Les scientifiques conceptualisent un “marché boursier” des espèces pour mettre un prix sur les actions présentant des risques pour la biodiversité

  • FrançaisFrançais



  • Jusqu’à présent, la science a décrit plus de 2 millions d’espèces, et des millions d’autres attendent d’être découvertes. Bien que les espèces aient une valeur en elles-mêmes, nombre d’entre elles fournissent également d’importants services écosystémiques à l’humanité, tels que les insectes qui pollinisent nos cultures.

    Pendant ce temps, comme nous manquons d’un système standardisé pour quantifier la valeur des différentes espèces, il est trop facile de sauter à la conclusion qu’elles sont pratiquement sans valeur. En conséquence, l’humanité n’a pas tardé à justifier des actions qui diminuent les populations et même mettent en péril la biodiversité dans son ensemble.

    Dans une étude publiée dans la revue scientifique ouverte Idées de recherche et résultats, une équipe de scientifiques estoniens et suédois propose de formaliser la valeur de toutes les espèces par le biais d’un « marché boursier » conceptuel des espèces (SSM). Tout comme le marché boursier ordinaire, le SSM doit servir de base unifiée pour l’évaluation instantanée de tous les éléments de ses avoirs.

    Cependant, d’autres aspects du SSM seraient très différents du marché boursier ordinaire. La propriété, les transactions et les échanges prendront de nouvelles formes. En effet, les espèces n’ont pas de propriétaires, et le « commerce » ne concernerait pas le transfert des droits de propriété entre les actionnaires. Au lieu de cela, le concept de «vente» comprendrait des processus qui effacent des espèces d’une zone spécifique – comme la guerre, la déforestation ou la pollution.

    “Le SSM serait en mesure de mettre une étiquette de prix sur de telles transactions, et le prix pourrait être considéré comme une facture que le vendeur doit régler d’une manière qui profite à la biodiversité mondiale”, explique l’auteur principal de l’étude, le professeur Urmas Kõljalg ( Université de Tartu, Estonie).

    À l’inverse, prendre des mesures qui profitent à la biodiversité – telle qu’estimée par les individus des espèces – reviendrait à acheter sur le marché boursier des espèces. L’achat a aussi un prix, mais ce prix devrait probablement être considéré en termes de bonne volonté. Ici, « l’argent » représente un investissement vers une biodiversité accrue.

    “En enracinant de telles actions dans un système d’évaluation unifié, on espère que les actions de bonne volonté deviendront de plus en plus difficiles à esquiver et à rejeter”, ajoute Kõljalg.

    Fait intéressant, le SSM s’articule autour de la notion d’espèce numérique. Ce sont des représentations d’espèces décrites et non décrites dont l’existence est fondée sur des séquences d’ADN et élaborées en incluant tout ce que nous savons sur leur habitat, leur écologie, leur distribution, leurs interactions avec d’autres espèces et leurs traits fonctionnels.

    Pour que le SSM fonctionne comme décrit, ces séquences d’ADN et ces métadonnées doivent provenir de ressources scientifiques et sociétales mondiales, notamment des collections d’histoire naturelle, des bases de données de séquences et des portails de données sur les sciences de la vie. Les espèces numériques pourraient être gérées davantage en incorporant des enregistrements de données d’individus non séquencés, notamment des observations, du matériel plus ancien dans les collections et des données provenant de publications.

    L’étude propose que le SSM soit orchestré par les associations internationales de taxonomistes et d’économistes.

    “Des complications non négligeables sont prévues lors de la mise en œuvre du SSM dans la pratique, mais nous soutenons que le moyen le plus réaliste et le plus tangible de sortir de la crise imminente de la biodiversité est de mettre un prix sur les espèces et donc un coût pour les actions qui les compromettent”, déclare Koljalg.

    “Aucun être humain ne tirera un profit monétaire direct du SSM, et pourtant ce sont tous les habitants de la Terre – y compris les humains – qui pourraient bénéficier de ses pointeurs.”

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Éditeurs Pensoft. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.