Le système de navigation par satellite Galileo reçoit deux nouveaux satellites quelque peu déroutants

  • FrançaisFrançais



  • L’Agence spatiale européenne (ESA) a annoncé dimanche le lancement réussi des 27e et 28e satellites de sa constellation Galileo satnav.

    “Avec ces satellites, nous augmentons maintenant la robustesse de la constellation afin qu’un niveau de garantie de service plus élevé puisse être fourni”, a déclaré le directeur de la navigation de l’ESA, Paul Verhoef.

    Les satellites de 715 kg ont été lancés par le lanceur Soyouz VS-26 exploité par Arianespace depuis le port spatial européen en Guyane française, comme le montre cette photo tweetée par l’ESA :

    Au cours des prochaines semaines, leurs propulseurs embarqués les manœuvreront sur une orbite de 23 222 km tout en étant surveillés pendant la phase de lancement et d’opérations préliminaires par le maître d’œuvre Spaceopal.

    La surveillance aura lieu depuis le propre centre de contrôle de Galileo en Allemagne. Incidemment, c’est la première fois que l’ESA a un entrepreneur pour effectuer une telle surveillance sur site. Habituellement, un site de contrôle de mission externe est requis.

    Un peu déroutant, les nouveaux satellites sont les premiers des 12 satellites Galileo de première génération du système de navigation par satellite. Les lancements précédents utilisaient une conception de « capacité opérationnelle totale » (FOC).

    Des satellites de deuxième génération sont déjà en cours de développement et leur lancement est prévu à partir de 2024. L’ESA a qualifié ces oiseaux de “satellites de navigation les plus avancés, les plus puissants et les plus reconfigurables jamais construits”.

    La constellation de satellites a fourni un positionnement par satellite à plus de 2,3 milliards d’utilisateurs depuis 2016, et l’ESA souhaite davantage de lanceurs de signaux pour deux raisons principales. Premièrement, leur kit et leur orbite sont plus adaptés à la couverture de l’Europe du Nord que leurs prédécesseurs – les satellites GPS américain et Glonass russe. Avant Galileo également, les utilisateurs européens dépendaient de ces constellations précédentes – une situation que l’UE a reconnue comme problématique dans les années 90 au motif que les systèmes d’autres nations pouvaient être dégradés ou désactivés à tout moment.

    Galileo est interopérable avec GPS et Glonass, et l’utilisation de services de base (pensez moins précis) est gratuite et ouverte. ®

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.