Red Hat conseille sa Fedora 33: la version bêta introduit Btrfs comme système de fichiers par défaut, .NET sur ARM64, plus une variante IoT

  • FrançaisFrançais


  • Red Hat a publié Fedora 33 beta, avec l’article fini attendu à la fin de ce mois, ainsi que la version 7.9 de Red Hat Enterprise Linux.

    Red Hat a trois distributions Linux principales: Fedora, Red Hat Enterprise Linux (RHEL) et CentOS. «Fedora est vraiment l’endroit où nous prenons des risques et des risques et effectuons tout ce travail d’intégration important entre différents composants», a déclaré Mike McGrath, vice-président de l’ingénierie Linux. “En supposant que nous décidions de les suivre, ils se dirigent vers RHEL, soit dans la prochaine version majeure, soit dans une version mineure.”

    RHEL est la principale version commerciale, et CentOS une version communautaire basée sur RHEL, en fait une version non commerciale.

    Fedora est donc toujours un bon endroit pour voir ce qui va suivre. Quoi de neuf dans 33? Il y a une excellente documentation ici. Un changement notable est que Btrfs est désormais le système de fichiers par défaut pour les éditions de bureau. «Fedora a tendance à se concentrer davantage sur les ordinateurs de bureau et les ordinateurs portables, et RHEL à se concentrer davantage sur les serveurs», a déclaré McGrath.

    L’adoption de Btrfs était motivée par la communauté, selon McGrath. Les avantages incluent la capture d’instantanés, la prise en charge des fichiers très volumineux, la détection des disques SSD, la déduplication et la correction des erreurs d’arrière-plan. “Nous souhaitons ajouter de nouvelles fonctionnalités, tout en réduisant l’expertise nécessaire pour faire face à des situations telles que le manque d’espace disque”, indiquent les notes. Cela dit, le wiki Btrfs note que “la base de code est en cours de développement intensif”. Bien pour Fedora, mais pas idéal pour RHEL, il faudra donc peut-être un certain temps avant que ce soit la valeur par défaut.

    Fedora 33 étend également l’utilisation de earlyOOM (Out of Memory) à la version KDE. Ce composant tue automatiquement le plus gros processus si la mémoire libre passe en dessous d’un niveau critique. C’est mauvais, mais meilleur qu’un système complètement gelé. “Une fois que vous avez atteint ce tueur de MOO, le système peut être instable”, a déclaré McGrath, soulignant que ce n’est pas une solution, mais plutôt une atténuation d’un scénario déjà mauvais.

    Un autre changement est que Fedora 33 fournit une variante IoT à une édition officielle de Fedora. Le défi de l’IoT n’est pas seulement que le système d’exploitation doit être léger (souvent il exécutera des conteneurs), mais aussi que les mises à jour doivent être automatisées. Fedora IoT utilise rpm-ostree pour maintenir le système d’exploitation à jour avec la dernière image du système d’exploitation de base, ainsi que des packages supplémentaires si nécessaire. “L’édition IoT était en incubation depuis un certain temps, et nous en faisons la promotion dans une édition, qui est légèrement plus officielle”, a déclaré McGrath. “Nous nous attendons à voir beaucoup plus d’adoption.”

    Fedora 33 voit également GNOME mis à jour à 3.38 dans la variante Workstation, une gestion thermique améliorée, nano comme éditeur par défaut et des mises à jour des langages de programmation et des environnements d’exécution, y compris l’introduction de .NET Core sur l’architecture ARM64. «Nous avons eu de la chance avec les utilisateurs de .NET», a déclaré McGrath, reconnaissant les progrès de Microsoft dans la réalisation de projets open source.

    Pourquoi Red Hat publie-t-il une mise à jour 7.9 vers RHEL, alors que la version 8.2 est déjà disponible, et 8.3 en version bêta? C’est la réponse de l’entreprise au conflit potentiel entre les nouvelles fonctionnalités et la compatibilité.

    «À partir de RHEL 8, nous avons décidé d’avoir un calendrier de publication plus prévisible», a déclaré McGrath. “La stabilité est très importante dans l’entreprise, et lorsque nous publierons un RHEL 8, il sera pris en charge pendant 10 ans ou plus.” Au fur et à mesure que de nouvelles fonctionnalités sortent au cours de ces 10 années, «il devient de plus en plus difficile pour nous de rattacher ces fonctionnalités à ce qui était un temps de calcul très différent. Notre solution a donc été de faire une version majeure tous les trois ans et une version mineure tous les six mois. Nous avons besoin d’un endroit pour insérer des fonctionnalités nouvelles et de dernière minute, sans perturber la base d’installation actuelle. Bien que nous ayons des promesses de compatibilité entre [7 and 8], il y a des fonctionnalités clés qui sont différentes, que si nous avions essayé de les mettre en 7, elles casseraient et perturberaient définitivement le flux de travail de l’utilisateur. “

    RHEL 7.0 est sorti en 2014. La 7.9 est-elle la dernière mise à jour majeure? «J’adorerais que ce soit le cas. J’espère vraiment que c’est le cas», a déclaré McGrath.

    McGrath a également mis en évidence ce qu’il considère comme une fonctionnalité clé dans la famille RHEL (bien qu’elle puisse également être installée sur d’autres distributions), qui est l’outil d’administration basé sur le navigateur Cockpit. «La raison pour laquelle j’aime tant cela est que pour quelqu’un qui vient d’un environnement Windows ou qui n’est pas familier avec Linux, cette console Web offre une excellente interface. C’est une interface avec laquelle je suis même à l’aise, même si je dépense la plupart de mon temps dans la console. “

    Microsoft, bien sûr, est passé à une solution similaire avec son Windows Admin Center, mais dans la direction opposée, des outils d’administration de bureau GUI au navigateur Web. Cela ressemble à un consensus; et cela profitera à Red Hat car cela rend la migration un peu plus facile. ®

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *