Le gouvernement indien revient aux déclarations d’impôt manuelles alors que le nouveau portail d’impôt électronique reste mal rodé une semaine après son lancement

  • FrançaisFrançais



  • Le département indien de l’impôt sur le revenu a reconnu que son tout nouveau portail d’impôt électronique s’était effondré en autorisant une extension pour certaines déclarations de revenus et en revenant au traitement manuel des documents imprimés.

    Le nouveau portail a été mis en ligne le 8 juin et s’est rapidement avéré sous-optimal, les utilisateurs potentiels se plaignant que cela ne fonctionnait tout simplement pas.

    Le ministre indien des Finances, Nirmala Sitharaman, a rapidement pointé du doigt le développeur du site, le géant indien des services Infosys. Depuis, les plaintes affluent. Le registre a trouvé d’innombrables reproches sur les réseaux sociaux, des plaintes mentionnant que le portail ne se chargeait tout simplement pas ou manquait de fonctionnalités utiles. Ceux qui ont réussi et ont enregistré des problèmes disent que leur numéro d’incident s’est avéré inutile.

    Infosys n’a rien dit sur la situation en public.

    Le gouvernement indien a publié une déclaration selon laquelle certains dépôts reviendront à des processus manuels.

    « Compte tenu des difficultés signalées par les contribuables dans le dépôt électronique des formulaires d’impôt sur le revenu 15CA/15CB sur le portail www. Incometax.gov.in, il a été décidé que les contribuables peuvent soumettre les formulaires susmentionnés au format manuel aux revendeurs autorisés jusqu’en juin. 30th 2021 », indique le communiqué.

    Lors du lancement du nouveau portail, le ministre Sitharaman décrit il s’agit « d’une étape importante pour rendre l’expérience d’observation plus conviviale pour les contribuables. Au service de la nation.

    Cette description n’était peut-être pas tout à fait appropriée, et le gâchis se moque de la prétention du BJP au pouvoir d’être une force de modernisation qui réformera la bureaucratie indienne tristement lente.

    Au moment de la rédaction, ni le gouvernement indien ni Infosys n’ont détaillé les problèmes du portail ni indiqué un délai pour sa restauration. Le registre a approché les deux pour commenter. ®

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *