L’informatique, la montagne d’excréments et les lapins crétins

  • FrançaisFrançais
  • EnglishEnglish

  • L’inflation galopante de l’informatique, la fuite en avant vers les performances, des millions de crétins “experts” qui n’ont pas toujours compris ce qu’ils ont fait de l’informatique.


    L'inflation galopante de l'informatique, la fuite en avant vers les performances, des millions de crétins "experts" qui n'ont pas toujours compris ce qu'ils ont fait de l'informatique.

    J’ai eu les yeux écarquillés devant l’augmentation de 25 % du prix de kg de tomates quand je suis allé sur le marché. Et une réflexion, que j’avais faite, m’est revenue en force. Alors que j’admirais les courbes de la vendeuse de tomates en essayant de négocier le prix comme Ciceron face aux romains, je me rend compte que l’informatique est dans une impasse depuis des années et que ceux qui la font continuent de creuser le mur pour s’enfoncer davantage.

    L’informatique avait deux chemins opposés à prendre il y a 20 ans. Le premier était d’aller vers toujours plus de performances, de bling bling, de fuite en avant, mais aussi vers une informatique toujours plus chère. Pour mentir aux consommateurs, l’industrie a inventé le dollar par performance. Le prix du composant n’était pas basé sur l’utilité réelle pour l’utilisateur, mais sa performance dans une utilisation et une consommation qu’on lui a imposé.

    C’est comme si quelqu’un allait chez un concessionnaire de voiture et que le vendeur lui disait que les seuls voitures sur le marché sont des Ferrari, des Lamborghini ou des Maserati. Et à force de propagande, de médias corrompus, de reviewers débiles, tout le monde a suivi le mouvement. Mais cette mentalité est une informatique de performance dans un monde fictif de ressources infinies et de prix infiniment bas. Dans la réalité, c’est une informatique de désastre qui est de plus en plus réservé à une minorité ultra-riche et que les autres devront se contenter de débris, ramassés dans une décharge.

    Le second chemin aurait été de viser les prix les plus bas possible pour équiper tout le monde avec de l’informatique de base. On n’aurait pas un culte de la performance, mais une informatique destinée à tous les publics et à tous les budgets. On aurait gardé les mêmes composants encore et encore et on aurait une homogénéité technologique sur toute la planète. Evidemment, les industries de l’informatique, capitalisées à l’extrême et putréfiées par l’avidité ont choisi la première option.

    Les pénuries ne cesseront pas, les prix ne baisseront pas, tous ceux qui vous disent le contraire sont soit des escrocs ou des incompétents, soit les deux. Un secteur qui considère les ressources comme étant infinies et donc des prix nuls, ne peut se terminer que par des pénuries à grande échelle. Mais l’industrie fait comme si de rien n’était, elle ne se rend compte que des gens prient littéralement pour que leur vieux PC tienne un jour de plus, car c’est leur seul outil de travail et qu’ils n’ont pas les moyens d’en acheter, même 10 % d’un nouveau PC. Elle fait comme si de rien n’était face à des gens qui éclatent en larmes parce que l’informatique est devenue tellement propriétaire, mais aussi indispensable dans nos sociétés qu’ils ne savent plus quoi faire dès que cela ne marche pas et qu’on leur a imposé cet outil dont ils n’avaient pas besoin à la base.

    L'inflation galopante de l'informatique, la fuite en avant vers les performances, des millions de crétins "experts" qui n'ont pas toujours compris ce qu'ils ont fait de l'informatique.

    Le secteur de a à z est coupable, les fabricants, les médias, les testeurs, tout le monde est coupable. Car tout le monde a gagné sa dîme au passage et le seul qui a payé les pots cassés est le consommateur qui a supporté cette informatique du désastre qui devient exorbitante à chaque jour qui passe. L’illustration parfaite de la lutte des classes sous nos yeux.

    Qui a besoin d’acheter le dernier processeur, de passer à la DDR5, DDR6 ou DDR7, qui a besoin de la dernière carte graphique, qui a besoin d’avoir 5 To de disque dur ? Personne. Cela ne concerne qu’une petite minorité qui aime se branler devant les gros chiffres des Benchmarks. Et parlons des Benchmarks qui ciblent tous des utilisations ultra-spécialisés. A ce que je sache, il n’y a pas de 7 milliard de monteurs vidéo dans le monde, il n’y a pas de 7 milliard de joueurs dans le monde, il n’y a pas de 7 milliard de créateurs 3D dans le monde. Il y a encore 15 ans, vous aviez encore des magazines qui faisaient des Benchmarks de bureautique, aujourd’hui, tout le monde trouverait ça ringard et inutile et se moquerait du test. Normal, ils ne vivent pas dans la même réalité.

    Et ce capitalisme du désastre s’accouple parfaitement avec du communisme bête et méchant. Parce que l’argument selon lequel on a une informatique pour tout le monde n’est tout simplement pas vrai. Est-ce que vous pouvez encore acheter un Pentium 4 ? Non et pourtant, il n’est sorti qu’en 2001, il y a moins de 20 ans. Les processeurs Sandy Bridge avec la série des i3 et autre est sortie en 2013, il y a 8 ans et ils sont introuvables aussi. Evidemment, les nouveaux processeurs prétendent offrir la meilleure performance au même prix que les anciens, mais on le voit aussi que c’est de moins en moins vrai. Et même si vous arrivez à trouver de vieux composants, aucun système ne marchera dessus.

    L'inflation galopante de l'informatique, la fuite en avant vers les performances, des millions de crétins "experts" qui n'ont pas toujours compris ce qu'ils ont fait de l'informatique.

    Trouvez une unité centrale en Pentium 4 et même le Linux le plus léger ne marchera pas dessus. Mais à aucun moment, on n’a demandé leur avis aux gens, ils suivent simplement la tendance consumériste véhiculée par les médias et tout le secteur. Nous entrons désormais dans une période d’inflations et de pénuries systématiques, car c’est l’issue finale du capitalisme. De la même façon que vous ne pouvez pas vous empiffrer comme un gros porc pendant 20 ans sans avoir une obésité qui vous conduira à la mort, vous ne pouvez pas avoir un capitalisme de croissance et de performance infinie dans un monde fini.

    Mais cette industrie, entièrement vérolée par la financiarisation, ne m’étonne pas par sa voracité et son avidité. Mais c’est les prétendus médias et reviewers qui donnent envie de vomir. C’est à dire qu’après 20 ans d’impasses, d’errements et de flambées de prix, excluant de plus en plus de personnes de la technologie, les médias et reviewers Tech, plutôt que de reconnaitre leurs erreurs et de faire pression pour une informatique abordable, creusent davantage leur tombe en visant une minorité encore plus minoritaire.

    Depuis le début de 2020, les chaines Tech ont subi une véritable descente aux enfers. Des chaines avec 3 millions d’abonnés font moins de 100 000 vues, soit moins de 5 % de leur audience potentielle. En 2020, les gens avaient d’autres priorités, genre fouiller les poubelles pour se nourrir plutôt que d’acheter la dernière carte graphique à 2000 dollars. En 2021, la pénurie fait que les chaines Tech présentent des produits que personne ne peut acheter. L’absurdité du soviétisme et du capitalisme en une seule phrase, je ne pensais pas que je l’aurais vu de mon vivant.

    Et ces chaines Tech ne sont pas comme ma propre chaine Youtube. Où j’utilise une webcam à 10 dollars pour une image pourrie sans aucune lumière et espérer que mon PC branlant et atteint de Parkinson, tienne le coup pendant que je fais le rendu d’une vidéo de 3 minutes en 480P parce que bon, c’est ce qu’il faut quand on a un forfait à la donnée et que la fibre optique et la connexion illimitée, ça n’existe que dans les contes de fée comparé à la réalité de mon portefeuille. Non, ces chaines Tech sont des entreprises. Dans le cas de Linus Tech Tips, c’est un véritable empire avec un chiffre d’affaires d’environ 30 millions de dollars. Ces chaines ont des équipes, des studios, des reviewers “experts” qui sont davantage des lapins crétins qu’autre chose. Ils ne peuvent pas se permettre de perdre de l’audience sinon ils feraient faillite.

    Mais leur mentalité, leur esthétique, leur façon de faire est pour les riches par les riches. Chaque produit qu’ils promeuvent coute des centaines, voir des milliers de dollars. Donc, ils sont dans l’incapacité de faire une remise en question qui leur permettrait d’atteindre une audience plus performante, mais fondamentalement fauchée ce qui pose un problème pour leur faire acheter un processeur qui équivaut à 3 mois de leur salaire. Et qu’est-ce qu’ils font à la place, ils visent une minorité encore plus exclusive en proposant des vidéos encore plus détaillées et plus techniques…

    C’est comme si à l’ère de l’électricité, vous aviez des gens qui continuaient à promouvoir les lampes à pétrole en détaillant minutieusement leur fonctionnement, non parce qu’ils pensent que la lampe à pétrole est moins chère qu’une ampoule électrique, mais parce que leur chèque à la fin du mois en dépend.

