Une étude montre des lacunes dans la manière dont les organisations STEM collectent des informations démographiques

  • FrançaisFrançais



  • Selon une nouvelle enquête publiée le 31 mars dans La science. Avec des informations plus solides, les organisations STEM pourraient mieux cibler leurs efforts pour recruter et conserver des membres plus diversifiés.

    “Nous voulons entamer une conversation entre les organisations STEM”, a déclaré Nicholas Burnett, auteur principal de l’étude et chercheur postdoctoral au Département de neurobiologie, physiologie et comportement de l’Université de Californie à Davis. “Le but ultime est d’augmenter la représentation de ces groupes, et vous ne pouvez pas le faire sans savoir où cibler les ressources.”

    Les co-auteurs de Burnett sur l’étude sont : Alyssa Hernandez, Harvard University ; Emily King, Université de Berkeley ; Richelle Tanner, Université Chapman; et Kathryn Wilsterman, Université du Montana, Missoula.

    Les chercheurs ont interrogé 164 organisations STEM basées aux États-Unis, tirées principalement d’une liste de sociétés affiliées à l’Association américaine pour l’avancement des sciences. Les organisations ont été interrogées sur les types d’informations démographiques qu’elles ont recueillies sur leurs membres et les participants à la conférence, et comment elles les utilisent. Les résultats de l’enquête n’étaient associés à aucune organisation en particulier, et les chercheurs n’ont pas demandé d’informations démographiques réelles aux répondants : seulement quelles catégories d’informations ont été collectées.

    Soixante-treize organisations ont répondu à l’enquête, représentant plus de 700 000 électeurs dans une gamme de domaines allant des sciences de la vie et des sciences physiques aux mathématiques et à la technologie.

    Bien que la plupart des organisations (80 %) aient collecté des données démographiques, ce qu’elles ont exactement collecté variait. De nombreuses organisations ont suivi le type de répartition utilisé par les agences fédérales, offrant un certain nombre d’options pour «race et origine ethnique», mais regroupant également plusieurs groupes disparates dans une seule catégorie (comme «Asiatique américain et insulaire du Pacifique»).

    Lacunes dans les données

    Certains groupes ont été largement ignorés. Alors que 60 % des répondants recueillaient au moins quelques informations sur « l’identité de genre » et « la race et l’ethnicité », par exemple, seulement 15 % collectaient des données sur le « statut de handicap » et « l’orientation sexuelle ». L’omission de ces groupes est surprenante compte tenu de la discrimination bien documentée et de la sous-représentation de ces groupes dans les STEM, ont écrit les auteurs.

    Les chercheurs ont suggéré plusieurs modèles pour guider la conception des enquêtes. Les organisations STEM pourraient chercher à comparer leurs propres enquêtes aux données collectées à l’échelle nationale, par exemple à partir de l’enquête de la National Science Foundation sur les doctorats acquis, de l’American Community Survey du US Census Bureau et de l’enquête nationale sur la santé des Centers for Disease Control and Prevention. Mais ces enquêtes varient également dans les catégories d’informations collectées. Par exemple, l’enquête de la NSF utilise une seule catégorie « asiatique », tandis que l’enquête du Census Bureau et la National Health Interview Survey reconnaissent sept identités asiatiques distinctes.

    La National Health Interview Survey a fait mieux que la plupart en divisant les groupes qui sont normalement regroupés, a déclaré Burnett, mais elle ne recueille toujours pas suffisamment d’informations sur l’identité de genre.

    “Les organisations sont coincées entre suivre leurs bailleurs de fonds fédéraux ou répondre au climat social et collecter des informations plus précises”, a déclaré Burnett.

    La plupart des répondants (87,5 %) ont déclaré qu’ils recueillaient des données démographiques dans un but précis, les plus courants étant le « suivi » et la « planification des ressources ».

    “C’est un peu choquant que certaines organisations collectent des données mais n’en fassent rien”, a déclaré Burnett.

    Les chercheurs espèrent que l’étude suscitera des discussions dans la communauté STEM, de nouvelles recherches et des actions.

    “De nombreuses organisations étaient véritablement intéressées par notre étude et veulent faire mieux”, a déclaré Burnett.

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.