L’Europe envisage des règles pour faciliter les demandes d’indemnisation liées à l’IA

  • FrançaisFrançais


  • La Commission européenne a proposé mercredi des règles visant à permettre aux Européens de poursuivre plus facilement les entreprises pour les dommages causés par les technologies d’IA qui tournent mal.

    La proposition de directive sur la responsabilité en matière d’IA vise à faire quelques choses. L’un des principaux objectifs est de mettre à jour les lois sur la responsabilité du fait des produits afin qu’elles couvrent efficacement les systèmes d’apprentissage automatique et réduisent la charge de la preuve pour un demandeur d’indemnisation.

    Cela devrait permettre aux gens de réclamer plus facilement une indemnisation, à condition qu’ils puissent prouver que des dommages ont été causés et qu’il est probable qu’un modèle formé soit à blâmer. Cela signifie que quelqu’un pourrait, par exemple, demander une indemnisation s’il pense avoir été victime de discrimination par un logiciel de recrutement basé sur l’IA. La directive ouvre la porte à des demandes d’indemnisation à la suite d’atteintes à la vie privée et de dommages causés par une mauvaise sécurité dans le cadre d’un système d’IA qui a mal tourné.

    Un autre objectif principal est de donner aux gens le droit d’exiger des organisations des détails sur leur utilisation de l’intelligence artificielle pour faciliter les demandes d’indemnisation. Cela dit, les entreprises peuvent fournir la preuve qu’aucun mal n’a été causé par une IA et peuvent s’opposer à la divulgation d’informations sensibles, telles que des secrets commerciaux.

    La directive est également censée donner aux entreprises une compréhension et une garantie claires des règles en matière de responsabilité en matière d’IA, afin qu’elles sachent dans quoi elles s’engagent lorsqu’elles déploient cette technologie, à quoi s’attendre d’un plaignant et comment répondre. Cela devrait donner aux développeurs et aux fabricants une certaine stabilité et encourager – plutôt que décourager – le déploiement de systèmes d’apprentissage automatique, du moins l’espère-t-on.

    Enfin, nous dit-on, la directive harmonisera les règles en Europe sur la responsabilité en matière d’IA. Et oui, c’est un peu vaguement défini pour le moment car il a toujours été étayé dans la législation actuelle.

    “Nous voulons que les technologies de l’IA prospèrent dans l’UE”, a insisté Věra Jourová, vice-présidente pour les valeurs et la transparence, dans un communiqué.

    “Pour que cela se produise, les gens doivent faire confiance aux innovations numériques. Avec la proposition d’aujourd’hui sur la responsabilité civile de l’IA, nous donnons aux clients des outils de recours en cas de dommages causés par l’IA afin qu’ils aient le même niveau de protection qu’avec les technologies traditionnelles et nous assurons certitude pour notre marché intérieur.”

    La directive sur la responsabilité en matière d’IA s’appliquerait à tous les types de dommages couverts par les lois nationales et soutiendrait les réclamations contre toute personne qui “a influencé le système d’IA qui a causé les dommages”, selon une FAQ de la commission.

    “Tout en considérant l’énorme potentiel des nouvelles technologies, nous devons toujours assurer la sécurité des consommateurs”, a déclaré le commissaire à la justice Didier Reynders.

    “Des normes de protection appropriées pour les citoyens de l’UE sont à la base de la confiance des consommateurs et donc d’une innovation réussie. Les nouvelles technologies telles que les drones ou les services de livraison exploités par l’IA ne peuvent fonctionner que lorsque les consommateurs se sentent en sécurité et protégés. Aujourd’hui, nous proposons des règles de responsabilité modernes qui feront juste Nous adaptons notre cadre juridique aux réalités de la transformation numérique.”

    La directive sur la responsabilité liée à l’IA n’est pour l’instant qu’une proposition et doit être débattue, modifiée et adoptée par le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne avant de pouvoir devenir loi. ®

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *