Watchdog rejette la plainte concernant le contrat informatique de la NASA

  • FrançaisFrançais



  • Le Government Accountability Office (GAO) des États-Unis a rejeté une plainte alléguant que l’intégrateur de systèmes américain Leidos avait décroché un juteux contrat informatique avec la NASA après avoir engagé un ancien responsable de la NASA pour l’aider à préparer sa proposition.

    Le Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA, l’un des centres de l’agence spatiale dont les réseaux locaux sont gérés dans le cadre du contrat

    La plainte de Science Applications International Corporation (SAIC) de Reston, Virginie, est intervenue à la suite de l’attribution par la NASA d’un contrat de services de technologie de l’information et de communication à l’échelle de l’agence pour Advanced Enterprise Global Information Technology Solutions (AEGIS) à Leidos, également de Reston, Virginie. .

    Leidos et SAIC se sont séparés en 2013, la première, une société mère “axée sur les solutions”, se séparant de son activité de services sous le nom de SAIC. Avant la scission, des contrats étaient parfois abandonnés en raison de conflits d’intérêts. Il semble maintenant au GAO de régler les querelles.

    L’accord AEGIS fait suite au contrat initial des services de communications intégrés (NICS) de la NASA, qui a été attribué à SAIC en 2011 avec une valeur potentielle maximale de 1,3 milliard de dollars.

    Le suivi AEGIS de 10 ans a une valeur maximale de 2,5 milliards de dollars et devait se dérouler de septembre 2021 à août 2031. Dans ce cadre, Leidos doit fournir des services de télécommunications, de cloud et de centre de données dans tous les centres et installations de la NASA.

    Coup d’œil sur le rapport du GAO [PDF] montre que les deux fournisseurs ont obtenu des scores élevés, bien que Leidos ait juste battu SAIC avec un score d’aptitude à la mission de 902/1000 contre 826/1000, tout en sous-cotant ce dernier avec un prix de revient estimé à 1,835 milliard de dollars par rapport aux 1,941 dollars de SAIC, selon l’évaluation de la NASA.

    SAIC, cependant, a protesté contre l’évaluation et s’est plaint que Leidos avait “obtenu un avantage concurrentiel injuste en engageant un ancien responsable de la NASA en tant que consultant pour aider Leidos à préparer la proposition”.

    Lors d’un appel aux résultats en août dernier, le président-directeur général de Leidos Holding, Roger Krone, a fait remarquer que le prix “avait été contesté par le titulaire”, avant d’ajouter, “comme il semble que tout est de nos jours”.

    Il a averti les investisseurs que cela pourrait prendre quelques mois avant que les choses ne se calment et nous y voilà.

    Quant au GAO, il a noté que “l’agent de passation des marchés a lancé une enquête approfondie pour déterminer si X avait accès à des informations non publiques et utiles pour la concurrence”. (‘X’ étant l’officiel à la retraite anonyme de la NASA.)

    Le GAO a poursuivi : “Le responsable des contrats a d’abord conclu que X avait accès à des informations exclusives non publiques et à des informations sur la sélection des sources en raison du poste de haut rang que l’individu occupait à la NASA avant de prendre sa retraite.

    “L’agent de passation des marchés a toutefois constaté que les informations exclusives non publiques et la sélection des sources auxquelles X avait accès n’étaient pas utiles sur le plan concurrentiel, car les informations étaient soit devenues publiques, soit périmées au moment où les propositions initiales étaient dues le 20 novembre 2020. “

    En un mot, le fonctionnaire avait pris sa retraite de la NASA le 30 avril 2020, avant la publication du projet de RFP et avant que les propositions initiales ne soient dues. Dans l’ensemble, le GAO a constaté qu’une “enquête significative” avait été menée et que le mystérieux retraité de la NASA “n’avait aucune information utile pour la concurrence”.

    Les autres plaintes de SAIC ont été ignorées, le GAO concluant que les évaluations de la NASA étaient réalistes et raisonnables. “Les allégations de SAIC ne représentent rien de plus qu’un désaccord d’un manifestant sortant avec la décision de l’agence”, a déclaré l’avocat général du régulateur, Edda Emmanuelli Perez.

    “La manifestation est rejetée”, a-t-elle ajouté.

    Le registre a contacté SAIC pour obtenir son avis sur les questions et mettra à jour cet article si l’entreprise répond. ®

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.