Garantir un niveau de vie décent pour tous tout en réduisant la consommation mondiale d’énergie —

  • FrançaisFrançais



  • Des changements fondamentaux dans nos économies sont nécessaires pour garantir un niveau de vie décent à tous dans la lutte contre la dégradation du climat, selon de nouvelles recherches.

    Les gouvernements doivent améliorer considérablement les services publics, réduire les disparités de revenus, réduire l’extraction des ressources et abandonner la croissance économique dans les pays riches, pour que les populations du monde entier prospèrent tout en réduisant de moitié la consommation moyenne mondiale d’énergie.

    Sans ces changements fondamentaux, prévient l’étude, nous sommes confrontés à un dilemme existentiel : dans notre système économique actuel, les économies d’énergie nécessaires pour éviter des changements climatiques catastrophiques pourraient miner le niveau de vie ; tandis que l’amélioration du niveau de vie nécessaire pour mettre fin à la pauvreté matérielle nécessiterait une forte augmentation de la consommation d’énergie, aggravant encore la dégradation du climat.

    L’étude, dirigée par l’Université de Leeds et publiée aujourd’hui (30 juin 2021) dans Global Environmental Change, a examiné quelles politiques pourraient permettre aux pays d’utiliser moins d’énergie tout en offrant à l’ensemble de la population des « niveaux de vie décents » – des conditions qui satisfont aux exigences humaines fondamentales besoins en nourriture, eau, assainissement, santé, éducation et moyens de subsistance.

    L’auteur principal Jefim Vogel, chercheur au doctorat à l’Institut de recherche sur le développement durable de Leeds, a expliqué : « Un niveau de vie décent est crucial pour le bien-être humain, et la réduction de la consommation mondiale d’énergie est cruciale pour éviter des changements climatiques catastrophiques. Un développement véritablement durable signifierait fournir un niveau de vie décent. pour tout le monde à des niveaux beaucoup plus bas et durables d’utilisation de l’énergie et des ressources.

    “Mais dans le système économique actuel, aucun pays au monde n’accomplit cela – même pas près. Il semble que notre système économique soit fondamentalement désaligné avec les aspirations du développement durable : il est inadapté aux défis du 21e siècle.”

    La co-auteure, la professeure Julia Steinberger, de l’Université de Leeds et de l’Université de Lausanne en Suisse, a ajouté : « Le problème est que dans notre système économique actuel, tous les pays qui atteignent un niveau de vie décent consomment beaucoup plus d’énergie que ce qui peut être soutenu si nous devons éviter une dangereuse dégradation du climat.”

    D’ici 2050, la consommation mondiale d’énergie doit être aussi faible que 27 gigajoules (GJ) d’énergie finale par personne pour atteindre les aspirations de l’Accord de Paris de limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C sans s’appuyer sur des technologies futures spéculatives, selon le Groupe d’experts intergouvernemental. sur le changement climatique. Cela signifie que la consommation énergétique moyenne mondiale actuelle (55 GJ par personne) doit être réduite de moitié, tandis que les pays riches comme le Royaume-Uni (81 GJ par personne) ou l’Espagne (77 GJ par personne) doivent réduire leur consommation moyenne d’énergie d’autant. jusqu’à 65%, la France (95 GJ par personne) de plus de 70%, et les pays les plus énergivores comme les USA (204 GJ par personne) ou le Canada (232 GJ par personne) doivent réduire jusqu’à 90% .

    Une préoccupation majeure, cependant, est que des réductions aussi profondes de la consommation d’énergie pourraient miner les niveaux de vie, car actuellement, seuls les pays à forte consommation d’énergie atteignent des niveaux de vie décents.

    Même les pays les plus légers en énergie qui atteignent un niveau de vie décent – avec en tête l’Argentine (53 GJ par personne), Chypre (55 GJ par personne) et la Grèce (63 GJ par personne) – utilisent au moins le double ‘ niveau de 27 GJ par personne, et de nombreux pays en utilisent encore plus.

    En revanche, dans tous les pays dont la consommation d’énergie est inférieure à 27 GJ par personne, une grande partie de la population souffre actuellement de conditions de vie précaires – par exemple, en Inde (19 GJ par personne) et en Zambie (23 GJ par personne) , où au moins la moitié de la population est privée de besoins fondamentaux.

    Il semble que dans le système économique actuel, la réduction de la consommation d’énergie dans les pays riches pourrait nuire au niveau de vie, tandis que l’amélioration du niveau de vie dans les pays moins riches nécessiterait une forte augmentation de la consommation d’énergie et exacerberait ainsi davantage la dégradation du climat.

    Mais ce n’est pas une fatalité, montre l’équipe de recherche : des changements fondamentaux dans les priorités économiques et sociales pourraient résoudre ce dilemme du développement durable.

    Le co-auteur, le Dr Daniel O’Neill, de l’École de la terre et de l’environnement de Leeds, a expliqué : « Nos résultats suggèrent que l’amélioration des services publics pourrait permettre aux pays d’offrir un niveau de vie décent à des niveaux de consommation d’énergie inférieurs. Les gouvernements devraient offrir des services gratuits et élevés. des services publics de qualité dans des domaines tels que la santé, l’éducation et les transports publics.

    « Nous avons également constaté qu’une répartition plus équitable des revenus est cruciale pour atteindre un niveau de vie décent avec une faible consommation d’énergie. Pour réduire les disparités de revenus existantes, les gouvernements pourraient augmenter les salaires minimums, fournir un revenu de base universel et introduire un niveau de revenu maximum. des impôts plus élevés sur les hauts revenus et des impôts plus bas sur les bas revenus. »

    Selon l’équipe de recherche, un autre facteur essentiel est l’accès abordable et fiable à l’électricité et aux combustibles modernes. Bien que cela soit déjà presque universel dans les pays riches, il fait toujours défaut pour des milliards de personnes dans les pays à faible revenu, mettant en évidence d’importants besoins en infrastructures.

    La conclusion peut-être la plus cruciale et peut-être la plus surprenante est que la croissance économique au-delà de niveaux de richesse modérés est préjudiciable aux aspirations de développement durable.

    Le professeur Steinberger a expliqué: “Contrairement aux hypothèses largement répandues, les preuves suggèrent que des niveaux de vie décents ne nécessitent ni croissance économique perpétuelle ni niveaux de richesse élevés.

    « En fait, la croissance économique dans les pays riches ou même modérément riches est préjudiciable au niveau de vie. Et elle est aussi fondamentalement insoutenable : la croissance économique est liée à l’augmentation de la consommation d’énergie, et rend ainsi virtuellement les économies d’énergie nécessaires pour lutter contre le dérèglement climatique. impossible.”

    “Un autre facteur préjudiciable est l’extraction de ressources naturelles telles que le charbon, le pétrole, le gaz ou les minéraux – ces industries doivent être réduites rapidement.”

    L’auteur principal Jefim Vogel a conclu : « En bref, nous devons abandonner la croissance économique dans les pays riches, réduire l’extraction des ressources et donner la priorité aux services publics, aux infrastructures de base et à une répartition équitable des revenus partout.

    « Avec ces politiques en place, les pays riches pourraient réduire leur consommation d’énergie et leurs émissions tout en maintenant ou même en améliorant leur niveau de vie ; et les pays moins riches pourraient atteindre un niveau de vie décent et mettre fin à la pauvreté matérielle sans avoir besoin de grandes quantités d’énergie. C’est une bonne nouvelle pour la justice climatique , une bonne nouvelle pour le bien-être humain, une bonne nouvelle pour l’éradication de la pauvreté et une bonne nouvelle pour la sécurité énergétique.

    « Mais nous devons être clairs sur le fait que pour y parvenir, il faut en fin de compte une transformation plus large et plus fondamentale de notre système économique dépendant de la croissance. idée dont le temps est venu.”

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *