ADC Therapeutics annule son accord avec Sobi pour élargir la portée de son médicament anticancéreux

  • FrançaisFrançais



  • Brief de plongée :

    • ADC Therapeutics le vendredi annoncé un accord avec le fabricant de médicaments suédois Sobi pour développer et commercialiser son médicament anticancéreux Zynlonta en Europe et dans d’autres régions en dehors des États-Unis
    • En vertu de l’accord, Sobi versera à l’ADC 55 millions de dollars d’avance et 50 millions de dollars supplémentaires une fois que le médicament sera approuvé en Europe. ADC pourrait également recevoir jusqu’à 330 millions de dollars en paiements d’étape supplémentaires, ainsi que des redevances sur les ventes nettes de Zynlonta.
    • Zynlonta a été approuvé aux États-Unis en avril 2021 pour traiter le lymphome à grandes cellules B et est le seul médicament d’ADC sur le marché. Une décision d’homologation par les régulateurs européens est attendue au premier trimestre 2023.

    Résumé :

    ADC Therapeutics a levé 268 millions de dollars lors de l’une des plus importantes introductions en bourse de 2020. Mais comme de nombreuses autres sociétés de biotechnologie qui sont devenues publiques au cours des deux dernières années, la société ressent les effets de la crise du secteur. ralentissement et se négocie bien en dessous de son prix de départ.

    Depuis son introduction en bourse, la société a pu commercialiser son premier produit, Zynlonta. Le traitement est l’un des nombreux conjugués de médicaments dits anticorps à être autorisé par les régulateurs ces dernières années et est approuvé pour les patients atteints de lymphome à grandes cellules B dont la maladie n’a pas répondu à au moins deux traitements.

    Cependant, les ventes n’ont pas décollé jusqu’à présent. Le médicament a généré 16,5 millions de dollars au dernier trimestre, par exemple, moins qu’il ne s’est vendu au trimestre précédent et manque les estimations consensuelles des analystes de 18,4 millions de dollars, selon une note de recherche de mai de l’analyste de Morgan Stanley, Matthew Harrison. L’ADC a cité une augmentation des infections à coronavirus d’omicron ainsi qu’une diminution des visites de patients, entre autres facteurs, pour les nombres inférieurs. Mais les actions ont néanmoins chuté de plus de 20% aux nouvelles.

    ADC vise à accélérer son lancement sous une nouvelle direction. En mai, Ameet Mallik, l’ancien chef de la division oncologie de Novartis, rejoint ADC en tant que PDG, en remplacement du co-fondateur Chris Martin. La société se prépare à vendre le médicament en Europe, un effort commercial qui sera désormais dirigé par Sobi. ADC le teste également dans des lignes de traitement antérieures ainsi que dans différentes tumeurs malignes à cellules B.

    En attendant, cependant, l’ADC tente de prendre des parts de marché aux thérapies CAR-T, qui sont puissamment efficaces contre le lymphome mais qui ont des effets secondaires importants et sont limitées aux grands centres universitaires.

    ADC se concentre donc sur les oncologues communautaires pour élargir la portée du médicament.

    La société estime que son médicament offre une alternative à ceux “qui espèrent rester dans un cadre communautaire au lieu d’aller dans des centres CAR-T”, a écrit Harrison en mai. Zynlonta ne déclenche pas non plus les effets secondaires neurologiques ou immunitaires potentiellement graves associés au CAR-T, qui devraient « servir de [a] avantage commercial », selon Kelly Shi, analyste chez Jefferies.

    Les actions d’ADC ont grimpé de 16 %, à environ 11 $ chacune, dans les échanges de vendredi. La société est devenue publique à 19 $ par action en mai 2021.

    Source

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.