2020 marque la pire année pour les arrivées internationales en Europe depuis plus de 30 ans

  • FrançaisFrançais


  • BRUXELLES – Alors que la pandémie COVID-19 entre dans sa deuxième année, son impact généralisé continue de peser lourdement sur les destinations européennes et sur l’économie du tourisme en général. La plus récente édition du ‘Tendances et perspectives du tourisme européen‘rapport trimestriel du Commission européenne du voyage (ETC) continue de surveiller l’impact du COVID-19 sur le secteur et examine comment l’activité de voyage devrait revenir en 2021 au milieu de la vague actuelle d’infections et du lent démarrage des programmes de vaccination.

    Illustrant la chute dévastatrice du tourisme en 2020, les arrivées de touristes internationaux en Europe ont chuté de 70%[1] en 2020 par rapport à 2019. Malgré les défis de distribution qui ont tourmenté l’UE ces dernières semaines, le déploiement de vaccins dans toute l’Europe et l’amélioration des régimes de test et de traçage laissent espérer un assouplissement des restrictions de voyage en 2021. Néanmoins, le retour à la normale Les tendances de la demande de voyages internationaux seront graduelles, les niveaux de 2019 devraient revenir d’ici 2023.

    Directeur Exécutif ETC Eduardo Santander, s’exprimant après la publication du rapport, a déclaré: «Nous pensons que le lent redémarrage des voyages peut être attendu au printemps dans toute l’Europe avec un retour progressif à la« nouvelle normalité »jusqu’à l’été et l’automne 2021. Un retour au voyage se fera cependant avec de nouvelles habitudes de consommation, appelant à une forte adaptation et des réponses agiles du secteur du tourisme. Garantir des opportunités de voyage sûres devrait devenir une priorité pour les destinations, car les voyageurs potentiels sont susceptibles de voyager plus lentement, plus près de chez eux et vers des destinations moins connues ».

    Annus horribilis pour le tourisme européen
    Toutes les destinations européennes déclarant ont enregistré des baisses record d’arrivées comprises entre 51% et 85% en 2020, 1 destination sur 3 affichant des baisses allant de 70% à 79%. En approfondissant les pays qui dépendent fortement des marchés internationaux, les résultats sont encore plus frappants, le Monténégro enregistrant une baisse de 85%, Chypre de 84% et la Roumanie de 83%. En Espagne, où le tourisme représente 12% du PIB du pays, la perte d’arrivées de ses principaux marchés (Royaume-Uni, Allemagne, France, Pays-Bas et Italie) a vu le pays enregistrer une baisse de 77% des arrivées de touristes internationaux. .

    À l’autre extrémité du spectre, l’Autriche (-53%) a enregistré l’une des plus faibles baisses d’arrivées où une plus grande dépendance aux voyages court-courriers a permis au pays de bénéficier de certains voyages en 2020. Ces dernières semaines, l’Autriche a introduit une interdiction générale du tourisme au début de 2021.

    L’effet pandémique a fait des ravages sur les performances de l’industrie
    L’industrie hôtelière a été l’un des secteurs les plus durement touchés, avec une chute de la demande qui a amené de nombreux hôtels à rester fermés pendant la majeure partie de 2020, enregistrant une baisse de 54% des niveaux d’occupation. Un assouplissement plus rapide des restrictions sur les voyages intérieurs et une demande plus forte des résidents de voyager localement ont apporté un certain soutien aux hôtels qui restaient ouverts; cependant, une deuxième vague d’épidémie de coronavirus a mis un terme au rebond des voyages.

    En ce qui concerne l’industrie du transport aérien, les espoirs d’une légère reprise en 2021 ont été anéantis avec la réintroduction de verrouillages à l’échelle européenne en raison de la recrudescence des cas au cours de l’hiver 2020. Les dernières prévisions internationales de l’IATA prévoient que l’Europe sera la région la plus touchée. en 2021 en termes de pertes aériennes, avec une baisse prévue de 11,9 milliards de dollars[2]. Les données cumulatives de l’année montrent une chute à un niveau record du trafic aérien européen (-69,3%).

    Voyages d’affaires dans une Europe post-pandémique
    La pandémie a été l’occasion de réévaluer les pratiques de travail et la gestion des relations d’affaires et des voyages d’affaires en particulier. Cela a conduit les entreprises à être plus conscientes de l’impact environnemental de leurs voyages, ce qui a soulevé des questions quant à savoir si les voyages d’affaires reviendront un jour aux niveaux d’avant la pandémie.

    Le rapport indique que les prévisions concernant l’effondrement des voyages d’affaires sont peu susceptibles de se matérialiser, car les réunions en personne resteront un principe clé des relations d’affaires. Recherche commandée par SAP Concur[3] à la mi-2020, a souligné l’importance des contacts en face à face, 92% des voyageurs d’affaires s’attendant à ce que leur entreprise connaisse des résultats négatifs en raison des restrictions de voyage COVID-19, y compris un nombre réduit d’accords ou de contrats signés et de refus dans les nouvelles affaires gagne. Le retour des voyages d’affaires internationaux aux niveaux d’avant le coronavirus est prévu d’ici 2024, les voyages d’affaires intérieurs se redressant plus rapidement d’ici 2023.

    1 Organisation mondiale du tourisme (OMT)
    2 https://www.iata.org/en/pressroom/pr/2020-12-10-01/
    3 Enquête d’impact global SAP

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *