L’Iran admet joyeusement avoir utilisé la crypto-monnaie pour payer ses importations

  • FrançaisFrançais



  • L’Iran a annoncé qu’il utilisait la crypto-monnaie pour payer les importations, ce qui laisse penser que le pays utilise des actifs numériques pour échapper aux sanctions.

    Le ministre du Commerce Alireza Peyman Pak a révélé la transaction avec le tweet ci-dessous, qui se traduit par “Cette semaine, la première commande d’importation officielle a été passée avec succès avec une crypto-monnaie d’une valeur de dix millions de dollars. D’ici la fin septembre, l’utilisation de crypto-monnaies et de contrats intelligents sera répandu dans le commerce extérieur avec les pays cibles.

    On ne sait pas à quoi Peman Pak fait référence avec sa mention de l’utilisation généralisée de la cryptographie pour le commerce extérieur, et l’identité des pays étrangers qu’il a mentionnés est également obscure.

    Mais l’intention de l’annonce semble claire : l’Iran utilisera la crypto-monnaie pour régler les transactions transfrontalières.

    C’est très important parce que l’Iran est soumis à de vastes sanctions visant à empêcher sa capacité à acquérir des armes nucléaires et à réduire sa capacité à parrainer le terrorisme. Les sanctions empêchent la vente de nombreux produits et technologies à l’Iran, et les institutions financières ne sont pas autorisées à traiter avec leurs homologues iraniens, qui sont pour la plupart boudés dans le monde.

    Comme expliqué dans cet avis [PDF] émis par le Trésor américain, l’Iran a développé de nombreuses pratiques pour échapper aux sanctions, y compris des systèmes de compensation de paiement qui lui permettent de vendre du pétrole en violation des sanctions. Le produit de ces ventes aurait été acheminé vers des groupes terroristes.

    Bien que l’anonymat de la crypto-monnaie ait été largement réfuté, les échanges d’actifs numériques ne sont pas réglementés, de sorte que l’application des sanctions sera plus complexe si l’Iran et ses partenaires commerciaux utilisent la crypto au lieu des monnaies fiduciaires.

    Ce qui ajoute peut-être plus de poids à l’argument selon lequel la crypto-monnaie a peu d’utilisations prouvées au-delà du commerce spéculatif, rendant possible l’industrie des ransomwares et aidant des États autoritaires comme l’Iran et la Corée du Nord à acquérir du matériel pour les armes.

    La mention par Peyman Pak d’accords cryptographiques transfrontaliers “généralisés”, facilités par des contrats intelligents automatisés, représente donc un défi pour ceux qui surveillent et appliquent les sanctions – et quelque chose de nouveau à craindre pour le reste d’entre nous. ®

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.