Tension douteuse : le fléau des constructeurs de PC et des contrôleurs du télescope spatial Hubble

  • FrançaisFrançais



  • Bonne nouvelle, fans de Hubble – la NASA estime qu’elle a peut-être déterminé ce qui a bouleversé l’observatoire en orbite : une unité de contrôle de puissance (PCU) douteuse.

    L’agence dit seulement que le PCU est une cause “possible” de la panne technique de Hubble à ce stade, mais la théorie est suffisamment solide pour que les ingénieurs aient reçu le feu vert pour lancer une procédure pour passer aux composants d’alimentation de secours dans le vaisseau spatial.

    Pour rappel, Hubble n’est actuellement en mesure de réaliser aucune science : ses capteurs sont inactifs et en mode sûr car l’ordinateur de charge utile qui contrôle les instruments s’arrête mystérieusement. La NASA essaie de trouver la cause des accidents, et maintenant les soupçons sont tombés sur l’alimentation électrique.

    Le PCU se cache au sein de l’unité de commande et de traitement des données des instruments scientifiques (SI C&DH) et est responsable du maintien d’une alimentation en tension constante vers le matériel de l’ordinateur de la charge utile. Il contient un régulateur qui est censé assurer un flux électrique constant de cinq volts vers cet ordinateur et sa mémoire.

    Si cette tension dépasse ou dépasse les niveaux acceptables, un circuit de protection secondaire arrête l’ordinateur de la charge utile. L’équipe estime qu’il est possible que le régulateur envoie une tension en dehors des niveaux admissibles ou que le circuit de protection se soit bloqué d’une manière ou d’une autre dans son état “d’inhibition”.

    La dégradation au fil du temps semble être le coupable le plus probable, bien que l’équipe ne puisse faire qu’une meilleure estimation en fonction de la télémétrie disponible. Le PCU n’a pas non plus pu être réinitialisé par des commandes depuis le sol.

    Le plan est donc de basculer vers le côté sauvegarde du SI C&DH, qui comprend le PCU de sauvegarde. Cela signifie changer plus de matériel que ce qui serait idéal, mais, si tout se passe bien, les opérations scientifiques pourraient reprendre en quelques jours seulement.

    Un changement similaire s’est produit en 2008, cependant, comme nous l’avons noté dans notre couverture précédente, une mission d’entretien de la navette spatiale devait visiter le télescope l’année suivante. Si les choses ne se passent pas comme prévu, il y a un réel danger que le télescope continue simplement à orbiter sereinement bloqué en mode sans échec pendant que les ingénieurs réfléchissent à un plan B.

    Le processus de commutation devrait démarrer aujourd’hui, le 15 juillet et, si tout se passe bien, les opérations scientifiques devraient reprendre d’ici la semaine prochaine.

    Puisque demain est vendredi, nous lèverons ensuite une bière aux ingénieurs travaillant à la restauration du télescope. Et en croisant les doigts pour que le flux de la science reprenne avant longtemps. ®

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *