À quoi ressemblera la vie en orbite après l’ISS ? La NASA signe de nouveaux contrats pour les stations spatiales

  • FrançaisFrançais



  • La NASA a dépensé de l’argent pour des contrats de conception de stations spatiales et un travail de plusieurs milliards de dollars pour d’autres boosters Artemis.

    Les jours de la Station spatiale internationale (ISS) étant comptés, la NASA cherche à maintenir une présence américaine ininterrompue en orbite terrestre basse. Bien qu’Axiom Space envisage de construire à partir de l’ISS, le prix de 415,6 millions de dollars concerne le développement de conceptions de stations spatiales et “d’autres destinations commerciales dans l’espace”.

    Blue Origin, qui s’est associé à Sierra Space pour développer l’Orbital Reef, a reçu 130 millions de dollars. Nanoracks, qui travaille sur une destination commerciale en orbite terrestre basse appelée “Starlab” (avec Voyager Space et Lockheed Martin), a reçu 160 millions de dollars, et la station basée à Cygnus de Northrop Grumman a reçu 125,6 millions de dollars. Le Cygnus fait actuellement office de cargo pour l’ISS.

    Les récompenses sont les premières d’une approche en deux phases visant à maintenir les astronautes dans l’espace alors que le programme ISS tire à sa fin. La première phase devrait se poursuivre jusqu’en 2025. Espérons que personne n’explosera plus de satellites à proximité avant cette date.

    En plus du prix de la station spatiale, Northrop Grumman a également remporté le contrat de production et d’exploitation de propulseurs de 3,19 milliards de dollars (BPOC) pour construire des propulseurs pour la fusée Artemis Space Launch System (SLS) en difficulté de la NASA. La société a déjà construit du matériel pour les trois premières missions et est en train de couler les moteurs de la quatrième.

    Le contrat a été initialement attribué en juin et comprend la production et l’exploitation des boosters pour Artemis IV à VIII ainsi que les travaux nécessaires pour l’obsolescence et la prolongation de la durée de vie des boosters (BOLE) pour Artemis IX. Les boosters BOLE doivent remplacer les boîtiers en acier de l’époque de la navette spatiale par des pièces composites plus solides. Malheureusement, les parachutes qui ont permis la réutilisation des boosters de la navette spatiale ne semblent pas prêts à revenir.

    Le développement de BOLE est en cours. Lors d’un deuxième test cette semaine, un exemple de sous-échelle de 2 pieds de diamètre a été lancé par des ingénieurs de Huntsville, en Alabama, pour évaluer les formulations d’isolation. Un troisième test est prévu pour 2022 et un test de moteur BOLE à grande échelle est provisoirement prévu pour le printemps 2024 dans les installations d’essai de Northrop Grumman dans l’Utah.

    Avec une période de performance allant jusqu’au 31 décembre 2031, il suppose un taux de vol optimiste pour la fusée, d’autant plus que le premier SLS n’a pas encore atteint la rampe de lancement. ®

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.