Lancement du rover Mars ESA-Russie sur la glace après l’invasion de l’Ukraine

  • FrançaisFrançais



  • Il est “très peu probable” que le rover conjoint ESA-Roscosmos Mars, Rosalind Franklin, soit lancé cette année après que la Russie a été frappée par de nouvelles sanctions économiques pour avoir envahi l’Ukraine.

    A l’issue d’une réunion avec ses 22 Etats membres, l’Agence spatiale européenne a confirmé lundi qu’elle “appliquait pleinement les sanctions imposées à la Russie”.

    “Nous déplorons les pertes humaines et les conséquences tragiques de la guerre en Ukraine. Nous accordons la priorité absolue à la prise de bonnes décisions, non seulement dans l’intérêt de notre personnel impliqué dans les programmes, mais dans le plein respect de nos valeurs européennes, qui ont toujours façonné notre approche de la coopération internationale », a déclaré l’ESA. “En ce qui concerne la poursuite du programme ExoMars, les sanctions et le contexte plus large rendent un lancement en 2022 très improbable.”

    Concernant la poursuite du programme ExoMars, les sanctions et le contexte plus large rendent un lancement en 2022 très improbable

    La Russie est de plus en plus isolée économiquement alors qu’elle continue de faire la guerre à l’Ukraine, y compris les sanctions imposées par les États-Unis bloquant les expéditions de semi-conducteurs, de technologie de navigation et d’avionique vers la nation du président Poutine. Aujourd’hui, les efforts de recherche spatiale de Moscou se font sentir.

    L’ESA et Roscosmos avaient signé un accord formel pour rechercher des signes indiquant que Mars abritait autrefois une vie microbienne. Le duo a franchi la première étape de cette mission ExoMars lorsqu’ils ont envoyé avec succès leur Trace Gas Orbiter pour analyser l’atmosphère de Mars en 2016. Le module d’atterrissage Schiaparelli, lancé avec l’orbiteur, a cependant échoué en descendant vers la surface de la planète rouge.

    La deuxième étape du projet, pour faire atterrir le rover Rosalind Franklin – du nom du chimiste anglais – à la surface pour forer et collecter des échantillons de roche martienne, devait décoller de la Terre vers septembre de cette année … mais est maintenant sur non -Glace martienne.

    L’agence spatiale russe s’est également retirée des futurs lancements de Soyouz depuis le port spatial européen de Kourou, selon l’ESA. “Nous évaluerons en conséquence pour chaque charge utile institutionnelle européenne sous notre responsabilité le service de lancement approprié en fonction notamment des systèmes de lancement actuellement en service et des futurs lanceurs Vega-C et Ariane 6”, a-t-il précisé.

    L’ESA a déclaré qu’elle travaillait avec la NASA pour déterminer dans quelle mesure les sanctions contre Roscosmos affecteront la Station spatiale internationale. L’administrateur associé de la NASA, Kathey Leuders, a déclaré lundi que les équipes s’entraînaient et travaillaient toujours ensemble.

    “Nous n’obtenons aucune indication au niveau opérationnel que notre [Russian] homologues ne sont pas engagés dans les opérations en cours », a-t-elle ajouté. ®

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.