Sortie du port WebAssembly expérimental de LibreOffice

  • FrançaisFrançais



  • Presque exactement un an après que nous l’ayons couvert pour la dernière fois, une version expérimentale de LibreOffice compilée pour WebAssembly (surnommée LOWA) est apparue.

    Soyez averti, c’est environ 300 Mo, donc le chargement prend un certain temps, mais vous pouvez l’essayer ici dans votre navigateur.

    Il est basé sur la base de code encore prototype de LibreOffice 7.4 et n’est pas encore prêt pour une utilisation en production. Étant donné que LibreOffice est une grande base de code, dont certaines parties datent de plusieurs décennies, il s’agit d’une justification significative de WebAssembly. Il y a plus d’informations sur le port ici, à partir d’une présentation de Thorsten Behrens au FOSDEM 2022, qui a eu lieu ce mois-ci.

    Le registre a couvert WASM depuis sa création, notamment en examinant son fonctionnement. Même s’il n’est pas exempt de critiques, il a des objectifs ambitieux et un nombre croissant de supporters. Les développeurs LOWA utilisent Emscripten pour compiler le code principalement C++ de LibreOffice dans WASM. Emscripten ciblait à l’origine Asm.js, qui était l’un des ancêtres de WASM, aux côtés de Google Native Client ou NaCl.

    Aujourd’hui, WASM a remplacé les deux. Parallèlement à l’interface WASI avec le navigateur hôte, des efforts sont également déployés pour lui permettre de s’exécuter directement sur un système d’exploitation sous-jacent, c’est-à-dire pas dans un navigateur, tel que Wasmer et Wasmtime.

    Compte tenu de la popularité et de la prise en charge généralisée de WASM, il est tout à fait possible qu’il puisse encore supplanter la JVM en tant qu’environnement d’exécution standard pour les applications multiplateformes.

    Comme le navigateur est la plate-forme cible qui évolue le plus rapidement, si vous êtes sceptique, vous pourriez vous demander s’il est sage de baser une infrastructure aussi importante dessus. L’endroit logique semblerait être au cœur du système d’exploitation lui-même.

    Le premier système d’exploitation à essayer de le faire était Taos du groupe Tao. La version 2 s’appelait Elate et plus tard Intent, et a remporté un certain soutien. Il est presque devenu l’AmigaOS de nouvelle génération. Le registre même mentionné une ou deux fois avant de noter que l’entreprise a fait faillite.

    Le dernier descendant de Research Unix et Plan 9 des Bell Labs est Inferno. Voici comment votre humble vautour l’a décrit en 2013.

    Inferno fait également abstraction de l’architecture du processeur, en utilisant une VM (Dis, comparable à la JVM mais atteignant jusqu’au noyau du système d’exploitation) et un langage de programmation portable spécial de type sécurisé : Limbo.

    Inferno est toujours là, et est maintenant gratuit et open source. Il fonctionne sur du matériel natif, y compris les smartphones, et peut être intégré à d’autres applications. Son langage de programmation Limbo est l’un des ancêtres du Go.

    Nous ne disons certainement pas que WASM est voué à l’échec. Il se porte déjà très bien et va sûrement prospérer. Tout ce que nous disons, c’est qu’il reste encore beaucoup à apprendre, notamment d’Inferno, notamment en termes de compacité, de rapidité et d’intégration dans l’OS, mais pas de succès commercial. ®

    Note de démarrage

    Si un lecteur possède une copie d’AmigaDE 1.3, qui a été distribué sur un CD de couverture, veuillez nous contacter. Jusqu’à présent, c’est perdu pour l’histoire.

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.