Le Japon se plaint que les rejets d’eau de Fukushima ont créé un monstre de spam – The Register

  • Français


  • Le Japon a commencé la semaine dernière le déversement des eaux de la centrale nucléaire de Fukushima Daini, et les voisins ne sont pas contents.

    Le secrétaire en chef du cabinet, Hirokazu Matsuno, s’est plaint aujourd’hui du harcèlement en provenance de Chine – des incidents caractérisés par la presse locale comme plus de 200 appels téléphoniques à des restaurants, des hôtels, des appels de harcèlement, des gouvernements locaux et même des écoles, tous protestant contre la libération de l’eau.

    Le Japon insiste sur le fait que les eaux usées de la centrale électrique sinistrée sont sûres, car les concentrations de tritium qu’elles contiennent n’émettent qu’un septième des radiations considérées comme le seuil maximum pour une eau potable. La teneur en carbone 14 de l’eau ne représenterait actuellement que 2 % de la limite supérieure autorisée par la réglementation.

    Les voisins du Japon ne sont pas convaincus. La Chine a qualifié le rejet d’eau d’« action égoïste et hautement irresponsable », a interdit les importations de fruits de mer et a pris note des préoccupations exprimées par la Russie et la Corée du Nord, des commentaires de l’Allemagne selon lesquels de tels rejets d’eau ne sont qu’un dernier recours et de la décision de la Thaïlande de tester les fruits de mer japonais. rigoureusement.

    C’est ce qui se passe également à Hong Kong, où les tests effectués lundi n’ont révélé aucune inquiétude.

    La Corée du Sud a interdit les importations de fruits de mer en provenance du Japon, mais le président Yoon Suk Yeol aurait dégusté un déjeuner de fruits de mer lundi – et a l’intention de le faire tous les jours cette semaine, pour accroître la confiance du public.

    Bien sûr, il est un peu absurde que la Corée du Sud et Hong Kong testent des fruits de mer qui pourraient avoir été pêchés avant le début du déversement d’eau le 24 août, pêchés au loin ou passés très peu de temps à proximité du déversement de Fukushima.

    Pour ce que ça vaut, le ministère japonais de l’Environnement publie des cartes montrant les niveaux de tritium trouvés dans les eaux dans un rayon de 50 km au-delà de Fukushima. Tous sont en dessous des niveaux dangereux. Et ils devraient y rester, si les évaluations des autorités japonaises étaient correctes.

    La confiance dans les autorités japonaises peut être difficile à maintenir étant donné qu’elles ont autorisé la construction d’une centrale nucléaire en bord de mer, dans un pays sujet aux tremblements de terre, et qu’elles lui ont fourni des plates-formes redondantes qui n’ont pas survécu à une combinaison prévisible d’événements. ®

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *