Des vétérans à travers le pays se présentent pour devenir le prochain confrère connard

  • FrançaisFrançais



  • Par Taskforce Batte de Football

    AMÉRIQUE – Alors que la nation entre dans une année critique d’élections de mi-mandat, les vétérans de tout le pays se battent pour devenir la prochaine merde veule qui suivra la ligne pour la direction de leur parti au Congrès.

    Les campagnes à travers le pays promettent aux électeurs davantage des mêmes vieux sifflets de chien et des conneries de guerre culturelle, ainsi qu’une forte concentration sur des problèmes fabriqués sans conséquence. Mais sur les sites Web de certains candidats, il y a plus.

    Tout en s’assurant qu’ils se plient à leur base, les candidats vétérans font également un pas supplémentaire pour souligner leur service et sa pertinence par rapport à la façon dont ils laisseront tomber quiconque espère une démocratie constitutionnelle fonctionnelle à Washington.

    “Je suis un combattant, et je vais aller à Washington et m’engager dans un combat mortel en votre nom”, dit la page “À propos de moi” d’un ancien béret vert candidat aux élections, “tout comme je l’ai fait au combat, pour protéger vos libertés.

    Ces candidats vétérans ont de nombreux attributs qui les distinguent du terrain – l’expérience du leadership, le privilège de s’être fait tirer dessus sans raison réelle et la capacité de dire ou d’écrire le mot «vétéran» environ 10 000 fois par jour – mais ils se considèrent comme équipés pour être des membres efficaces du Congrès.

    Merci d’avoir lu le blog de Duffel. Cette publication est publique alors n’hésitez pas à la partager.

    Partager

    Un autre candidat se vante : « J’ai été décoré pour bravoure au combat, ce qui m’autorise à déshumaniser les fonctionnaires qui ont été élus par mes concitoyens et que j’appellerai bientôt ‘collègues’ ».

    “N’ayez pas peur, base partisane”, dit un candidat à ses électeurs, “je suis un individu robuste qui va tout mettre en place dès son arrivée dans le marais, décevant tous ceux qui espèrent que les dirigeants élus recommenceront à gouverner avec humilité et un volonté de compromis. »

    “Je n’avais pas peur des talibans”, écrit un autre candidat, “mais je serai pétrifié de ma base extrême, vivant dans la peur constante d’être perçu comme n’étant pas obstiné, obstructionniste ou suffisamment nuisible à la démocratie pour eux, tout comme tous les autres qui sont élus de nos jours.

    La « prochaine vague de camouflage décevante » n’a pas encore atteint son plein régime au début de la saison électorale, mais les experts prédisent que l’expression « quand je protégeais notre pays » sera utilisée entre 10 et 20 milliards de fois d’ici novembre. par les candidats alors qu’ils rivalisent pour devenir officiellement complices des maux qui affligent notre nation.

    laissez un commentaire

    Source

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.