    L'inflation galopante de l'informatique, la fuite en avant vers les performances, des millions de crétins "experts" qui n'ont pas toujours compris ce qu'ils ont fait de l'informatique.

    Linus Tech Tips a annoncé qu’il allait créer toute une équipe qui va s’occuper des benchmarks encore plus poussés sur les alimentations PC, les ventirads, les boitiers et qu’ils allaient même investir dans des machines de test industriels pour offrir “la meilleure information”. JayzTwoCents, qui refusait d’aller dans le détail auparavant, justement parce qu’il voulait que ses vidéos soient accessibles à tout le monde, vient d’annoncer quelque chose de similaire. Gamers Nexus le fait déjà depuis des années, mais je ne blâme pas ce dernier, car c’est un choix de sa part depuis le tout début. Dans le cas de LTT et JayzTwoCents, ils pensent qu’en proposant des vidéos pour détailler toutes les fonctionnalités d’une carte mère, ils vont attirer plus de lecteurs. Dans un monde où une vidéo Tik Tok de sautillage sur place fait 4 millions de vues en 4 heures ? C’est une plaisanterie ??

    Cela ne peut pas marcher, tout simplement parce que TOUT LE MONDE S’EN FOUT DE CE GENRE DE TEST. Tous les magazines et les sites qui avaient l’habitude de faire ce type de test détaillé ont fermé leurs portes par manque de lecteurs. Qu’est-ce qu’on en a foutre de la capacité d’une VRM sur une carte mère ou que Mon dieu, la colle sur cette carte graphique n’est pas bien mise ? Les gens n’ont ni le temps, ni l’argent pour s’y intéresser. Par ailleurs, les personnes comme moi, qui lisaient avidement ce type de test il y a 20 ans, ont d’autres choses à faire. Genre, est-ce que je pourrais payer mon loyer le mois prochain ? Est-ce que les gosses ne vont pas tomber malades ? Et surtout qu’à l’époque, l’informatique était balbutiante ce qui fait que c’était pertinent de fouiner profondément dans chaque composant, car on n’avait que ça à foutre que de lire des magasines de test.

    L'inflation galopante de l'informatique, la fuite en avant vers les performances, des millions de crétins "experts" qui n'ont pas toujours compris ce qu'ils ont fait de l'informatique.

    Aujourd’hui, avec des millions de sites disponibles où le seul truc qui intéresse le lecteur, est si ce processeur coute 150 et que l’autre coute 100 dollars, où est-ce que je peux trouver celui à 100 dollars. Du moment qu’il marche plus ou moins bien, le mec sera content, car encore une fois de plus, il s’en fout complètement. La jeune génération a un lien de divertissement et d’ignorance totale avec la technologie. Les gamins vont davantage lire des tests de téléphone, car cela leur permet de connaitre la gloire sur Tik Tok.

    Les gens de ma génération, qui aimaient démonter un PC de a à z, sont de moins en moins nombreux. On vieillit, on travaille, on passe à autre chose. Mais les consommateurs ne se renouvellent pas pour le secteur PC. De nouveaux secteurs, pouvant amener de nouveaux consommateurs, comme le streaming, sont minoritaires. Ce qui fait que les secteurs, qui ont besoin de PC haut de gamme, toujours plus performants et plus chers, disparaissent progressivement. La logique de sortir régulièrement des nouveaux composants n’a plus aucun sens, car les gens n’ont pas besoin de quasiment 80 % de la puissance des processeurs actuels.

    L'inflation galopante de l'informatique, la fuite en avant vers les performances, des millions de crétins "experts" qui n'ont pas toujours compris ce qu'ils ont fait de l'informatique.

    Et pourtant, le secteur et “ses spécialistes” continuent de prendre le chemin de la minorité toujours plus élitiste, de faire toujours plus pour les quelques péquenots qui s’intéressent à ce genre de choses. L’informatique a échoué dans son ambition d’émancipation, elle a échoué à améliorer la vie des gens, elle a échoué dans tous les domaines. En fait, aujourd’hui, l’informatique est revenue dans les années 1980 où on louait à l’année des ordinateurs fabriqués par IBM avec des systèmes d’exploitation et des composants qui ont fait de l’obsolescence programmée comme leur norme de fabrication. Et toute personne ou média qui suit cette norme est condamnée à disparaitre par la même logique.

     

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.