La Station spatiale internationale a en fait tourné une fois et demie par les propulseurs du module russe errant

  • FrançaisFrançais



  • La Station spatiale internationale a en fait tourné une fois et demie la semaine dernière après que le module russe Nauka qui vient d’être amarré a déclenché de manière inattendue ses propulseurs.

    La NASA a déclaré plus tôt que la combustion soudaine et accidentelle de la fusée avait poussé l’ISS à 45 degrés de son attitude. Zebulon Scoville, directeur de vol travaillant au contrôle de mission de l’agence spatiale américaine au Texas au moment de l’accident, a déclaré aujourd’hui que les effets des tirs aléatoires des moteurs de Nauka étaient plus importants que ceux signalés précédemment.

    L’ISS a en fait pivoté d’un total de 540 degrés par rapport au tir du propulseur et a dû basculer de 180 degrés supplémentaires pour revenir dans la bonne position, a-t-il déclaré au New York Times. L’angle de 45 degrés divulgué par la NASA peu de temps après la bévue – que la Russie a imputée à une défaillance logicielle dans son module Nauka – était ce qui a été rapporté par l’équipage alors que leur station était toujours en mouvement, nous dit-on. Le nombre final est devenu apparent plus tard.

    Scoville – qui n’était même pas censé travailler ce jour-là et supervisait les opérations d’un collègue lié à des réunions – a souligné que la station spatiale n’était pas hors de contrôle et que les sept personnes à bord du laboratoire en orbite n’étaient pas en danger. Une « urgence de vaisseau spatial » a cependant été déclarée.

    “L’analyse post-événement a montré que nous avons connu un changement total d’environ 540 degrés d’attitude”, a déclaré un porte-parole de la NASA. Le registre.

    “Les deux valeurs sont toujours correctes – 45 degrés était le changement total à ce moment-là, 540 était le total déterminé après la fin de l’événement – il y a juste eu quelques problèmes d’interprétation sur ce que cela représentait lorsqu’il a été signalé.”

    La poussée générée par les moteurs de Nauka a maîtrisé les quatre grands gyroscopes en rotation qui maintiennent habituellement la plate-forme stable, entraînant un changement d’attitude indésirable à une vitesse de moins d’un degré par seconde. Mesurant 73 mètres de long et 109 mètres de large, et avec une masse de plus de 400 000 kilogrammes, c’était un véhicule lourd à déplacer.

    Le Nauka avait rendez-vous avec l’ISS le 29 juillet à 1329 UTC, et environ trois heures plus tard, à 1634 UTC, ses propulseurs ont commencé à tirer au hasard pour tenter de se séparer de la station. L’ISS a ensuite tiré ses propres propulseurs, y compris ceux d’un cargo attaché, pour compenser la poussée de Nauka et finalement corriger sa position.

    « Ouais ! Ce. A été. A. Day », Scoville tweeté après la débâcle, qui a duré environ une heure. Nauka a reçu des commandes de ses contrôleurs non seulement pour éteindre ses moteurs, mais aussi pour s’assurer qu’ils ne se déclencheraient pas à nouveau de manière inattendue.

    “La vitesse maximale à laquelle le changement d’attitude s’est produit était d’environ un demi-degré par seconde – bien dans les limites de conception des systèmes de station et suffisamment lente pour passer inaperçue par les membres d’équipage à bord”, a ajouté le porte-parole de la NASA. « Toutes les analyses préliminaires montrent que la station reste en bon état. »

    L’accident a retardé le lancement d’essai sans équipage de Boeing de son vaisseau spatial Starliner, un véhicule que le secteur de l’aérospatiale espère un jour rivaliser avec la capsule Crew Dragon de SpaceX pour emmener les astronautes vers l’ISS et en revenir. Il était prévu de voler le vendredi 30 juillet, puis repoussé à aujourd’hui 3 août.

    Ce vol d’essai, surnommé la mission Orbital Flight Test-2, a de nouveau été bloqué. Il a été nettoyé “en raison d’indications inattendues de position de soupape dans le système de propulsion Starliner”, selon la NASA. L’agence spatiale espère réessayer le 4 août à 1657 UTC. ®

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *