APPLiA a rencontré Breton pour discuter de l’importance des normes harmonisées de l’UE

  • FrançaisFrançais



  • APPLIA, au nom de la l’industrie de l’électroménager en Europe, rencontré Thierry Breton, commissaire européen au marché intérieur. Selon l’Association, la réunion a ouvert la voie à une discussion fructueuse entre les institutions de l’UE et l’industrie de l’électroménager, offrant l’occasion de bien cerner un certain nombre de sujets en vue de la quadrature du cercle des objectifs climatiques et de la prospérité industrielle.

    Peter Götz, président d’APPLiA et vice-président exécutif de BSH Europe

    « La mise en œuvre d’initiatives et de réglementations locales au niveau national risque de créer entraves à la libre circulation des marchandises et saper le principe même de financement du marché unique – a déclaré Peter Götz, président d’APPLiA et BSH Executive Vice President Europe -. Ces règles divergentes devraient être discutées au niveau européen pour éviter la fragmentation du marché et permettre à l’industrie de s’adapter en conséquence.»

    Concurrence est un autre aspect important du fonctionnement du marché unique. En effet, le motif primordial pour profiter de son adhésion réside dans l’avantage économique qu’il apporte finalement. Néanmoins, elle risque d’être minimisée par l’émergence d’une législation potentiellement préjudiciable au sein de l’UE. le Mécanisme d’ajustement aux frontières carbone (CBAM), une proposition de la Commission européenne visant à imposer une taxe sur le carbone émis par certains matériaux entrant dans l’UE, en est une.

    Paolo Falcioni, directeur général de l’APPLiA

    En tant que leader en matière de développement durable, « le secteur de l’électroménager s’engage à atteindre l’ensemble Objectifs de décarbonation de l’UE – expliqué Paolo Falcioni, directeur général de l’APPLiA – mais CBAM risque d’avoir des conséquences inattendues. Couplée à la suppression des quotas gratuits ETS, cette combinaison se traduirait inévitablement par une désavantage concurrentiel pour la fabrication en Europe. De plus, cela créerait une incitation à la fabrication en dehors de l’Europe et à l’importation de produits vers l’UE, générant une perte significative d’emplois européens et déplaçant les fuites de carbone de l’industrie des matières premières vers d’autres secteurs industriels en aval.»

    Dans ce contexte, standardisation est un outil puissant et stratégique pour améliorer encore une élaboration des politiques fluide et efficace. Faisant le lien entre la législation et les produits, les normes ont réussi au fil du temps à gagner confiance des consommateurs, tout en assurant sécurité des produits et les meilleures performances possibles. «Bien que beaucoup de choses ont déjà été accomplies, un défi majeur reste celui d’une transposition juridique en temps opportun au Journal officiel de l’Union européenne (JOUE)», a souligné Falcioni.

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *