La pilule Pfizer pour COVID-19 montre un avantage considérable dans les résultats d’une étude majeure

  • FrançaisFrançais



  • La pilule expérimentale COVID-19 de Pfizer a considérablement réduit les hospitalisations et les décès dans une vaste étude sur des adultes à haut risque de maladie à coronavirus grave, une découverte majeure qui rapproche un traitement pratique et puissant pour les personnes non vaccinées ou encore à risque.

    Dans une déclaration du vendredi, le fabricant de médicaments a déclaré que les enquêteurs de l’essai avaient signalé que le traitement avec la pilule, appelée Paxlovid, avait entraîné une réduction de 89 % du risque par rapport au placebo pour les patients qui l’avaient reçue dans les trois jours suivant les symptômes. Le haut degré d’efficacité a incité Pfizer, après des discussions avec les responsables de la Food and Drug Administration, à mettre fin à l’essai plus tôt et à accélérer les plans pour demander à l’agence une autorisation d’urgence.

    Une demande, si elle était soumise comme prévu, viendrait juste après une autre demande de Merck & Co. et Ridgeback Biotherapeutics, qui pourraient bientôt recevoir l’autorisation de la FDA pour leur médicament oral, le molnupiravir. Jeudi, le gouvernement britannique a accordé une autorisation réglementaire au molnupiravir, ce qui en fait la première pilule disponible pour traiter le COVID-19.

    La réduction de risque de 89 % signalée par Pfizer avec Paxlovid dépasse les 50 % d’avantages observés dans un essai clinique de stade avancé testant la pilule de Merck et Ridgeback dans une population de patients similaire. Bien que la comparaison entre les essais puisse induire en erreur, les résultats de Pfizer suggèrent qu’un autre antiviral puissant contre les coronavirus est à portée de main. Les investisseurs en ont pris note, envoyant les actions de Pfizer en hausse de 10% dans les échanges matinaux, tandis que celles de Merck ont ​​chuté de 9%.

    Les résultats positifs pour les deux médicaments pourraient conduire les gouvernements du monde entier à stocker l’offre et, pour leurs fabricants, à des ventes à succès. Merck a récemment prévu entre 5 et 7 milliards de dollars de ventes de molnupiravir, qui sera vendu sous le nom de Legevrio, jusqu’à la fin de 2022. Mais l’efficacité apparemment supérieure de Paxlovid pourrait en faire une alternative solide.

    Le bénéfice de Paxlovid semble également supérieur à celui des médicaments à base d’anticorps synthétiques développés par Regeneron et Eli Lilly, qui ont réduit le risque d’hospitalisation ou de décès d’environ 70 %.

    L’annonce des résultats de l’essai de Paxlovid est intervenue à la fin d’une semaine au cours de laquelle les premiers jeunes enfants ont reçu le vaccin contre le coronavirus de Pfizer après son autorisation pour un usage pédiatrique par la FDA la semaine dernière. Pfizer a également augmenté ses prévisions de ventes de son vaccin cette année à 36 milliards de dollars, une somme historique pour un produit pharmaceutique et l’équivalent d’environ 80% des ventes du reste des activités de Pfizer.

    “Les nouvelles d’aujourd’hui changent vraiment la donne dans les efforts mondiaux pour arrêter les ravages de cette pandémie”, a déclaré le PDG de Pfizer, Albert Bourla, dans un communiqué. « Ces données suggèrent que notre candidat antiviral oral, s’il est approuvé ou autorisé par les autorités réglementaires, a le potentiel de sauver la vie des patients, de réduire la gravité des infections au COVID-19 et d’éliminer jusqu’à neuf hospitalisations sur 10. »

    Brian Abrahams, analyste chez RBC Capital Markets, a écrit dans une note aux clients que les résultats de Paxlovid « plafonnent [a] semaine transformatrice dans l’atténuation de COVID-19″ qui “devrait accélérer notre retour vers notre normalité pré-COVID”.

    L’étude, appelée EPIC-HR, a recruté des personnes non vaccinées avec des infections confirmées à coronavirus et au moins une condition associée à un risque accru de COVID-19 sévère. Les patients ont été randomisés pour recevoir soit un placebo, soit du Paxlovid avec le ritonavir antiviral anti-VIH, qui, selon Pfizer, aide à ralentir le métabolisme du Paxlovid dans l’organisme.

    Les résultats provenaient d’une analyse intermédiaire réalisée après que 1 219 patients se soient inscrits et aient terminé 28 jours de suivi. Parmi les 389 patients qui ont reçu l’association Paxlovid-ritonavir dans les trois jours suivant l’apparition des symptômes, trois ont été hospitalisés et aucun n’est décédé, contre 27 hospitalisations parmi les 385 personnes qui ont reçu un placebo, dont sept sont décédées plus tard.

    En mesurant l’efficacité dans un grand groupe de participants qui ont reçu le médicament de Pfizer dans les cinq jours suivant le début des symptômes, la réduction du risque par rapport au placebo était légèrement inférieure, à 85 %. Six des 607 patients ayant reçu l’association Paxlovid-ritonavir ont été hospitalisés et aucun n’est décédé, tandis que 41 des 612 patients ayant reçu le placebo ont été hospitalisés et 10 sont décédés.

    Les données de Pfizer ont également stimulé la fortune d’Enanta Pharmaceuticals, qui développe un antiviral COVID-19 qui fonctionne de la même manière que Paxlovid. Les actions de la biotechnologie ont augmenté de 13%, bien qu’Abrahams ait noté que la grande efficacité de Paxlovid peut laisser peu de place à l’amélioration d’un médicament de suivi.

    La biotechnologie japonaise Shionogi développe également un type similaire d’antiviral connu sous le nom d’inhibiteur de protéase.

    Si Paxlovid obtient une autorisation d’urgence, Pfizer pourrait avoir la capacité de fabriquer jusqu’à 50 millions de doses, a écrit Umer Raffat, analyste chez Evercore ISI, dans une note aux clients.

    Pfizer teste également Paxlovid chez les patients qui ne sont pas à haut risque de COVID-19 sévère, y compris certains individus vaccinés, et comme traitement préventif pour les personnes qui ne sont pas infectées mais qui sont exposées au virus par un membre de leur foyer. La société s’attend à ce que ces essais donnent des résultats au début de l’année prochaine.

    Source

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *