Le module russe Pirs ISS devrait tomber, tout comme l’intérêt de Moscou pour la station spatiale

  • FrançaisFrançais



  • L’agence spatiale russe a passé le week-end à essayer d’envoyer un module à la Station spatiale internationale et a décidé d’en abandonner un autre.

    Le module que Moscou veut est Nauka, qui a été lancé la semaine dernière après des décennies de retards causés par des problèmes avec ses systèmes de propulsion, la contamination des réservoirs et l’expiration des composants.

    Nauka a rapidement rencontré plus de problèmes car ses systèmes de propulsion et ses capteurs d’amarrage se sont avérés problématiques.

    Le centre de contrôle de mission de Roscosmos a effectué deux corrections de cap vendredi et deux autres samedi dans l’espoir de faire parvenir le module à l’ISS. En supposant que tout se soit déroulé comme prévu, d’autres incendies auront lieu le 27 juillet.

    Quoi qu’il en soit, Nauka semble être en route. Il a même été repéré par un photographe spatial depuis son jardin.

    Le module dont Moscou ne veut pas est Pirs, qui a été boulonné à l’ISS en 2001 mais est devenu un peu décrépit depuis.

    Dans une déclaration en conserve, Roscosmos a déclaré que la décision de retarder le déclassement du module Pirs était basée sur “des données de télémétrie et la nécessité de créer des conditions d’orbite optimales”. Sauf autre modification, la séparation physique devrait avoir lieu le lundi 26 juillet, certaines parties de la structure tombant dans l’océan Pacifique à 14h51 UTC.

    Les cosmonautes à bord de l’ISS ont fermé les trappes de transfert du module Pirs et vérifié l’intensité de la pression au cours du week-end en préparation. Le module est amarré au port côté Terre de l’ISS, en attendant d’être le premier module permanent de l’ISS à être mis hors service et principalement brûlé à la rentrée.

    Les problèmes avec Nauka font écho à l’engagement décroissant de la Russie envers les collaborations spatiales internationales actuelles. En mars, la Russie et la Chine ont signé un vague accord pour partager des connaissances et des outils pour la construction de leur propre Station internationale de recherche lunaire (ILRS) sur le pôle sud de la Lune.

    En avril, Roscosmos a déclaré vouloir lancer son propre laboratoire scientifique en orbite d’ici 2030 après avoir entamé des pourparlers avec la NASA pour se retirer de l’ISS dès 2025. La date est tout à fait plausible car l’accord du Kremlin pour être impliqué dans l’ISS expire en 2024. .

    En juin, le chef de l’espace russe a menacé de se retirer de l’ISS si les États-Unis ne levaient pas les sanctions. Le retrait mettrait fin à 45 ans de collaboration spatiale russo-américaine.

    La station est même divisée en deux sections : une russe, une américaine. La situation semble se diriger vers ce que certains peuvent considérer comme un divorce très décevant, ce qui nous amène à nous demander quelles obligations persistantes les parties pourraient avoir vis-à-vis de leur projet commun. Sans parler de ce qu’il adviendra du partenariat si Nauka n’achève pas son voyage.

    Jack Wright Nelson, chercheur en droit spatial de la Faculté de droit de l’Université nationale de Singapour, a déclaré Le registre:

    Quant aux obligations légales de la Russie envers l’ISS, Nelson a expliqué qu’il n’y en avait pas beaucoup. Le document clé est un traité de 1998 entre les partenaires de l’ISS, complété par divers protocoles d’accord et modalités de mise en œuvre.

    “Ce système prévoit que chaque partenaire conserve la propriété et le contrôle de ses modules, mais répartit également les droits d’utilisation en fonction de ses contributions à l’ISS”, a déclaré Nelson. Il a ajouté que les contributions peuvent être financières, matérielles ou des services comme le lancement et le réapprovisionnement – ​​dont la valeur peut être subjective et difficile à calculer. En outre, au sein de l’ISS, il existe une forte culture de troc, où les partenaires échangent des droits d’utilisation et des services entre eux.

    Nelson a conclu: “Un amarrage réussi de Nauka donnera à Roscosmos un atout orbital précieux et vraisemblablement une plus grande influence et un pouvoir de négociation au sein de la politique complexe de l’ISS.” ®

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *