L’ESA et la JAXA lancent Mercury eyecandy, gracieuseté du vaisseau spatial BepiColumbo

  • FrançaisFrançais



  • La mission conjointe BepiColombo de l’Agence spatiale européenne (ESA) et de l’Agence japonaise d’exploration aérospatiale (JAXA) a renvoyé vendredi ses premières photos de Mercure alors qu’elle effectuait le quatrième des neuf survols planétaires en route pour étudier la planète la plus petite et la plus interne du système solaire.

    Le vaisseau spatial est passé à seulement 199 km de la surface de Mercure alors qu’il recevait une assistance gravitationnelle. Une fois qu’il a atteint une distance réalisable pour les photos (1 000 km), il a capturé et transmis à la Terre 1 024 x 1 024 images en noir et blanc du corps céleste en cratère photobombé par les antennes du module de transfert et la flèche du magnétomètre.

    La pièce de résistance tweetée par la mission a eu lieu à une altitude de 2 418 km à 23h44 UTC. Il représente l’hémisphère nord de la planète, y compris la plaine Sihtu Planitia précédemment inondée de lave et les plaines Rudaki qui entourent le cratère Calvino. Les téléspectateurs peuvent également voir le cratère Lermontov illuminé de 166 km de large, une caractéristique géographique pleine de ce que l’ESA appelle des “creux” où des éléments volatils s’échappent dans l’espace, rendant la zone sur l’image lumineuse.

    BepiColombo a été lancé en 2018 pour une croisière de sept ans et porte le nom du scientifique italien Giuseppe “Bepi” Colombo, l’homme qui a le premier proposé la manœuvre d’assistance gravitationnelle interplanétaire désormais courante sur laquelle repose l’engin. Jusqu’à présent dans son voyage, BepiColombo a effectué un survol de la Terre et deux survols de Vénus en plus du survol de Mercure qui a eu lieu vendredi.

    Les cinq survols restants de Mercury positionneront le vaisseau spatial pour libérer ses deux orbiteurs scientifiques en décembre 2025.

    À ce stade, le Mercury Planetary Orbiter (MPO) de l’ESA et le Mercury Magnetospheric Orbiter (MMO) de la JAXA se sépareront de leur porteur, le Mercury Transfer Module (MTM), et étudieront la planète sur des orbites distinctes pendant un an, ou plus si prolongé, pour comprendre les processus du noyau et de la surface de la planète, le champ magnétique et l’exosphère.

    Les scientifiques espèrent également vérifier s’il y a de l’eau dans certains des cratères près des pôles car ils ne voient jamais la lumière du soleil.

    En tant que seule planète en dehors de la Terre avec un champ magnétique global et la planète la plus proche de son étoile mère, Mercure est d’un grand intérêt pour les boffins de l’espace et BepiColombo n’est certainement pas la première tentative pour comprendre la planète.

    Mariner 10 a effectué trois survols en 1974, mais n’a documenté que 45 % de la surface de Mercure. C’est un objet difficile à étudier étant donné que la moitié de la planète sans atmosphère fait face au soleil atteignant 430°C tandis que le côté obscur maintient des températures extrêmement froides de -185°C.

    Bien que des survols aient eu lieu, pour étudier la planète dans ce cas, il faut vraiment l’idée originale de l’homonyme du vaisseau spatial qui est assistée par la propulsion solaire-électrique de ses propulseurs ioniques. La forte attraction gravitationnelle du Soleil rend les approches directes de Mercure délicates – la quantité de carburant nécessaire pour effectuer une manœuvre de freinage nécessaire ne tiendrait pas sur le vaisseau spatial.

    Pour ceux qui attendent avec impatience le survol, l’ESA a gentiment publié une liste de lecture de 36 chansons pleine d’affirmations positives et de références planétaires, avec un morceau Queen/Freddy Mercury, évitant ainsi de justesse une occasion manquée. ®

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *