Le télescope spatial James Webb est seulement parti et a déployé son miroir principal

  • FrançaisFrançais



  • Le miroir primaire recouvert d’or du télescope spatial James Webb (JWST) a été entièrement déployé ce week-end, marquant la fin des déploiements majeurs épiques du vaisseau spatial, mais seulement le début de mois d’alignement et d’étalonnage.

    Le déploiement du pare-soleil requis pour garder les choses au frais a été achevé avec succès la semaine dernière alors que le vaisseau spatial se dirigeait vers sa destination finale, une orbite autour du deuxième point de Lagrange (1,5 million de km, soit près de 1 million de miles de la Terre.) Après le déploiement du miroir secondaire, la dernière étape a été le déploiement du miroir primaire du JWST.

    Le miroir primaire segmenté mesure 6,5 mètres de diamètre et se compose de 18 segments de miroir recouverts d’or. Plié pour s’adapter au carénage de la fusée Ariane 5 qui l’a lancée, le premier panneau a été déployé le 7 janvier et le second verrouillé en place le 8 janvier. Le miroir achevé est le plus grand jamais lancé dans l’espace.

    C’est tout un exploit d’ingénierie. Bien qu’il ait été testé de manière exhaustive avant le lancement, tout problème auquel l’équipe aurait pu être confrontée lors du déploiement dans l’espace aurait pu entraîner une interruption brutale de la mission. Contrairement au télescope spatial Hubble à l’époque de la navette, il n’y a actuellement aucun moyen pour les astronautes d’atteindre le JWST. Pourtant, les choses se sont bien passées.

    Comme l’a dit l’administrateur de la NASA, Bill Nelson : “Chaque exploit déjà réalisé et réalisation future est un témoignage des milliers d’innovateurs qui ont consacré la passion de leur vie à cette mission.”

    Il reste encore des mois de travail avant que la collaboration de l’Agence spatiale européenne (ESA), de la NASA et de l’Agence spatiale canadienne puisse commencer les observations. Une autre brûlure arrive et ces 18 segments de miroir primaire doivent être déplacés pour aligner l’optique. Les instruments scientifiques doivent également être calibrés.

    Au fur et à mesure que les agences cochaient chaque étape JWST, les déploiements étaient représentés lors des briefings par des graphiques générés par ordinateur, suscitant la question suivante : « Pourquoi pas de caméras pour surveiller le déploiement de l’observatoire de plusieurs milliards de dollars ? »

    Apparemment, une question raisonnable et qui avait été soulevée et rejetée lors de la conception de l’observatoire. Outre le problème de l’éclairage (le côté exposé au soleil souffrirait de problèmes d’éblouissement et de contraste extrêmes) et de la température (une caméra du côté froid devrait fonctionner à des températures cryogéniques), il y avait la question de l’avantage de la complexité supplémentaire. Certainement par rapport à la télémétrie qui découlerait des divers capteurs mécaniques, thermiques et électriques intégrés à l’engin spatial.

    Le déplacement des segments de miroir individuels hors de leur configuration de lancement devrait être terminé environ 27 jours après le lancement. Un jour et demi plus tard, le JWST achèvera son insertion dans une orbite HALO autour de L2. Il faudra quelques bonnes semaines pour que les instruments refroidissent à l’ombre du pare-soleil et les cinq mois restants seront consacrés à l’étalonnage. ®

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.