Oracle se fait l’écho de la mise en service de Fusion du Home Office britannique au milieu de la restructuration des logiciels d’entreprise à Whitehall

  • FrançaisFrançais


  • En charge de la police, des frontières britanniques et des tribunaux, le Home Office a mis en service Oracle HR dans le cadre de la suite Fusion dans le cloud de Big Red, achevant sa transition vers le logiciel en tant que service alors que le gouvernement modifie ses plans de déménagement. tous les services centraux sur le modèle SaaS pour ERP.

    Le Home Office, qui emploie environ 35000 personnes, avait déjà transféré ses systèmes de finances, d’approvisionnement et de dépenses sur Oracle Fusion et avait prévu de mettre en service les ressources humaines et la paie avant la fin de l’exercice 2020, selon un document de stratégie antérieur du 26. Septembre 2019.

    Jill Hatcher, directrice des ressources humaines, a déclaré dans un communiqué préétabli que le Home Office était l’un des “départements gouvernementaux les plus importants et les plus complexes du Royaume-Uni à avoir migré avec succès l’ensemble de son empreinte financière, commerciale, RH et de paie vers le cloud”.

    “Ce programme a tracé la voie pour que d’autres départements puissent s’appuyer sur notre expérience collective. Cette mise en service est une étape critique dans la fourniture d’une technologie d’entreprise plus centrée sur l’utilisateur et permettant au Home Office d’évoluer continuellement”, a-t-elle déclaré.

    Le Home Office a été nommé pionnier “pour travailler avec les services partagés du gouvernement (GSS) pour développer un plan qui peut ensuite être réutilisé par d’autres ministères ou organismes indépendants comme cadre de migration vers Oracle Cloud”, selon le Document sur la stratégie des services partagés pour le gouvernement 2019, maintenant indisponible sur le site Web du gouvernement, mais mis en cache ici.

    Comme Le registre rapportée, cette stratégie a été retardée alors que le gouvernement a retravaillé ses plans de services partagés.

    Ces plans ont maintenant été mis à jour, avec Matthew Coats, directeur général des services aux entreprises du gouvernement, remplaçant Andy Helliwell, qui avait dirigé le plan de services partagés, mais est parti pour devenir directeur des opérations du groupe de travail COVID-19 du Cabinet Office.

    Glace, image via Shutterstock

    La stratégie ERP cloud du gouvernement britannique semble être en stase après le passage d’un haut fonctionnaire au groupe de travail COVID-19

    LIRE LA SUITE

    Le nouveau plan annoncé plus tôt ce mois-ci [PDF] introduit des changements qui n’ont pas encore été clarifiés par le Cabinet Office, qui dirige le programme de services partagés entre Whitehall.

    Le ministère de l’Intérieur était le premier d’un groupe de départements qui prévoyaient de passer au SaaS en 21/22, un groupe qui comprenait également le Cabinet Office, le Département du travail et des pensions, le Ministère de la justice et le Département de l’environnement, de l’alimentation. et Affaires rurales. Ces départements ont tous leurs installations logicielles d’entreprise Oracle prises en charge par SSCL, une joint-venture gérée par Sopra Steria.

    La nouvelle stratégie prévoit qu’en dehors du Cabinet Office, ces départements agiront en tant que «consortium pour l’acquisition» de logiciels, avec un nouveau fournisseur de services à confirmer. Sous l’égide du centre de services partagés «Delivery», ils devraient converger vers un seul système SaaS pour ERP, bien qu’il soit difficile d’imaginer que ce serait autre chose qu’Oracle.

    «Les départements et la fonction commerciale travailleront ensemble pour offrir un bon rapport qualité-prix en utilisant des cadres centraux et des modèles de tarification nationaux, en stimulant la tension commerciale et en veillant à ce que les centres de services maximisent la technologie, alors que la transformation nous emmène dans le cloud», indique le document stratégique. “La mise en œuvre de l’automatisation et d’un système unique de logiciel en tant que service (SaaS) pour chaque centre permettra de gagner en efficacité.”

    Le MoJ, l’un des départements utilisant la plate-forme d’exploitation unique Oracle, avait en juillet 2020 mis ses palpeurs à la recherche d’offres pour un contrat potentiel de 100 millions de livres sterling pour «la fourniture, la configuration, la mise en œuvre, le support et la maintenance d’une solution ERP SaaS configurée». . L’avis de pré-information (PIN) indiquait que le rôle pourrait durer 10 ans et qu’un avis de marché paraîtrait en août dernier, bien qu’aucune attribution de contrat n’ait été faite.

    Le Cabinet Office, qui dirige la stratégie de services partagés, n’a pas encore précisé si ce marché envisageait des alternatives à Oracle, bien que cela puisse être impensable étant donné que le Home Office a mis en service un nouveau système l’année dernière.

    Le Cabinet Office lui-même, qui fonctionne actuellement sur Oracle, a été démarré hors de ce groupe. Il rejoint le ministère du Trésor, le ministère du Commerce international, le ministère de l’Éducation, le ministère de la Santé et des Affaires sociales (DHSC) et d’autres dans le centre de services partagés «Politique».

    Il devrait également se procurer un seul système ERP SaaS, mais avec ses services constitutifs exécutant actuellement une gamme de systèmes différents, le résultat est loin d’être certain.

    Par exemple, le Cabinet Office est sur Oracle, mais DHSC exécute son système financier sur Microsoft Dynamics 365 et ses finances sur Integra. Cependant, le ministère de l’Éducation gère ses ressources humaines et sa paie sur Workday, mais ses finances sur Microsoft. HM Treasury est sur Oracle. D’une manière ou d’une autre, le ministère des Affaires, de l’Énergie et de la Stratégie industrielle est censé diriger la prise de décision dans ce combat particulier. Il fonctionne actuellement sur Oracle.

    Le revenu et les douanes de Sa Majesté, le Département des transports et le Ministère du logement, des communautés et des collectivités locales sont regroupés dans le centre de services HMRC. Ils utilisent tous actuellement SAP.

    La réinitialisation de la stratégie de septembre 2019 a déclaré que le gouvernement “a actuellement la capacité de soutenir trois fournisseurs de premier niveau (Oracle, SAP et Workday) avec des produits qui répondent aux exigences du gouvernement pour passer au cloud (SaaS)”. Le Cabinet Office n’a pas encore clarifié si la nouvelle stratégie ouvrira l’approvisionnement aux fournisseurs SaaS au-delà de ces trois fournisseurs nommés.

    En avril 2020, le gouvernement a lancé l’acquisition d’un partenaire de livraison «Sop2SaaS» de 15 millions de livres sterling pour l’aider à passer de la plate-forme d’exploitation unique Oracle au SaaS. Cette opportunité est maintenant fermée et aucun contrat n’a été attribué publiquement.

    Quiconque a un sentiment de déjà vu pourrait penser à une stratégie de service partagé annoncée en 2018.

    Où tout cela finira-t-il? Personne ne le pense, bien que Le registre les équipes d’approvisionnement des suspects seront à tout le moins occupées. ®

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *