La vague d’Omicron perturbe les espoirs de croissance des salaires en Australie – les principaux influenceurs macroéconomiques

  • FrançaisFrançais



  • Certains économistes pensent que la vague Omicron constituera un risque évident d’augmentation des salaires cette année, car le nombre croissant de cas menace de perturber la reprise économique de l’Australie.

    Jim Stanford

    Jim Stanford, économiste et directeur du Center for Future Work, basé à l’Australia Institute, a partagé un aperçu de l’impact effrayant de la variante Covid-19 Omicron sur les marchés du travail et les futurs gains salariaux. Il a tweeté qu’il était ironique qu’alors que la pandémie annihile l’offre de main-d’œuvre, les salaires semblent n’aller nulle part.

    Les économistes avaient prédit des augmentations de salaire de plus de 2% en 2022, après des années de stagnation de la croissance des salaires. Cependant, ces prévisions devraient être au point mort jusqu’en 2023, alors que les activités économiques chutent à de nouveaux creux en raison de nouvelles pénuries de main-d’œuvre et de goulots d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement causés par la vague Omicron.

    La plupart des économistes craignent un retour aux blocages en raison du nombre croissant d’infections à Covid-19, ce qui va encore faire dérailler la reprise et bloquer les augmentations de salaire cette année. L’emploi dans plusieurs régions a été touché en raison de l’explosion du nombre de cas et des contacts étroits isolés.

    Claudia Sahm

    Claudia Sahm, économiste et ancienne directrice de la politique macroéconomique au Washington Center for Equitable Growth, et chef de section au Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale américaine, a retweeté une recherche partagée par le Dr Cecília Tomori, anthropologue et spécialiste de la santé publique, sur les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ayant identifié le potentiel d’une augmentation rapide des infections à Omicron aux États-Unis qui a été modélisé dans un article de décembre.

    L’agence a découvert une combinaison de facteurs responsables de l’augmentation exponentielle des cas d’Omicron à travers le monde, à savoir sa transmissibilité élevée et la capacité du variant à échapper à l’immunité fournie par une infection ou une vaccination passée, généralement appelée invasion immunitaire.

    Contenu de nos partenaires
    Logistique pharmaceutique centrée sur le patient : comment CRYOPDP donne de l'espoir dans le monde entier

    Comment une entreprise adopte la collaboration pour faire progresser la technologie pharmaceutique

    Les résultats des analyses de scénarios ont également indiqué une forte augmentation des cas dans les semaines à venir et un pic quotidien de nouvelles infections qui a dépassé les semaines précédentes en janvier de cette année. Cela se traduirait automatiquement par une augmentation de la demande hospitalière aux États-Unis, malgré une gravité réduite des cas en raison du grand nombre de cas sur une courte période de temps.

    Catherine Swift

    Catherine Swift, économiste et ancienne présidente du conseil d’administration de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), a partagé un article sur le fait que le système de santé canadien est cher et au mieux sans exception, même avant la pandémie de Covid-19. Elle a tweeté que les problèmes criants qui sont apparus en raison de la crise du virus devraient convaincre les Canadiens que des réformes structurelles majeures sont nécessaires et que dépenser de l’argent public à lui seul n’aidera pas à réparer l’instabilité du système de santé.

    Les experts soutiennent que le Canada a été dans un état de déni que les gens dépensent plus en soins de santé et reçoivent des résultats médiocres par rapport à de nombreux autres pays avancés. Cependant, la récente flambée des infections provoquée par la variante hautement transmissible d’Omicron a révélé les graves problèmes du système avec l’augmentation des hospitalisations et de graves pénuries d’infirmières et de personnel.

    L’augmentation écrasante des infections ces dernières semaines a non seulement poussé de nombreux travailleurs de première ligne en quarantaine, mettant à rude épreuve les systèmes de santé, mais les a également poussés à démissionner au début de leur carrière. Des provinces comme l’Ontario et la Colombie-Britannique, par exemple, ont reporté les chirurgies non urgentes en raison du manque de personnel. De même, de nombreuses cliniques et hôpitaux des régions éloignées ont été contraints de fermer temporairement et de transférer des patients ailleurs.

    Les Canadiens devraient payer 25 % de plus pour les soins de santé que la moyenne de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la récente augmentation des cas de coronavirus mettant à rude épreuve son système de santé.

    Sociétés liées

    Source

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *