L’armée de l’air ignore le signe “ prenez un ”.

  • FrançaisFrançais



  • LE PENTAGON – Le général Charles Q. Brown, chef d’état-major de l’Armée de l’air, a été vu en train de retourner à un bol de barres chocolatées étiqueté «prendre un» deux fois lors de l’événement de trucs ou de friandises à distance sociale des chefs d’état-major interarmées.

    “J’aurai besoin de cela pour la capacité d’Halloween à longue portée”, a déclaré Brown, plaçant un Snickers de taille normale dans la poche de son costume de Batman. «Et j’en aurai besoin pour faire peur à la grève commune», dit-il, désignant les tasses de Reese dans son autre poche.

    Le général James P. McConville, chef d’état-major de l’armée a respecté le signe, insistant sur le fait qu’il ne voulait jamais qu’un simple bar Hersey, car il était plus concentré sur la préparation du personnel fantôme et gobelin et la conception d’excellents costumes d’Halloween.

    L’amiral Michael M. Gilday, chef des opérations navales, a insisté sur le fait que les tasses de Reese ne comptaient pas vraiment comme une barre chocolatée, car il y avait plusieurs pièces dans un seul paquet, mais a crié au scandale lors des multiples voyages dans le pot de bonbons.

    «J’ai été très clair sur le fait que j’avais besoin de 355 morceaux de bonbons pour atteindre nos objectifs d’Halloween, ici et dans le quartier qui distribue les bons bonbons.» Gilday a ajouté, touchant les Skittles et les M & Ms avant de décider de Charleston Chews. «La présence de Candy compte.»

    Le lieutenant-général Daniel R. Hokanson, chef du Bureau de la Garde nationale, était ravi d’être invité, mais a été escorté dans un deuxième bol – Tootsie Roll mix with the Dots and Tootsie Rolls choisi – qui a été mis de côté pour «très spécial Partenaires Total Force / allergies aux arachides. »

    Le général David H. Berger, commandant du Corps des Marines, ne voyait aucun problème avec les Tootsie Rolls. «Nous serons la force la plus effrayante, la plus effrayante et la plus éprouvée d’Halloween avec ces confiseries au chocolat du Père Noël que nous venons de recevoir du bas de Noël 1918 de l’armée. Il a dit.

    «Et parce que je ne suis pas un planificateur de merde, j’ai apporté ma propre collation pour la fête,» dit-il, sortant un six-er de Crayolas de sa poche.

    Source

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *