OneWeb abandonne les lancements depuis le port spatial russe de Baïkonour

  • FrançaisFrançais



  • Le conseil d’administration du fournisseur de constellations de satellites OneWeb a déclaré ce matin qu’il avait voté la suspension de tous les lancements depuis Baïkonour, un jour après que l’agence spatiale russe a déclaré que le décollage de ce week-end était incertain.

    Roskosmos hier exigé le “retrait du gouvernement britannique des actionnaires de OneWeb” après avoir demandé la garantie que les satellites ne seraient pas utilisés à des fins militaires. Il a déclaré dans le tweet (traduit vaguement) : “En relation avec la position hostile du Royaume-Uni envers la Russie, une autre condition pour le lancement du vaisseau spatial OneWeb le 5 mars est le retrait du gouvernement britannique des actionnaires de OneWeb.”

    La situation était déjà précaire après que le gouvernement britannique a été invité à reconsidérer le lancement par le député de l’opposition Darren Jones.

    La société de satellites en difficulté a été en partie renflouée par le gouvernement britannique en 2020. Un demi-milliard de dollars a été dépensé par Whitehall pour l’acquisition (ainsi que 500 millions de dollars supplémentaires de Bharti Global) et le déploiement de la constellation de satellites de première génération de la société. devait être terminé fin 2022.

    Cela semble maintenant quelque peu douteux, étant donné la dépendance de OneWeb à la fusée russe Soyouz pour transporter ses satellites en orbite.

    Le mois dernier, la société a lancé 34 autres satellites au sommet d’un Soyouz depuis l’installation d’Arianespace en Guyane française, portant le total en orbite à 428. Au total, la société indique que la constellation achevée serait de 558 actifs avec jusqu’à 100 en réserve en orbite. 36 autres satellites devaient être lancés depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan à 22h41 UTC le 4 mars.

    La question de savoir comment récupérer ces 36 satellites de Baïkonour est également sujette à caution – nonobstant la déclaration d’aujourd’hui – nous avons demandé à OneWeb, mais la société n’a pas encore répondu.

    Le lancement sur un Soyouz depuis la Guyane française est également hors de question. Le patron de Roscosmos, Dmitri Rogozine, cette semaine vanté du retour de 29 personnes à Moscou depuis la Guyane française et de 56 autres partant dans “un avenir proche”.

    OneWeb est dans une situation impossible, tout comme une grande partie de l’industrie spatiale. Les moteurs russes alimentent un très grand nombre des plus gros lanceurs du monde. L’Atlas V de United Launch Alliance (ULA) brûle actuellement sa réserve de moteurs RD-180 russes avant le retrait du booster dans quelques années, tandis que l’Antares de Northrop Grumman utilise des moteurs RD-181 russes dans sa première étape. Le premier a suffisamment de moteurs pour mener à bien le programme, le second en a assez pour effectuer les deux prochaines missions de fret vers la Station spatiale internationale (ISS).

    Des alternatives existent. Il y a le Falcon 9 de SpaceX, bien qu’Ariane 5 de l’ESA soit à la fois chère et proche de la retraite (et Ariane 6 est à quelques années d’être opérationnelle), et le manifeste de l’Atlas V est en avance sur son remplacement par le Vulcan propulsé par Blue Origin. D’autres fusées, telles que le Neutron de Rocketlab, sont encore dans des années.

    Ce qui nous amène à l’avenir de l’ISS elle-même. La NASA aimerait garder l’avant-poste en orbite jusqu’en 2030, mais cette semaine, Roscosmos a exprimé son “scepticisme” quant à l’extension au-delà de 2024 sous sanctions. L’astronaute de la NASA Mark Vande Hei doit actuellement revenir sur Terre à la fin de ce mois dans une capsule russe Soyouz.

    Rogozine posté une séquence de tweets la semaine dernière, où il s’est insurgé contre les sanctions et a averti que sans les cargos russes Progress, “qui sauvera l’ISS d’une désorbitation incontrôlée et tombera aux États-Unis ou en Europe ?”

    La réponse du patron de SpaceX, Elon Musk, a été simple.

    Pourrait-il être fait? Peut-être. Le cargo Cygnus a la capacité de rebooster l’ISS (si la station est réorientée) et d’autres plans prévoient des véhicules Dragon supplémentaires pour remplacer les capacités du segment russe de l’avant-poste.

    Le temps presse pour l’ISS – 2024 n’est pas si loin. ®

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.