Les boffins de la NASA semblent penser que nous valons la peine d’être sauvés de la mort ardente d’un astéroïde, alors ils tirent sur un vaisseau spatial à un moment donné

  • FrançaisFrançais



  • La mission de test de double redirection d’astéroïdes (DART) de la NASA et du Laboratoire de physique appliquée de Johns Hopkins (APL) est en cours après un lancement réussi au sommet d’un SpaceX Falcon 9.

    Il s’agissait du troisième vol de ce propulseur particulier, et le lancement a eu lieu depuis le complexe de lancement spatial de Vandenberg en Californie à 0620 UTC. Le booster a ensuite fait l’atterrissage habituel de SpaceX sur un drone-ship.

    Quant à DART lui-même, la mission est une démonstration de la technique de l’impacteur cinétique pour modifier le mouvement d’un astéroïde. Les cibles, un astéroïde proche de la Terre binaire surnommé Didymos, et Dimorphos, sa lune, seront interceptées par le vaisseau spatial en septembre prochain.

    Le plus grand corps du système Didymos mesure environ 780 mètres de diamètre et sa lune mesure environ 160 mètres, séparée de l’astéroïde d’un peu plus d’un kilomètre. La lune tourne autour du plus gros corps une fois toutes les 11,9 heures. Le plan est d’écraser DART dans la lune à une vitesse d’environ 6,6 km/s. Les scientifiques s’attendent à ce que la collision modifie la vitesse de la lune sur son orbite d’une fraction de 1%. Pas énorme, mais suffisant pour changer la période orbitale de plusieurs minutes et, surtout, être observable depuis la Terre.

    Pour être clair, Didymos et Dimorphos ne constituent pas une menace pour la Terre. Au contraire, la démonstration montrera si, en principe, le crash intentionnel d’un vaisseau spatial sur un astéroïde modifiera sa trajectoire.

    Le vaisseau spatial DART n’a pas beaucoup de charge utile scientifique, mais présentera de nouvelles technologies pour la navigation et les manœuvres ainsi que des panneaux solaires à déploiement (ROSA) pour l’alimentation (une première pour l’espace lointain). La poussée proviendra d’un système de propulsion électrique.

    Le Light Italian CubeSat pour l’imagerie des astéroïdes (LICIACube) de l’Agence spatiale italienne sera également éjecté du vaisseau spatial DART pour faire des observations du système Didymos après l’impact.

    En supposant que tout se passe bien, des observations plus détaillées de l’impact de DART devraient être entreprises par la mission Hera de l’ESA. Hera devrait être lancé sur une Ariane 6 en 2024 pour examiner de près les conséquences de l’impact de DART en 2026. ®

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *