La NASA retarde l’alunissage en équipage jusqu’en 2025, invoquant une infaisabilité technique

  • FrançaisFrançais



  • La NASA a retardé la première mission avec équipage d’Artemis sur la Lune jusqu’en 2025, plutôt que la 2024 précédemment prévue.

    La date butoir de 2024 a été initialement fixée par l’administration Trump en 2017. L’échec de ce calendrier n’est pas uniquement Trumpy. George HW Bush et George W. Bush avaient fait de même, Jr déclarant que les États-Unis devaient le faire d’ici 2020 et Daddy Bush donnant des directives beaucoup plus vagues.

    “L’objectif de l’administration Trump d’un atterrissage humain en 2024 n’était pas fondé sur la faisabilité technique”, a déclaré le chef de la NASA, Bill Nelson, lors d’une conférence téléphonique au cours de laquelle il a présenté la première mise à jour majeure d’Artemis sous l’administration Biden-Harris.

    Il a également donné quelques montants en dollars, annonçant que le développement du vaisseau spatial Orion utilisé dans la mission Artemis a atteint 9,3 milliards de dollars depuis 2012 grâce au premier test en vol en équipage qui aura lieu au plus tard en mai 2024.

    La mission Artemis comprend une série de missions utilisant le système de lancement spatial (SLS) de la NASA, la fusée la plus puissante jamais construite par l’agence. Artemis I (prévu en 2022) est un test sans équipage du SLS et de son vaisseau spatial Orion. Artemis II (2024) sera le premier vol d’essai en équipage de la série et devrait parcourir 40 000 milles au-delà de la Lune, plus loin dans l’espace qu’aucun humain n’a jamais voyagé auparavant. Ce n’est qu’une fois ceux-ci terminés que l’alunissage d’Artémis III aura lieu. Un Artemis IV est également prévu pour 2026, et Artemis V à VIII à ce stade sont «proposés».

    Comme si le calendrier de l’alunissage d’Artemis n’était pas assez agressif en termes d’ingénierie, la NASA est aux prises avec des problèmes juridiques depuis que Blue Origin a poursuivi l’agence spatiale en affirmant qu’elle avait injustement attribué à son rival SpaceX un contrat de 2,94 milliards de dollars pour développer l’atterrisseur lunaire prévu pour être utilisé. dans Artémis III.

    «Nous sommes satisfaits de l’évaluation approfondie par la Cour fédérale des réclamations des États-Unis du processus de sélection des sources de la NASA pour le système d’atterrissage humain (HLS), et nous avons déjà repris les conversations avec SpaceX. Il est clair que nous sommes tous les deux impatients de reprendre le travail ensemble et d’établir un nouveau calendrier pour nos premières missions de démonstration lunaire », a déclaré Nelson, qui a ensuite rassuré son auditoire que retourner sur la Lune aussi rapidement et en toute sécurité que possible est une priorité de l’agence.

    En plus de l’impossibilité technique d’un calendrier serré et du procès, l’administrateur de la NASA a cité COVID-19, le Congrès ne s’appropriant pas suffisamment de fonds pour la compétition SLS et les défis généraux de développement pour la première fois comme aggravant le retard.

    Nelson a déclaré que la NASA prévoyait de lancer une sollicitation officielle au printemps prochain pour des services récurrents de systèmes d’atterrissage humain, alors peut-être que ce sera le coup de Jeff Bezos pour un gros contrat gouvernemental.

    SpaceX, quant à lui, poursuit le développement de son propre “Starship”, une fusée avec une capacité de charge utile supérieure à celle de SLS et également une meilleure réutilisation. La NASA a envisagé d’utiliser Starship dans le cadre du programme Artemis, y compris pour les missions lunaires en équipage. ®

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *