Les revenus de Kering bondissent de 35,1 % au quatrième trimestre alors que Gucci s’améliore –

  • FrançaisFrançais



  • PARIS – Une accélération de sa marque vedette Gucci au quatrième trimestre a permis au groupe français Kering d’atteindre une croissance de ses revenus de 35,2% en 2021, soit une amélioration de 13% par rapport à 2019.

    Les ventes de Gucci ont bondi de 31,6% au cours des trois mois clos le 31 décembre, en hausse de 18% par rapport à 2019, Kering attribuant “le succès de ses lignes emblématiques, ainsi qu’un calendrier intense d’événements et de lancements de nouveaux produits”. En 2021, les revenus de Gucci ont atteint 9,73 milliards d’euros, juste en deçà de son objectif souvent annoncé de 10 milliards d’euros.

    Les ventes de Gucci avaient ralenti au troisième trimestre, n’augmentant que de 3,8%, car une résurgence des cas de coronavirus l’été dernier a eu un impact sur les affaires en Asie, tandis que les consommateurs ont retenu leurs achats dans l’attente de sa collection Aria, qui comprenait un projet de “piratage” avec Balenciaga débarque en boutique fin septembre.

    Pendant ce temps, Saint Laurent a enregistré une “performance record” en 2021, avec des revenus en hausse de 45,6% à 2,52 milliards d’euros, et Bottega Veneta a dépassé le seuil de 1,5 milliard d’euros de revenus.

    Le conglomérat a également vanté “d’excellentes performances” chez Balenciaga et Alexander McQueen, qui figurent dans ses “autres maisons”. Cette division a vu ses revenus augmenter de 43,8% à 3,26 milliards d’euros.

    Le résultat net récurrent de Kering s’est amélioré de 70,4% à 3,36 milliards d’euros sur des revenus de 17,65 milliards d’euros. Le résultat opérationnel courant a bondi de 60%, soit une hausse de 4,5% de la marge.

    « Grâce à leur capacité à allier authenticité et créativité audacieuse, toutes nos maisons ont enregistré un fort rebond de leurs ventes, bien au-delà de leurs niveaux de 2019, tout en renforçant l’exclusivité de leur distribution et en renforçant encore leur capital marque », a déclaré François-Henri Pinault, président-directeur général. directeur général de Kering.

    “Toutes nos maisons sont plus solides que jamais, et nous sommes convaincus que nous poursuivrons l’élan de l’année dernière en 2022 et dans les années à venir”, a-t-il ajouté.

    La société n’a donné aucune orientation spécifique à ses maisons de mode et de joaillerie, à part “réaliser une croissance des revenus des magasins comparables tout en assurant l’expansion ciblée et sélective de leurs réseaux de vente au détail”.

    Dans un communiqué, Kering a cité un fort rebond après le ralentissement de la pandémie en 2020, « tiré par l’appétit des consommateurs pour les produits haut de gamme. Kering est parfaitement positionné pour profiter pleinement de cette reprise.

    Les résultats confirment des temps propices pour les géants européens du luxe.

    Le chiffre d’affaires du quatrième trimestre de LVMH Moët Hennessy Louis Vuitton s’est élevé à 20 milliards d’euros, en hausse organique de 22% par rapport à 2019, la division mode et maroquinerie enregistrant une croissance organique de 51%, reflétant la force des marques phares Louis Vuitton et Dior.

    La Compagnie Financière Richemont a indiqué que les revenus au cours des trois mois précédant le 31 décembre avaient bondi de 38% à taux de change constants par rapport à la même période deux ans plus tôt.

    VOIR ÉGALEMENT:

    Le bénéfice net de LVMH bondit de 156 % en 2021, dopé par un bon quatrième trimestre

    Les analystes du luxe applaudissent la hausse des prix de Louis Vuitton

    Gucci organisera un défilé de mode mixte en mai

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.