Twitch et l’esclavage sympathique

  • FrançaisFrançais

  • Twitch veut que vous divertissez le monde, avec des chaines à vos pieds et mains. La définition de l’esclavage selon les GAFAMs est que non seulement, vous soyez esclave, mais que vous l’aimiez profondément. Que vous vous tuez à la tâche et que vous adorez ça.


    Twitch veut que vous divertissez le monde, avec des chaines à vos pieds et mains. La définition de l'esclavage selon les GAFAMs est que non seulement, vous soyez esclave, mais que vous l'aimiez profondément. Que vous vous tuez à la tâche et que vous adorez ça.

    J’ai déjà parlé de Twitch à plusieurs reprises et comment son modèle de monétisation et de fonctionnement était sans doute le pire de ce qu’on peut trouver sur les plateformes web. Pour réussir, il faut copiner avec les plus gros et espérer qu’ils vous promeuvent, parfois en échange de galipettes ou d’autres espèces sonnantes.

    Et l’enquête de Numerama, qui généralement est un média gauchiste de la plus belle eau, arrive à donner plein d’informations. Comme quoi, les cheveux bleus ont des éclairs d’intelligence, même le temps d’un souffle d’hirondelle. Comme Twitch ne rémunère que par les abonnements et que le fonctionnement fait qu’on doit être en live tout le temps, les deux se corrèlent pour entrainer le streamer dans un délire infernal où il doit constammer “faire ses heures par mois” pour toucher un salaire de misère.

    On pourrait dire que c’est le cas pour tous les métiers où on doit aussi faire ses heures. Mais la mécanique de Twitch en flux tendu entre le nombre d’abonnés très fluctuant et le revenu mensuel, fait que les streamers basculent rapidement dans la course aux stats. Et le plus terrible est qu’Amazon a réussi ce que j’appelle l’esclavage sympathique.

    Les conditions de travail des streamers sur Twitch sont identiques aux dockers dans les dépots d’Amazon. Dans les dépots, vous avez tout ce qu’il faut pour vous donner une sympathie au travail. Une machine à café, des espaces de loisir, des pauses. Mais on vous broie dans un rythme tellement effréné que vous êtes épuisé en un clin d’oeil. A la fin du mois, vous recevez un salaire de misère, mais vous n’osez pas vous plaindre, car l’esclavage sympathique a mis un émoticone de sourire sur les chaines.

    De plus, Twitch a racheté CurseForge qui est une plateforme de mods et de jeux. C’est la spécialité d’Amazon d’ajouter des modules à une plateforme existante pour que les utilisateurs se sentent bien, mais surtout qu’ils ne puissent pas partir ailleurs, car leurs données sont captés par l’entreprise. Dans le domaine du web, l’interopérabilité des données est un vrai enjeu. Dans mon livre sur les Freelancers, j’avais dit que même si vous travailliez 10 ans sur une plateforme de freelancing, vos données sont verrouillées sur cette plateforme.

    Cela signifie que vous ne pouvez pas les exporter si vous voulez partir ailleurs. Le résultat est que même si vous avez 10 ans d’expérience, vous serez toujours un débutant et donc, vous devrez toujours accepter les plus bas salaires. Le paradis de l’ultra-libéralisme le plus sauvage.

    Sur Twitch, l’interopérabilité des données pourrait permettre aux streamers d’exporter leurs abonnés, leur historique de dons et toutes leurs performances sur une autre plateforme et ne pas perdre tout leur travail. Mais jamais les GAFAMs n’accepteront, car ce sont les données qui sont le sang sacrificiel qui leur permet d’exister.

    Certains débiles considèrent que les streamers qui se plaignent d’épuisement, sont des ingrats. Car en même temps, “on passe notre temps à jouer aux jeux vidéos”. Evidemment, quand tu as 2000 subs, que t’as des sponsos à la pelle, que tu es invité par tout, c’est facile de le dire. Mais la vérité est qu’il y a une extrême minorité qui peut vivre de Twitch. 95 % des streamers sur Twitch ont 3 viewers en moyenne et il n’y a que 0,054 % qui gagnent l’équivalent du SMIC chaque mois.

    Pourtant, la médiatisation des streamers et de leurs gros revenus par les merdias, incitent les gens à penser qu’avec quelques heures de streaming, on peut se faire un max de thunes. Par ailleurs, Twitch continue de baisser le prix des abonnements. Ils sont passé de 5 à 4 euros pour le Sub Tiers 1 et je le dis aux streamers, cela va encore baisser dans quelques années, car c’est comme ça qu’Amazon est devenu riche. Il va constamment baisser les prix pour attirer le plus de monde possible, car soyons honnête, ce ne sont pas les esclaves qui manquent pour remplacer ceux qui crèvent la gueule ouverte.

    De plus, les streamers sur Twitch et leur public sont principalement occidentaux. Ainsi, les pays, ayant le plus de streamers sont les Etats-Unis, l’Allemagne, le Canada, la Russie et la France. La Chine possède ses propres plateformes avec ses caractéristiques. La monétisation n’est pas la même, car au lieu d’abonnements, les plateformes chinoises visent plus une intégration avec l’e-commerce.

    En revanche, quand des pays comme le Brésil, l’Inde, l’Indonésie et pourquoi pas l’Afrique vont se mettre au streaming, alors la concurrence sur les prix sera féroce. Car le revenu mensuel n’est pas le même. En Inde, le revenu moyen se situe entre 200 et 350 dollars par mois.

    Ce qui fait que si Twitch se popularise chez les indiens, alors Amazon pourra encore baisser le prix, d’une part, pour rendre l’abonnement accessible et d’autre part, pour les streamers indiens, africains ou brésiliens, cela fait quand même un bon revenu. On pourrait croire que ce serait compartimenté par région, mais Amazon ne fonctionne pas comme ça.

    Du moment qu’une partie du monde devient monopolistique sur une plateforme, elle fait la loi sur les prix. C’est ce qui s’est passé avec Youtube. Pourquoi, les prix de la pub se sont effrondrés sur Youtube ? C’est parce que les pays avec un faible revenu sont devenus majoritaires. Cela a affecté le prix des emplacements publicitaires et donc, des annonceurs. Si pour le moment, il n’y a que 0,054 % des streamers français qui gagnent le SMIC par mois, alors dans quelques années, cela pourrait tomber 0,00.

    Les dommages psychiatriques d’une personne sont irréparables. Un burn out n’est pas quelque chose de temporaire. Vous gardez des séquelles toute votre vie comme un athlète qui a eu une grave blessure physique et qui sait qu’il ne sera jamais plus comme avant. C’est sûr que dans votre période “Prime”, vous aurez beaucoup de subs, de sponsos et autre, mais cela ne durera que quelques mois et vous tomberez sur l’oubli.

    Il faut aussi noter que les abonnements et les revenus des gros streamers ne représentent qu’une partie infime de leurs revenus. Leur grosse part de gateau vient surtout des sponsos et des services qu’ils lancent à coté pour être indépendant de la plateforme. Et là, on peut parler. Si vous utilisez Twitch, uniquement pour faire de la promotion sur une base occasionnelle, car vous-même, vous avez une grosse base d’utilisateurs qui vous suit partout, alors c’est une plateforme qui peut marcher.

    Le problème est que Twitch récompense le pointage quotidien à l’usine. Si vous êtes absent pendant une semaine, alors vous pouvez perdre 20 % de vos subs. Si vous travaillez dans un McDo et que vous êtes absent pendant une semaine, vous pourrez toujours négocier. Chez Twitch, l’absence est chatié sans la moindre pitié.

    Personnellement, je suis terrifié par ces gamins sur Twitch qui sont crunchés à mort et qu’ils ne s’en rendent même pas compte. Comme je l’ai dit, j’ai été Freelance Low cost pendant 10 ans et j’ai perdu énormément parce que je voulais suivre la “vibe”, être mobile, flexible, tout ce que vous voulez. Je le dis aux streamers qui ont les yeux hébétés face à leurs stats, quittez le navire le plus vite possible et diversifiez votre activité professionnelle.

    Si Twitch représente 20 % de vos revenus et que cela représente 20 % de votre travail en une semaine, alors il n’y a pas de problème. En revanche, s’il représente 100 % de votre travail avec 20 % de votre revenu, c’est que vous êtes déjà un esclave bien sympathique. De plus, le travail du streamer ne se cantonne pas à faire ses 4 ou 5 heures par jour sur Twitch. Il doit être présent sur les réseaux sociaux, réagir à l’actu, faire le buzz. Cela signifie qu’il fait quasiment 12 à 15 heures par jour, 7/7, 365 jours par an pour 300 euros par mois pour les streamers moyens.

    Mais je ne parle même pas de la censure qui force les streamers à renier leur personnalité et à devenir des gauchistes aux cheveux bleus avec plein de tatouages pour faire croire qu’ils sont les winners. Et Twitch va très loin dans la censure, car en avril 2021, il a annoncé que les streamers Twitch pouvaient être bannis pour des actions en dehors de la plateforme. C’est à dire que même pendant que t’es dans une soirée privée avec tes potes, que tu dis des conneries et que ces conneries fuitent, alors Twitch peut te bannir.

    Bezos doit éclater de rire devant une telle servilité et bêtise.

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *