La NASA retarde le retour en arrière de SLS en raison de préoccupations concernant le chemin difficile vers la rampe de lancement

  • FrançaisFrançais



  • La fusée Moon de la NASA doit retourner dans son hangar aujourd’hui après un retard causé par des inquiétudes concernant la chenille.

    Le transporteur massif utilisé pour déplacer le système de lancement spatial entre le bâtiment d’assemblage de véhicules (VAB) et la rampe de lancement nécessite une voie de niveau et les équipes ont travaillé sur la voie inclinée menant à la rampe de lancement où réside actuellement la fusée pour assurer une répartition uniforme des roches. pour soutenir le lanceur mobile et la fusée.

    La dernière répétition en tenue humide s’est achevée le 20 juin après que les ingénieurs ont “masqué” les données des capteurs qui auraient mis un terme à la procédure. Une fois de retour dans le VAB, les ingénieurs prévoient de remplacer un joint sur la déconnexion rapide de l’ombilical du mât de service de queue. La pile reviendra ensuite à la rampe de lancement pour ce que la NASA espère ardemment être la dernière fois avant un lancement longtemps espéré fin août.

    Ce premier lancement est un test sans équipage du système Artemis, et se traduira par l’envoi de la capsule Orion et du module de service européen (ESM) autour de la Lune et le retour de la capsule sur Terre.

    Le chemin de chenille du Kennedy Space Center de la NASA en Floride est une route rocheuse de 6,8 km. Construite à l’époque glorieuse du programme Apollo, la conception initiale de la route prévoyait de l’asphalte, mais les ingénieurs ont réalisé que le matériau ne serait pas capable de supporter le poids immense du transporteur sur chenilles. De plus, il a été découvert que tourner le transporteur entraînerait des dommages à la machinerie ainsi qu’à la route, nécessitant une refonte.

    Finalement, la NASA a sélectionné des roches de rivière, principalement du quartz, rondes et de 3 à 4 pouces de diamètre. Les rochers agissent comme des roulements lorsque la chenille tourne et absorbent de l’énergie lorsqu’elle est écrasée.

    L’usure signifie que la roche, posée de 8 à 12 pouces d’épaisseur, doit être remplacée tous les 10 ans selon l’utilisation. L’écrasement intense, d’abord des cheminées de Saturne, puis de la navette, et maintenant du SLS, est tel que les roches sont broyées jusqu’à la taille de cailloux.

    La dernière mise à niveau majeure a eu lieu en 2014 et les ingénieurs s’attendent à une performance répétée avant le lancement d’Artemis II, ainsi qu’à un remplacement plus fréquent des roches grâce au poids de la pile. ®

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.