Le maquilleur Karim Rahman entre dans le cours de céramique et trouve son équilibre –

  • FrançaisFrançais



  • Le maquilleur Karim Rahman a un nouveau produit incontournable : l’argile.

    Mais ne vous attendez pas à ce qu’il apparaisse sur le visage des mannequins dans son prochain éditorial photo. Il l’utilise pour les créations en céramique qui sont à l’honneur dans son dernier projet, la galerie Hors-Series qu’il a ouverte à Paris avec les spécialistes de l’encadrement Marie-Christine Gautier et Frédéric Duarte.

    L’ouverture d’un espace dédié à la céramique était un résultat que Rahman n’aurait jamais imaginé lorsqu’il s’est sali les mains il y a sept ans en suivant un ami qui s’était inscrit à un cours de céramique amateur. « J’étais intéressé mais je n’ai pas réalisé tout de suite que j’étais un collectionneur. Ça a vraiment frappé quand j’ai déménagé, en les emballant tous. C’est alors que l’ampleur de mon truc pour les vases m’a frappé », admet-il.

    Un premier bol, l’élément le plus simple selon lui, a été sa porte d’entrée vers la pratique de la céramique, qui l’a amené à s’inscrire à un cours de cinq mois sans en parler à personne – “pas même mon assistant”, dit-il.

    Galerie Hors-Séries
    Alfredo Piola/Avec l’aimable autorisation de Hors-Séries

    Ce qui a vraiment conclu l’affaire, c’est la pratique en solo. « Pas de directeur artistique, pas de styliste, pas de photographe, pas d’assistant, pas de collègues. Juste moi, mon professeur, et le fait que je construis un objet avec mes mains – le même outil que j’utilise en tant que maquilleuse – qui ne s’effacera pas d’un coup de dissolvant », explique la maquilleuse, dont le travail a été photographié par des personnalités telles que Karl Lagerfeld, Patrick Demarchelier et Collier Schorr.

    Le vitrage, lui aussi, s’est avéré à la fois effrayant et attrayant pour lui. « En maquillage, si je mélange du blanc et du rouge, tu obtiendrais du rose. Mais ici, ça peut devenir noir ou bouillonner de manière étrange parce que c’est la chimie, les molécules qui m’ont obligé à vraiment plonger dans la science.

    Au début, il a caché sa nouvelle passion, de peur de passer pour un dilettante. Il partage son temps à parts égales entre Paris et sa carrière de maquilleur recherché, et le monde de la céramique qu’il a construit autour de sa maison du Luberon, une région vallonnée de la Provence française.

    Composition florale de Debeaulieu dans un vase de Margot Dawance- 050 : La galerie Hors-Séries

    Composition florale de Debeaulieu dans un vase par Margot Dawance
    Alfredo Piola/Avec l’aimable autorisation de Hors-Séries

    Passer de la pratique solo au galeriste a joué un grand rôle dans ce processus, dit-il, expliquant que braquer les projecteurs sur d’autres céramistes était essentiel au projet, car offrir uniquement ses propres créations aurait été comme “un photographe lançant un magazine, mais juste publier ses propres images.

    Il forme alors un trio avec Duarte et Gautier, qui l’aident à structurer son travail de céramique. « J’ai l’habitude d’être entouré d’une équipe. Quand j’entre dans mon [ceramics] studio, je ne sais pas par où commencer. Même si j’ai 350 assiettes à préparer, je vais en faire trois, descendre prendre un café, promener mon chien », admet-il, ajoutant qu’il terminait les grosses commandes promises pour des restaurants en France et à Hong Kong, dont un resto parisien branché. Rose’s Kitchen, avant de faire une pause dans les commandes pour faire place à sa pratique plus artistique.

    La galerie, située à deux pas de La Samaritaine au 91 rue Saint-Honoré, était auparavant un showroom des encadrements de Duarte et Gautier. L’espace blanc de 270 pieds carrés simplement indiqué par un logo en minuscules – par un ami de longue date Ezra Petronio – offre peu de distraction visuelle, laissant parler les céramiques de la liste rotative d’artistes de Hors-Séries.

    Leur intention avec Hors-Séries était de présenter la céramique comme un art accessible. “Même si certaines pièces frôlent la sculpture, je voulais de l’utilité – des vases, des bols, des choses qui ont une fonction en plus d’être belle à regarder – et d’être abordable, pour que les gens puissent en rêver, mais aussi trouver celui qui correspond à leur budgétaire », dit-il.

    Les pièces sont à des prix attractifs, commençant autour de 100 euros et arrivant à un peu moins de 1 000 euros. Bien que ce ne soit pas une limite stricte, Rahman estime que des chiffres plus élevés “devraient être justifiés par des techniques rares ou des milliers d’heures de travail”.

    Pour leur exposition inaugurale, le trio offrait des vases blancs comme symbole de cette page blanche de leurs carrières respectives. Les fleurs du fleuriste parisien à la mode Debeaulieu – “Je lui achetais trois vases par semaine”, avoue Rahman – ont donné vie et couleur à l’ensemble.

    Parmi les pièces présentées figurent des colonnes colorées de la céramiste britannique basée en France Sophy Mackeith ; les grands vases ondulés de l’artiste américaine Luisa Maisel ; les formes tubulaires de Solenne Belloir, et les formes libres défiant la gravité de Margot Dawance, qui utilise le temps de séchage comme l’un de ses paramètres. Une gamme de pièces attrayantes à effet bois des années 1960 du célèbre céramiste français Grandjean Jourdan occupe une place de choix sur un mur, Rahman s’empressant de préciser qu’il s’agissait de sa collection personnelle.

    Vases en grès par HŽlo•se Piraud

    Vases en grès par HŽlo•se Piraud
    Alfredo Piola/Avec l’aimable autorisation de Hors-SŽries

    Les critères qui permettent à un artiste d’entrer dans cette galerie ? Surprenez le trio. « Chacun a des références mais ce qui compte c’est un vocabulaire distinctif, rien de trop évident. Ce petit quelque chose qui nous dit qu’on est en présence de quelqu’un de sérieux [about ceramics]», comme le dit Rahman.

    Prochainement pour Hors-Séries, des expositions sur la vaisselle en mars et les luminaires en septembre, avec peut-être une sur les objets de beauté en juillet, comme un moyen pour Rahman de relier davantage les points entre ses deux sphères créatives. “Maintenant que vous allez l’imprimer, je vais devoir m’y tenir”, plaisante-t-il.

    Si la céramique a inspiré une approche différente des couleurs et des textures à son art du maquillage, le fait d’avoir la galerie comme résidence professionnelle fixe lui a également apporté un sentiment de paix. «C’était une façon de se sentir ancré – jeu de mots – et de pouvoir s’arrêter, prendre du temps. Il y a quelque chose de génial à poser son kit roulant et à être attaché à un endroit », confie-t-il. “Tu as un homme heureux devant toi.”

    Vases bleus de l'artiste danoise Maria Enaes

    Vases bleus de l’artiste danoise Maria Enaes
    Alfredo Piola/Avec l’aimable autorisation de Hors-SŽries

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.