Google au visage pierreux traîne Android Things derrière l’étable. Deux coups de feu retentissent

  • FrançaisFrançais



  • Google abandonne sa plate-forme Android Things IoT pour les utilisateurs non commerciaux. La Chocolaterie n’autorisera pas la création de nouveaux projets après le 5 janvier et l’ensemble de la plateforme sera bombardée l’année suivante.

    Cela signifie que toutes les données du projet – des images de l’appareil aux configurations de construction – seront définitivement supprimées. Les utilisateurs non commerciaux seront également empêchés d’envoyer des mises à jour OTA aux appareils.

    Google s’est tout d’abord plongé dans les eaux troubles du développement de l’IoT lors de l’édition 2015 de sa conférence I / O avec son système d’exploitation Brillo. L’année suivante, cela a été rebaptisé Android Things.

    En son cœur se trouvait une version allégée d’Android qui fonctionnerait avec plaisir sur des cartes de calcul basse consommation. Le Raspberry Pi 3B, le NXP i.MX7D et la plate-forme Edison d’Intel, basée sur Atom, qui a été discrètement abandonnée par Chipzilla à la mi-2017, étaient tous présentés comme des options pour les amateurs. Les utilisateurs commerciaux pourraient profiter de plates-formes spécialisées telles que MediaTek, Qualcomm et NXP.

    Sur le plan logiciel, les développeurs pourraient utiliser les outils de développement, les langages et les frameworks Android standard avec lesquels ils sont familiers, tout en tirant parti des API conçues pour fonctionner correctement avec l’écosystème IoT plus large.

    En théorie. Il a fallu près de deux ans pour qu’Android Things atteigne sa version 1.0, et l’appétit commercial était au mieux tiède, avec seulement quelques fournisseurs qui se sont inscrits. Neuf mois plus tard, Google a annoncé qu’il recentrerait Android Things pour cibler un plus petit nombre de produits, à savoir des haut-parleurs et des écrans intelligents. C’est un énorme bond en avant par rapport à son plan initial de créer une plate-forme IoT complète qui alimenterait tout, des installations artistiques aux kits grand public et industriels plus sophistiqués.

    Parallèlement à cela, Google a largement recentré sa stratégie IoT pour ne plus proposer un système d’exploitation sous-jacent à l’utilisation de Google Assistant sur d’autres appareils tiers. Cela s’est manifesté en janvier 2019, lorsque Google a lancé Google Assistant Connect, qui permettrait aux fabricants d’intégrer Assistant dans leurs produits quel que soit le système d’exploitation sous-jacent qu’ils utilisaient.

    Mais qu’en est-il des amateurs? Eh bien, ce n’est pas comme s’ils n’avaient pas beaucoup de choix: de la myriade de distributions Linux orientées IoT à Windows 10 IoT Core, de nombreuses options sont disponibles. Et c’est sans mentionner les goûts d’Arduino. Ce n’est pas comme si le retrait d’Android Things laissait un vide majeur sur le marché.

    Pourtant, c’est ennuyeux pour ceux qui ont signé. Google ne dit pas grand-chose sur la continuité, sauf que les utilisateurs non commerciaux peuvent télécharger leurs images et les flasher manuellement sur leurs appareils. Au-delà de cela, il semble que la meilleure option soit de passer à une autre plate-forme avec un support à long terme.

    Si vous êtes un amateur surpris par cette nouvelle, nous aimerions avoir de vos nouvelles dans la section commentaires ci-dessous. ®

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *