Retarder la deuxième dose du vaccin contre l’ARNm COVID-19 produit une réponse immunitaire plus forte

  • FrançaisFrançais



  • La première étude évaluée par des pairs en Amérique du Nord examinant le délai entre la première et la deuxième dose de vaccins à ARNm COVID-19 montre qu’un intervalle de dose plus long conduit à une réponse immunitaire plus forte. L’étude est financée par le gouvernement du Canada par le biais de son groupe de travail sur l’immunité contre la COVID-19 (CITF).

    Le chercheur principal, le Dr Brian Grunau, professeur adjoint au département de médecine d’urgence de l’UBC et scientifique au Center for Health Evaluation and Outcome Sciences, indique que ces résultats – publiés aujourd’hui dans Clinical Infectious Diseases – pourraient éclairer les efforts internationaux de vaccination contre le COVID-19 en cours.

    L’étude évaluée par des pairs a comparé les résultats des tests sanguins d’un total de 186 ambulanciers paramédicaux, dont certains ont été vaccinés dans l’intervalle recommandé précédemment de moins de quatre semaines, et d’autres qui ont reçu leur deuxième dose après six à sept semaines.

    “Nous avons trouvé des niveaux d’anticorps significativement plus élevés chez les individus qui avaient des intervalles de vaccination plus longs, et cela était cohérent quel que soit le vaccin à ARNm administré”, a déclaré le Dr Grunau.

    Les vaccins à ARNm comprennent le vaccin Pfizer-BioNTech Comirnaty et le vaccin Moderna Spikevax. Bien que les niveaux d’anticorps ne soient qu’un moyen de mesurer la réponse immunitaire du corps, ils jouent un rôle très important.

    Compromis entre les stratégies de vaccination

    Ces résultats ont des implications pour l’effort mondial de vaccination en cours, car la moitié de la population mondiale n’a pas encore été vaccinée. L’élargissement de l’intervalle de dosage du vaccin recommandé a le potentiel de conduire à une réponse immunitaire à long terme plus forte chez les individus et facilitera également un accès plus rapide au niveau communautaire à la première dose de vaccin.

    « Cette stratégie d’intervalle plus long permet un accès précoce aux premières doses dans la population et assure la meilleure protection possible avec la série à deux doses », a ajouté le Dr Grunau.

    Bien que les mesures de l’immunité soient corrélées avec le risque de contracter le COVID-19, cette étude n’a pas évalué les infections de percée réelles.

    Informer les décisions relatives à la stratégie de vaccination

    Les participants à l’étude sont inscrits au plus grand projet COVID-19 sur les risques professionnels, la séroprévalence et l’immunité chez les ambulanciers paramédicaux (CORSIP), une étude nationale examinant l’impact de la pandémie sur les ambulanciers paramédicaux. L’équipe est codirigée par le Dr Grunau et le Dr David Goldfarb, professeur agrégé de clinique au Département de pathologie et de médecine de laboratoire de l’UBC et microbiologiste médical et spécialiste des maladies infectieuses au BC Children’s Hospital et au BC Women’s Hospital and Health Centre, ainsi que comme les Drs. Tracy Kirkham et Paul Demers de l’Université de Toronto. Ils ont commencé à recruter des ambulanciers paramédicaux il y a moins de 10 mois, mais les chercheurs continuent de fournir des données en temps réel au CITF pour déterminer s’il y a des implications pour les décisions politiques.

    Bien que ce flux constant de nouvelles informations puisse rendre les choses difficiles lors de la prise de décisions en matière de santé publique, il a été gratifiant pour les chercheurs de voir leurs efforts se traduire par des résultats cliniquement pertinents.

    “C’est le véritable objectif de tout chercheur”, a déclaré le Dr Grunau. “Nous voulons faire des recherches qui auront un impact positif sur la vie des gens et affecteront les politiques.”

    « Ces résultats appuient les décisions prises dans de nombreuses juridictions au Canada pour les premières doses rapides avec un intervalle d’administration prolongé », a déclaré le Dr Tim Evans, directeur général du CITF. “Les résultats sont également très importants pour éclairer le déploiement des vaccins dans d’autres pays où l’allongement de l’intervalle de dose peut aider à promouvoir l’équité vaccinale.”

    Brian Grunau, Michael Asamoah-Boaheng, Pascal M Lavoie, Mohammad Ehsanul Karim, Tracy L Kirkham, Paul A Demers, Vilte Barakauskas, Ana Citlali Marquez, Agatha N Jassem, Sheila F O’Brien, Steven J Drews, Scott Haig, Sheldon Cheskes , David M Goldfarb.
    Une réponse en anticorps plus élevée est générée avec un intervalle de dosage du vaccin contre le coronavirus 2 (SRAS-CoV-2) de 6 à 7 semaines (par rapport à la norme).
    Maladies infectieuses cliniques, 2021- doi : 10.1093/cid/ciab938

    Source

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.