L’administration Biden va distribuer 900 millions de dollars pour l’infrastructure des véhicules électriques

  • FrançaisFrançais



  • La recharge des véhicules électriques est sur le point d’être stimulée dans 34 États américains et à Porto Rico, car les responsables gouvernementaux ont approuvé des plans pour commencer à dépenser l’argent des factures d’infrastructure pour la construction de chargeurs de VE.

    Annoncés hier par le département américain des Transports, les lauréats devraient recevoir des fonds de 900 millions de dollars de la loi bipartite sur les infrastructures. Cette loi comprend un total de 5 milliards de dollars alloués sur cinq ans pour un réseau américain de recharge de véhicules électriques.

    Dans le cadre de la première vague de récompenses, le DoT a déclaré qu’il accorderait la priorité aux offres qui placeraient les bornes de recharge à moins d’un mile des autoroutes inter-États, et pas à plus de 50 miles (80 km) les unes des autres, construisant ce qu’il décrit comme des “couloirs de carburant alternatifs”.

    L’administration Biden a déclaré le mois dernier qu’elle souhaitait déployer 500 000 chargeurs de véhicules électriques d’ici 2030. Les 50 États ont soumis des plans, que le DoT espère avoir approuvés d’ici le 30 septembre.

    En plus d’être déployés tous les 50 miles (80 km) et à moins d’un mile d’une sortie, les chargeurs spécifiés dans le plan doivent également respecter certaines normes. Dans son plan National Electric Vehicle Infrastructure (NEVI) [PDF]le DoT a déclaré que les chargeurs doivent inclure au moins quatre chargeurs rapides CC de 150 kW avec des ports capables de charger simultanément quatre véhicules électriques.

    Les prix ne seront décernés que pour des projets ouverts au grand public “ou aux opérateurs de véhicules commerciaux autorisés de plus d’une entreprise”, a indiqué le DoT dans son plan. Il a ajouté que ses normes d’approbation pourraient changer tout au long du projet.

    “Les fonds mis à disposition dans le cadre du programme de formule NEVI peuvent être utilisés pour conclure un contrat avec une entité privée pour l’acquisition, l’installation, l’exploitation et la maintenance d’une infrastructure de recharge pour véhicules électriques accessible au public”, indique le plan.

    Interstate électrique signifie stress local

    En limitant le déploiement précoce de l’infrastructure de recharge des véhicules électriques aux routes inter-États, les voyageurs locaux peuvent se sentir un peu laissés pour compte, ce que Jessika Trancik, professeur au Massachusetts Institute of Technology, a déclaré à l’AP qu’il appartiendrait probablement aux entreprises privées de résoudre.

    “Il est important de voir ce financement comme quelque chose qui, espérons-le, lancera d’autres financements du secteur privé. Ce que le gouvernement peut faire, c’est encourager davantage de financements du secteur privé et faire avancer cette transition vers les véhicules électriques”, a déclaré Trancik.

    Une chose que l’ajout de chargeurs de VE ne résoudra pas est la crise d’électrification imminente qui fait déjà son apparition dans des États comme la Californie, où se trouvent plus de 40% des voitures électriques privées du pays. La Californie a récemment décidé d’éliminer progressivement les véhicules à combustion interne au profit des véhicules électriques, avant d’avertir les résidents une semaine plus tard de ne pas recharger leurs véhicules le soir (généralement les heures de charge maximales) en raison d’une vague de chaleur – pas un super look pour l’avenir tout électrique .

    Alors que de plus en plus de véhicules électriques commencent à rouler sur les autoroutes américaines et que les besoins en énergie pour les recharger augmentent, les réseaux à travers le pays (en particulier ceux des couloirs de carburants alternatifs) seront confrontés à un stress accru. Le plan NEVI du DoT souligne que les chargeurs déployés à l’aide de ses fonds doivent fournir de l’énergie “quelle que soit l’heure de la journée ou de l’année d’une manière qui prend en charge un réseau robuste et fiable”, mais ne fixe aucune règle quant à la manière dont ces chargeurs sont alimentés.

    Le plan NEVI indique que les projets d’infrastructure pour véhicules électriques devraient envisager d’utiliser des sources d’énergie renouvelables et distribuées, mais tout le libellé de l’accord suggère que les énergies renouvelables sont une option et non une exigence.

    Encore un avantage net

    En 2020, le secteur des transports, que l’Environmental Protection Agency (EPA) a défini comme “le mouvement des personnes et des marchandises par voitures, camions, trains, bateaux, avions et autres véhicules”, a généré 27% des émissions de gaz à effet de serre aux États-Unis. Ce n’est pas une majorité, mais c’est plus que tout autre secteur que l’EPA a inclus dans son étude.

    Le retrait des véhicules à combustion interne des routes américaines ne prendra pas en charge les 27%, ni n’éliminera les émissions des centrales électriques traditionnelles au charbon ou au gaz. Même ainsi, faire fonctionner un véhicule électrique avec de l’énergie générée à partir de combustibles fossiles entraîne toujours beaucoup moins d’émissions par véhicule.

    Selon le ministère de l’Énergie, et compte tenu des émissions provenant de la production d’électricité, un véhicule tout électrique est responsable de l’équivalent de 3 932 livres (1,7 tonne métrique) de CO2 entrer dans l’atmosphère chaque année. Un véhicule tout gaz, en revanche, émet 11 435 livres (5,2 tonnes métriques) de CO2 par an. ®

    PS : C’est signalé que Tesla envisage de transférer la production de batteries de l’Allemagne aux États-Unis pour pouvoir bénéficier des incitations EV de l’Oncle Sam.

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.