BioNTech utilisera la technologie de l’ARNm pour développer un vaccin antipaludique « hautement efficace »

  • FrançaisFrançais



  • Le fabricant de vaccins BioNTech cherche à reproduire le succès de son jab COVID-19 basé sur l’ARNm en partenariat avec Pfizer alors qu’il vise le développement d’un vaccin antipaludique « très efficace ».

    L’approche de la société de biotechnologie est à deux volets – axée à la fois sur le développement d’un vaccin candidat contre le paludisme et sur le renforcement des capacités de fabrication d’ARNm sur le continent africain.

    Dans le cadre de son objectif de développement de vaccins, BioNTech évaluera plusieurs vaccins candidats à l’aide de sa technologie d’ARNm, avec des plans pour cibler les cibles connues du paludisme, notamment la protéine circumsporozoïte (CSP) et les nouveaux antigènes découverts au stade de la recherche préclinique.

    Après la phase préclinique, BioNTech sélectionnera les candidats vaccins à ARNm « les plus prometteurs » pour un développement clinique ultérieur, dans le but de commencer un essai clinique pour le premier vaccin candidat pour la fin de 2022.

    En outre, BioNTech développera des solutions durables de production et d’approvisionnement de vaccins sur le continent africain, explorant les possibilités de construire des installations de fabrication d’ARNm soit avec des partenaires, soit seule.

    Les installations devraient fabriquer un certain nombre de vaccins à base d’ARNm après approbation, BioNTech prévoyant de co-implanter ses capacités de fabrication africaines avec des centres de transfert de technologie déjà en cours de développement par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui s’aligne sur la stratégie de fabrication africaine. lancé par le CDC Afrique.

    L’OMS, la Commission européenne (CE) et d’autres organisations ont été impliquées dans les premières étapes de la planification du projet de lutte contre le paludisme de BioNTech.

    Ces organisations, selon BioNTech, ont offert un soutien pour identifier et mettre en place l’infrastructure nécessaire au projet.

    BioNTech collaborera également avec l’Union africaine et le CDC africain dans le cadre du partenariat pour le programme de fabrication de vaccins en Afrique afin de garantir que les facteurs favorables – y compris l’alignement réglementaire, le transfert de politiques et la coordination des pays – sont établis pour garantir que le vaccin est livré aux citoyens de la Union Africaine.

    Le projet fait également partie de l’initiative «Eradiquer le paludisme» dirigée par la Fondation kENUP, visant à accélérer l’éradication de la maladie infectieuse.

    « Nous sommes plus que reconnaissants de faire partie des efforts conjoints du projet Eradicate Malaria. Avec nos partenaires, nous ferons tout ce qu’il faut pour développer un vaccin antipaludique à base d’ARNm sûr et efficace qui préviendra la maladie, réduira la mortalité et assurera une solution durable pour le continent africain et les autres régions touchées par cette maladie », a déclaré Ugur. Sahin, PDG et co-fondateur de BioNTech.

    « Nos efforts comprendront une recherche et une innovation de pointe, des investissements importants dans le développement de vaccins, la mise en place d’installations de fabrication et le transfert d’expertise de fabrication vers des sites de production sur le continent africain et partout où cela est nécessaire », a-t-il ajouté.

    Source

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *