Retour sur les citations les plus mémorables d’Alber Elbaz –

  • FrançaisFrançais


  • Alber Elbaz a souvent dit que la mode était une histoire de narration – et il pourrait dénoncer une tempête.

    De la mode de la septième avenue aux réflexions profondes sur les vêtements, il a dispensé beaucoup de sagesse au cours d’une carrière de mode légendaire.

    Voici quelques-unes de ses citations les plus mémorables de :

    SUR L’IMPORTANCE DE LA MODE: «Ma conclusion aujourd’hui est que la mode est très importante, aujourd’hui peut-être plus que jamais, car nous, les créateurs de mode, avons peut-être un rôle à jouer. Nous avons le devoir d’apporter de la beauté au monde, de faire en sorte que les femmes se sentent mieux, de faire en sorte que les femmes se sentent bien, de les élever. Aujourd’hui, j’étais à Barneys pendant quelques heures – nous avons eu une émission de tronc. Il y avait cette femme que j’aidais, et elle m’a dit à la fin de ce petit rendez-vous que nous avions: «Je vais être fauché, mais je suis heureuse». Je pense que c’est toute l’idée de ce que la mode va faire aujourd’hui, et je dis que, quand tout s’écroule, ce n’est peut-être pas une mauvaise idée d’investir dans une bonne robe. (2008)

    SUR LA COLLABORATION: «Je sais que le pire ennemi de nombreux designers est le PDG. Je pense que, d’une certaine manière, le PDG le plus frustrant me dira que nous ne pouvons pas contrôler le designer. Je ne pensais pas qu’il s’agissait de contrôler les concepteurs, ni d’ennemis, car nous ne sommes pas en guerre. C’est la paix. Je crois que tout est question de collaboration. Tout est question de dialogue. Et c’est ce que recherche cette industrie. » (2008)

    SUR DESIR: «Je travaillais ici avec Geoffrey Beene quand je suis arrivé en Amérique. Je ne parlais pas très bien l’anglais. Je me souviens qu’un jour, j’ai dit à M. Beene dans un essayage: «M. Beene, cette robe est tellement commerciale. M. Beene est devenu orange et m’a dit: «Alber, n’utilisez jamais le mot commercial. Dis souhaitable. C’est le moment où j’ai su que j’avais été introduit dans le monde du désir. (2008)

    SUR L’ESSENCE DE LANVIN: «Quand j’ai regardé les archives; le seul mot qui m’est venu dans les deux sens était «désir». Alors j’ai travaillé autour de ça et j’ai dit: «Vous savez que nous allons faire des collections pour les femmes, nous allons en fait mettre l’accent sur le désir, le désir de la mode, le désir du design. J’étais très dans le design parce que je venais de la maison de Geoffrey Beene, qui était tout au sujet du design, et puis nous l’avons poussé aussi à désirer, aux femmes, à la réalité, à être pertinent. Je pense que l’histoire de ma vie est pertinente. » (2012)

    SUR LES ROBES: «Je pense que j’étais très attentif aux femmes et je constate de plus en plus que les femmes changent. Leur mode de vie devient de plus en plus complexe et de plus en plus difficile au quotidien. J’essayais donc toujours de leur simplifier la vie. Par exemple, les robes de la première collection, beaucoup de gens ont dit qu’elles étaient très romantiques, je n’ai pas vu le côté romantique des robes; J’ai vu la facilité, la simplicité. J’ai vu se réveiller le matin et avoir vos enfants, votre mari et votre mère au téléphone, et votre travail qui vous appelait, c’était avant le SMS, comme il y a 10 ans, maintenant ils le font aussi. Les femmes ont besoin de quelque chose d’un peu plus facile dans leur garde-robe, au lieu de penser tous les matins à ce qui va avec quoi, elles se contentent de le glisser et de le retirer le soir. (2012)

    SUR LA MODERNITÉ: «Chaque fois que je pense au moderne, je pense toujours à quelque chose de terrible et de laid, et tout ce que j’essaie de faire, c’est de penser que le moderne peut être beau. La modernité n’est pas du cuir noir, et la modernité n’est pas de 17 fermetures éclair et la modernité n’est pas du rock’n’roll ou du heavy metal. La modernité pour moi est belle et émotionnelle, confortable et intemporelle. Je veux dire, voir une femme assise sur 50 mètres de tulle, je ne suis pas sûr que ce soit moderne. (2012)

    SUR LES PRÉ-COLLECTIONS: «Je pense que je suis le premier à avoir commencé à présenter la pré-collection, ce qui a été la plus grosse erreur de ma vie. J’ai fait le truc de l’Hôtel de Crillon et j’ai invité comme 10 rédacteurs en chef et quelques détaillants et j’ai pensé: C’est merveilleux de prendre un thé avec de belles fleurs et de parler de fleurs et de mode. Et puis plus de gens ont voulu venir, et nous avons fait un deuxième spectacle, puis plus de gens ont voulu venir et nous avons dû en faire une saison. Maintenant, le fait est que presque tout ce qui se trouve dans le magasin est entièrement consacré à cette pré-collection. » (2014)

    SUR L’AUTO-DOUTE: «J’aimerais pouvoir vous dire, Oh, ça va mieux. Je me souviens toujours qu’une nuit avant l’un des défilés de couture, j’ai vu M. Saint Laurent et je lui ai demandé comment il se sentait et il a dit: «Très mauvais! Et j’ai dit: ‘Pourquoi? Mais après toutes ces années? Et il a répondu: “A cause de toutes ces années.” Et j’ai pensé à quel point cette réponse était intelligente, intelligente et sensible, et je l’utilise. (2014)

    SUR INSTINCT: «Je travaille principalement par intuition. Chaque fois que je réfléchis trop et que j’essaie de rationaliser chaque problème, cela ne fonctionne pas. Je pense que l’intuition est l’essence même de ce métier. Je sais qu’on se lance dans le marketing et tout ça, mais tu sais quoi? Le fait qu’une femme ait acheté une chemise blanche la saison dernière ne signifie pas que c’est ce que vous allez lui vendre la saison prochaine. … C’est la raison d’être des designers – sinon, qui a besoin de nous? » (2014)

    SUR LES GENS DE LA MODE: «Je pense que nous sommes une belle industrie. Nous sommes l’une des plus belles industries au monde, vous savez? Je vais parfois à des partis de différentes industries – et je ne le mentionnerai pas pour ne blesser personne. Mais je peux vous dire que la mode – même si nous avons toujours l’air faux, affectés et ignorants et tout ce qui précède, peut-être – je dois vous dire que dans la mode, j’ai rencontré beaucoup de bons amis, de bonnes personnes, fidèles, intelligents, talentueux , travailleur.” (2014)

    SUR LA LOUDNESS: «Nous, designers, avons commencé comme couturiers avec des rêves, des intuitions et des sentiments. Nous avons commencé par: «Que veulent les femmes? De quoi les femmes ont-elles besoin? Que puis-je faire pour que les femmes améliorent et simplifient leur vie? Comment puis-je rendre une femme plus belle? C’est ce que nous faisions. Ensuite, nous sommes devenus directeurs de création, nous devons donc créer, mais surtout diriger. Et maintenant, nous devons devenir des créateurs d’images, en veillant à ce que les images soient belles. L’écran doit crier bébé – c’est la règle. Et le volume est la nouveauté. Le volume est le nouveau cool, et pas seulement à la mode. Je préfère chuchoter. Je pense que cela va plus loin et dure plus longtemps. (2015)

    Voir également:

    Alber Elbaz décède à 59 ans

    Alber Elbaz reviendra à la mode via le cinéma, pas sur la piste

    Alber et Lanvin – La dernière scission de la mode

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *