OpenZFS v2.0.0 cible Linux et FreeBSD – dommage pour les soucis de licence Oracle

  • FrançaisFrançais


  • Le projet OpenZFS, anciennement appelé ZFS sous Linux, a publié la version 2.0.0 avec de nouvelles fonctionnalités majeures. La version précédente était la version 0.86 en octobre. Linux et FreeBSD sont pris en charge.

    ZFS a presque 20 ans. Il a été développé en 2001 par Sun Microsystems et le code open-source a été publié avec OpenSolaris en 2005. Il a été porté sur FreeBSD en 2008, et la même année, le projet ZFS sur Linux a commencé. En 2013, le projet OpenZFS a été annoncé. ZFS sur Linux était une implémentation d’OpenZFS, mais maintenant que le projet cible également FreeBSD à partir du même référentiel, il s’appelle simplement OpenZFS.

    Oracle Solaris existe toujours et inclut Oracle ZFS, bien que le projet OpenZFS note: “Le code d’Oracle n’étant pas open source, OpenZFS souhaite maintenir la compatibilité avec les versions 29 à 35 du pool Solaris ZFS est difficile à réaliser.”

    OpenZFS est plus qu’un système de fichiers car il comprend également la gestion des volumes, la vérification de l’intégrité, l’auto-réparation, le RAID intégré, une capacité théorique presque inconcevablement grande (256 billions de yobibytes sont revendiqués), la compression transparente, le cryptage natif, le stockage et la réplication.

    La numérotation des versions est un peu déroutante car elle a ignoré 1.x. On aurait pu penser qu’une version 1.0 aurait également été déroutante, étant donné la longue histoire de ZFS. L’objectif, selon une présentation du co-fondateur Matt Ahrens au sommet des développeurs OpenZFS en octobre, est d’avoir une version majeure chaque année. Il existe également un plan pour prendre en charge macOS dans OpenZFS 3.0.

    Les nouvelles fonctionnalités de la version 2.0.0 incluent la réargenture séquentielle – c’est-à-dire la reconstruction d’un miroir défaillant – qui, selon les notes de publication, prend “une fraction du temps qu’il faudrait à un résilver de guérison traditionnel”.

    Il existe également une compression ZStandard, qui fonctionne considérablement mieux que ce qui était utilisé précédemment, gzip.

    La compression Zstandard effectue un bien meilleur gzip (gribouillis à gauche) selon les tests ici

    D’autres fonctionnalités incluent la persistance du cache de données L2ARC lors des redémarrages, ce qui permet d’économiser du temps de préchauffage; améliorations des performances telles que l’envoi et la réception ZFS plus rapides, utilisés pour répliquer les données entre les pools ZFS et la possibilité d’envoyer des sous-ensembles de données; et une meilleure prise en charge du bootloader.

    OpenZFS a l’air génial, mais il existe des problèmes de licence Oracle potentiels qui ont amené Linus Torvalds à refuser les demandes de fusion de ZFS dans Linux “jusqu’à ce que j’obtienne une lettre officielle d’Oracle signée par leur principal conseiller juridique ou de préférence par Larry Ellison lui-même.”

    L’observateur Linux Michael Larabel a commenté: “OpenZFS 2.0 est une putain de version – c’est vraiment dommage que de nombreuses distributions Linux et les développeurs du noyau en amont ne le soutiennent pas en raison d’incompatibilités de licence avec le noyau en amont et Oracle n’ayant pas pris de mesures pour améliorer cette situation . “

    Cela dit, Canonical propose ZFS en option dans Ubuntu depuis 19.10. En 2016, Dustin Kirkland, qui fait partie de l’équipe produit et stratégie Ubuntu de la société, a déclaré qu’il avait “effectué un examen juridique” et conclu qu’il “agissait dans les limites des droits accordés”. ®

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *