Mary Coombs, première femme programmeuse commerciale, décède à 93 ans

  • FrançaisFrançais


  • Nécrologie La programmeuse britannique Mary Coombs, la première femme à programmer un ordinateur conçu pour des applications commerciales, est décédée le 28 février à l’âge de 93 ans.

    Coombs (née Blood), est née dans le nord-ouest de Londres le 4 février 1929 de William Blood et Ruth Blood (née Petri). Elle est diplômée de l’Université Queen Mary de Londres avec un baccalauréat spécialisé en français. Après avoir passé un été à enseigner l’anglais en Suisse, elle rentre chez elle en 1952 et prend un emploi temporaire dans le bureau de vente de glaces de la chaîne alimentaire J. Lyons & Co.

    Peu de temps après, elle est devenue stagiaire en gestion au bureau des statistiques de l’entreprise. À cette époque, J. Lyons & Co. s’est intéressé à l’application de l’informatique aux opérations commerciales de l’entreprise – supervisant une chaîne de 250 salons de thé et plusieurs maisons d’angle à Londres. L’entreprise a imaginé un test pour trouver des personnes pour programmer le Bureau Electronique de Lyon, ou LEO.

    LEO a été développé à la demande du comptable en chef de J. Lyons & Co., John Simmons, qui a reconnu le potentiel de l’automatisation des opérations commerciales. Simmons a conclu un accord pour financer l’équipe de Cambridge développant le calculateur automatique de stockage de retard électronique (EDSAC) en échange du droit d’en créer une copie.

    L’entreprise de restauration a envoyé une note annonçant un “cours d’appréciation de l’informatique” pour recruter des employés pour aider le programme LEO. Mary Coombs était la seule femme parmi les 10 participants et l’un des deux qui a fini par se voir offrir un emploi de programmeur, l’autre étant Frank Terre.

    “C’était vraiment une sorte de test d’intelligence simple, pour voir si vous pouviez manipuler les choses, élaborer la logique des choses, etc.”, a raconté Coombs dans une histoire orale. [PDF] elle a enregistré pour la British Library.

    Calculer en un temps de vannes

    Après avoir décroché le poste, elle a participé à une formation d’une semaine. Cela impliquait, expliqua-t-elle à son intervieweur, “d’apprendre comment l’ordinateur fonctionnait, ce qui était bien sûr assez différent du fonctionnement réel des ordinateurs modernes, car il s’agissait de vannes et de tubes à retard au mercure.

    “Mais nous avons appris le binaire, nous avons appris comment l’ordinateur réel était organisé, nous avons appris ce qu’on appelait les ordres initiaux, qui étaient les instructions que nous utilisions pour tout prendre et le configurer sur l’ordinateur. Il y avait quelques des choses que vous ne pouviez pas faire à ce stade. Vous pouviez additionner, soustraire et multiplier. Vous deviez utiliser un sous-programme d’instructions pour diviser, vous savez, une soustraction répétitive, un genre de chose.

    L’ordinateur LEO I occupait une pièce entière, fonctionnait à 500 kHz et n’avait que 2 000 mots de 35 bits en mémoire.

    Le premier programme LEO a débuté en novembre 1951. Appelé Bakery Valuations, il a été conçu pour calculer le coût des ingrédients du pain et des gâteaux produits à l’usine Cadby Hall de J. Lyons & Co. à Londres. Selon le Science Museum du Royaume-Uni, il s’agissait de la première application bureautique de routine en temps réel. Par la suite, un programme LEO de traitement de la paie a été développé.

    Coombs a commencé à travailler sur les programmes LEO en 1952. Elle a appris à programmer auprès de John Grover, l’un des premiers programmeurs LEO, et est devenue membre d’une équipe qui comprenait Grover, Leo Fantl et Derek Hemy. Ce groupe a ensuite développé un programme de paie similaire pour la Ford Motor Company.

    Dans son histoire orale, Coombs a décrit le processus de planification avant l’écriture du code, qui n’a pas beaucoup changé au fil du temps.

    “Eh bien, une fois que vous avez une spécification détaillée qui a été convenue, vous devez ensuite dessiner des organigrammes pour montrer comment cela se ferait sur l’ordinateur, avec des cases et des flèches et… et chaque endroit où vous devez prendre une décision ,” dit-elle. “… Les organigrammes avaient tendance à se compliquer avec le temps parce que les programmes avaient tendance à devenir plus compliqués.”

    Certaines choses ne changent jamais

    En 1954, J. Lyons & Co. commercialise LEO sous le nom de Leo Computer Ltd afin de le proposer à la vente à d’autres sociétés. Dans son histoire orale, elle décrit le défi de déboguer le LEO de la taille d’une pièce.

    “Je me souviens d’une soirée particulièrement longue où ça n’arrêtait pas de tourner en rond et on était là toute la soirée, parce qu’il fallait qu’un programmeur soit impliqué là-dedans, les ingénieurs ne pouvaient pas le faire tout seuls”, se souvient-elle. “Et nous avons finalement découvert que l’ascenseur de direction qui montait au cinquième étage où se trouvait la salle de conférence, etc., interférait.

    “Mais il a fallu énormément de temps pour résoudre ce problème, car quelqu’un devait y penser comme une explication possible alors que tout le reste avait échoué. Parce que, évidemment, si l’ascenseur ne fonctionnait pas, cela aurait été une sorte de panne intermittente. Donc c’était assez, assez difficile.”

    Putney High School à Londres a parlé à son ancienne élève Coombs pour cette vidéo sur sa vie et ses réalisations :

    Vidéo Youtube

    Coombs a continué à travailler sur la programmation du LEO II (1957), le premier ordinateur disponible dans le commerce au monde, et du LEO III (1962).

    Leo Computers est devenu une partie d’International Computers Limited (ICL) en 1968 (alors appelé International Computers and Tabulators) et Coombs a continué à y travailler jusqu’à l’année suivante.

    Elle a épousé le programmeur John Coombs en 1955 et a eu une fille, Anne, en 1961, décédée à l’âge de six ans des suites d’un handicap. Elle et son mari ont adopté trois autres enfants, Andrew, Paul et Gillian.

    Son mari est décédé en 2012. Mary laisse dans le deuil Andrew, Paul et Gillian et trois petits-enfants. ®

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *