L’Egypte tente d’attirer les touristes sur la base de nouvelles découvertes historiques

  • FrançaisFrançais


  • Publié le : jeudi 3 juin 2021

    Alors que certains pays européens rouvrent leurs portes aux touristes internationaux, l’Égypte tente déjà depuis des mois de les attirer vers ses sites archéologiques et ses musées. Les autorités parient que les nouvelles découvertes anciennes le distingueront sur le marché du tourisme à mi- et post-pandémie. Ils ont besoin que les visiteurs reviennent en force pour injecter de l’argent dans l’industrie du tourisme, pilier de l’économie.

    Mais comme d’autres pays, l’Égypte continue de lutter contre le coronavirus et a du mal à faire vacciner sa population. Le pays n’a, jusqu’à présent, reçu que 5 millions de vaccins pour sa population de 100 millions d’habitants, selon son ministère de la Santé. Début mai, le gouvernement a annoncé qu’un million de personnes avaient été vaccinées, bien que ce nombre soit actuellement plus élevé.

    En attendant, les autorités ont maintenu la machine publicitaire en marche, concentrée sur les nouvelles découvertes.

    En novembre, les archéologues ont annoncé la découverte d’au moins 100 cercueils anciens datant de la période pharaonique tardive et de l’ère gréco-ptolémaïque, ainsi que 40 statues dorées trouvées 2 500 ans après leur première inhumation. Cela s’est produit un mois après la découverte de 57 autres cercueils sur le même site, la nécropole de Saqqarah qui comprend la pyramide à degrés.

    “Saqqarah est un trésor”, a déclaré le ministre du Tourisme et des Antiquités, Khaled el-Anany, lors de l’annonce de la découverte de novembre, estimant que seulement 1% de ce que le site contient a été déterré jusqu’à présent.

    “Notre problème maintenant est que nous ne savons pas comment nous pouvons épater le monde après cela”, a-t-il déclaré.

    En avril, ZahiHawass, l’archéologue le plus connu d’Égypte, a annoncé la découverte d’une cité perdue vieille de 3 000 ans dans le sud de Louxor, avec des maisons en briques de boue, des artefacts et des outils de l’époque pharaonique. Elle remonte à Amenhotep III de la 18e dynastie, dont le règne (1390-1353 av. J.-C.) est considéré comme un âge d’or pour l’Egypte ancienne.

    Cette découverte a été suivie d’un défilé conçu pour la télévision célébrant le transport de 22 des momies royales les plus prisées du pays du centre du Caire vers leur nouveau lieu de repos dans une immense installation plus au sud de la capitale, le Musée national de la civilisation égyptienne.

    La station balnéaire de Charm el-Cheikh, sur la mer Rouge, abrite désormais un musée archéologique, tout comme l’aéroport international du Caire, tous deux ouverts ces derniers mois. Et les responsables ont également déclaré qu’ils prévoyaient toujours d’ouvrir le nouveau grand musée égyptien à côté des pyramides de Gizeh d’ici janvier, après des années de retard. Les droits d’entrée pour les sites archéologiques ont été abaissés, tout comme le coût des visas touristiques.

    Le gouvernement a pendant des années joué son histoire ancienne comme un argument de vente, dans le cadre d’un effort pour relancer l’industrie touristique du pays. Il a été durement touché pendant et après le soulèvement populaire qui a renversé l’autocrate de longue date Hosni Moubarak et les troubles qui l’ont suivi. Le coronavirus lui a porté un coup similaire, juste au moment où il se remettait sur pied.

    En 2019, les revenus du tourisme étranger s’élevaient à 13 milliards de dollars. L’Égypte a reçu quelque 13,1 millions de touristes étrangers, atteignant pour la première fois les niveaux d’avant 2011. Mais en 2020, elle n’a accueilli que 3,5 millions de touristes étrangers, selon le ministre el-Anany.

    Au tout nouveau Musée national de la civilisation égyptienne, Mahmoud el-Rays, un guide touristique, dirigeait un petit groupe de touristes européens dans la salle abritant les momies royales.

    Le trafic touristique s’est renforcé au cours des premiers mois de 2021, a déclaré el-Anany, le ministre, à la presse dans une récente interview, sans toutefois donner de chiffres précis. Il était optimiste que plus continuerait à venir toute l’année.

    “L’Egypte est une destination parfaite pour l’après-COVID dans la mesure où notre tourisme est vraiment un tourisme à ciel ouvert”, a-t-il déclaré.

    Mais il reste à voir si le pays maîtrise vraiment le virus. Il a enregistré un total de 14 950 décès dus au virus et enregistre toujours plus d’un millier de nouveaux cas par jour. Comme dans d’autres pays, on pense que les chiffres réels sont beaucoup plus élevés. En Égypte, cependant, les autorités ont arrêté des médecins et fait taire les critiques qui remettaient en question la réponse du gouvernement, on craint donc que les informations sur le coût réel du virus aient été supprimées dès le début.

    L’Égypte a également vécu une expérience éprouvante au début de la pandémie, lorsqu’elle a vu une épidémie de coronavirus sur l’un de ses bateaux de croisière sur le Nil. Il a d’abord fermé complètement ses frontières jusqu’à l’été 2020, mais a ensuite accueilli à nouveau les touristes, d’abord dans les stations balnéaires de la mer Rouge et maintenant au cœur du pays – Le Caire et la vallée du Nil qui abrite la plupart de ses célèbres sites archéologiques. Les visiteurs ont toujours besoin d’un résultat de test COVID-19 négatif pour entrer dans le pays.


    (Pas comme pour le moment)

    Articles Similaires

    Tags : Egypte

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *