Le Solar Orbiter de l’ESA passe en toute sécurité au-delà de la Terre malgré les problèmes de débris en orbite

  • FrançaisFrançais



  • Le Solar Orbiter de l’ESA a terminé son survol de la Terre, collectant des données scientifiques au fur et à mesure, et semble être de retour dans l’espace lointain sans aucune rencontre rapprochée avec des débris en orbite.

    Le survol a eu lieu les 26 et 27 novembre, le vaisseau spatial passant devant la planète à 12 km/s à une altitude attendue d’environ 450 km à son approche la plus proche.

    Le graphique ci-dessous montre le point où les propulseurs du vaisseau spatial ont pris le contrôle, ayant un peu plus de punch que les roues de réaction gérant généralement l’attitude du vaisseau spatial. Le gradient de gravité et les effets atmosphériques rencontrés lors de la brève visite de SOLO à domicile signifiaient qu’un contrôle à grain fin était dispensé en faveur des bottes relativement cloutées des propulseurs.

    Le vaisseau spatial aurait semblé solide comme un roc à un observateur extérieur. Les tracés sur le graphique représentent les taux sur les axes X, Y et Z et ne ressemblent qu’à la toile de fond d’une rave des années 90 en raison de l’échelle (qui est de l’ordre de 10 000 ème de radian par seconde). Cependant, il est assez clair à quel moment le mode de contrôle du propulseur a commencé et à quel moment il s’est terminé.

    Momentum_plot

    Diagramme de quantité de mouvement de Solar Orbiter en 10 000e de radian par seconde pendant le survol de la Terre

    Les ingénieurs craignaient que des corrections supplémentaires ne soient nécessaires pour éviter les débris, mais le survol s’est déroulé sans incident. La trajectoire était dans les limites attendues et le bureau des débris spatiaux de l’ESA a calculé que le risque de collisions sur cette trajectoire était inférieur au seuil auquel un passage à une alternative aurait été nécessaire.

    Le vaisseau spatial est resté occupé avec la gestion de l’émetteur (l’antenne à gain élevé est trop puissante pour être utilisée si près de la Terre, il a donc fallu passer à l’antenne à faible gain et réduire la puissance). Tout s’est déroulé à partir de la chronologie embarquée, mais c’était toujours un soulagement pour les ingénieurs lorsque le signal est revenu, indiquant que le vaisseau spatial était de retour dans sa configuration normale.

    C’était également la première et unique fois que l’observatoire a connu une éclipse solaire, passant environ 30 minutes dans l’ombre de la Terre. Normalement, il “voit” le Soleil tout le temps, étant un observatoire solaire et tout, mais pendant ce temps, les batteries ont fait avancer les choses et des données scientifiques utiles ont été collectées.

    Malheureusement, si vous n’avez pas réussi à apercevoir le vaisseau spatial, vous avez probablement raté votre chance. Les futures rencontres de la sonde (sauf lorsqu’elle se rapproche du Soleil) se feront avec Vénus, la prochaine en 2022 et à nouveau en 2025 et 2026. Si la mission est prolongée (et si le vaisseau spatial continue de fonctionner comme un champion, il n’y a aucune raison de penser qu’il ne le devrait pas à moins que le retour de la science cesse de justifier le coût) des rencontres supplémentaires avec Vénus se produiront en 2028, 2029 et 2030. ®

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.