Le département américain de l’énergie accordera 50 millions de dollars pour une usine de fusion en état de marche • The Register

  • FrançaisFrançais


  • Le département américain de l’énergie a annoncé son intention d’octroyer jusqu’à 50 millions de dollars de fonds à des entreprises privées pour développer une usine pilote de fusion (FPP) fonctionnelle d’ici les années 2030.

    On s’attend, ou on espère ou on rêve, que la fusion nucléaire produise d’abondantes quantités d’énergie avec des émissions de carbone nulles ou quasi nulles pendant son fonctionnement. Selon le secrétaire adjoint du DoE, David Turk, et toute autre personne rationnelle, le développement de l’énergie de fusion pourrait être la clé de l’abondance et de la sécurité énergétiques dans le monde.

    “Fusion promet d’être une source d’énergie primaire et d’électricité sans carbone, sûre et abondante, à la demande, avec le potentiel de transformer la façon dont nous produisons et utilisons l’énergie”, a déclaré Turk.

    Turk a ajouté que le secteur privé avait investi près de 5 milliards de dollars dans des projets de fusion. Avec le financement de 50 millions de dollars (sans faute de frappe) du DoE alloué au soutien d’entités à but lucratif, il est probable qu’une partie des fonds se retrouvera entre les mains d’organisations qui ont déjà travaillé à la construction d’usines de fusion fonctionnelles. La Chine, quant à elle, boit notre milk-shake.

    Entités souhaitant soumissionner pour une partie des 50 millions de dollars de financement de la fusion [PDF] peut soumettre des propositions de projets qui mèneront à la conception d’un FPP viable au cours de cette décennie. L’objectif global est d’arriver à un réacteur fonctionnel d’ici le début des années 2030. Le simple fait de le faire fonctionner est une chose, il doit également y avoir des plans pour améliorer les performances de fusion des systèmes proposés afin qu’ils soient fonctionnels sur le plan pratique d’ici la fin des années 2030.

    Les rêves de fusion du DoE sont-ils plausibles ?

    Le DoE prévoit d’attribuer des fonds au fil du temps, jusqu’à un maximum de cinq ans, cette période n’étant subordonnée qu’au respect par les lauréats des premiers jalons qu’ils devront eux-mêmes définir dans leurs offres.

    Le DoE considérera qu’un FPP viable est celui qui peut démontrer “une quantité importante d’électricité de fusion nette pendant trois heures continues ou plus… à un coût d’investissement total qui peut attirer des financements privés”. Le DoE définit la production électrique significative comme étant supérieure à 50 MWe – un objectif très ambitieux compte tenu de ce dont les expériences de fusion de pointe sont actuellement capables.

    Plus tôt ce mois-ci, des scientifiques sud-coréens ont réussi à maintenir une réaction plasma gazeuse à 100 millions de Kelvin pendant 20 secondes sans instabilité – une percée majeure pour la fusion nucléaire, mais loin de 50 MWe d’électricité ou de trois heures de fonctionnement continu.

    En janvier de cette année, des chercheurs du Lawrence Livermore National Laboratory en Californie ont également fait des progrès vers l’énergie de fusion avec une série d’expériences qui ont produit plus de 100 kilojoules d’énergie. Bien que ce soit définitivement un progrès, cela équivaut toujours à environ 28 wattheures d’électricité – même pas assez pour éclairer utilement l’ampoule à incandescence moyenne. ®

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *