec Virtualbox 4 et contient diverses fonctionnalités. Seul ce composant est propriétaire et Oracle a l’habitude de courir après les utilisateurs pour obtenir des licences de site. Comme la commande minimum est de 100 unités, cela peut vite coûter cher. VirtualBox est complètement fonctionnel sans cela, alors évitez le pack d’extension et tout va bien. ®

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *