Et maintenant, pour quelque chose de complètement différent: un navigateur léger et rapide qui ne gaspillera pas vos données

  • FrançaisFrançais



  • Chrome est peut-être à la mode de nos jours, mais d’autres options qui ne sont pas Mozilla continuent d’être développées.

    Un exemple typique est le Flow d’Ekioh: une bête intéressante, n’étant pas un fork d’un navigateur existant (bien que SpiderMonkey de Mozilla exécute des tâches JavaScript) et ayant ses origines dans des décodeurs (STB).

    Initialement écrit comme un navigateur SVG (“parce que SVG était bien plus rapide que HTML”, selon le PDG d’Ekioh Piers Wombwell), tout est rendu entièrement sur le GPU. Le navigateur, qui utilisait les blitters 2D présents dans de nombreux décodeurs, a pu rendre des interfaces utilisateur haute définition avec animation et a été déployé sur des dizaines de millions de décodeurs.

    Le développement a débuté en 2006 et bien que le résultat soit un navigateur SVG hautes performances, le HTML était très demandé.

    L’équipe a commencé par implémenter le support XHTML dans le navigateur SVG avant de suivre la route HTML complète et d’ajouter également le multithreading, à la Servo, au code de mise en page. Grâce en partie à la cible initiale des STB, remarquable pour être suffisamment bon marché pour que les fournisseurs puissent donner plutôt que leur puissance brute, Flow a évolué pour devenir un navigateur compact et performant prenant en charge le dernier ensemble de fonctionnalités HTML5 tout en profitant du multithreading et du GPU accélération.

    Wombwell nous a donné une version en cours de développement, que nous avons exécutée sur Ubuntu 20.04. Les premières impressions étaient bonnes. L’exécutable Flow pesait un peu moins de 34 Mo et était heureusement exempt de la balle que les autres fabricants de navigateurs ont tendance à inclure avec leurs produits. Cependant, il était également exempt de friperies telles que l’historique, les boutons de navigation ou même un endroit où taper une URL.

    C’est vraiment un moteur de navigateur.

    Pourtant, transmettre une URL via la ligne de commande n’était pas une difficulté, et même en développement, les performances étaient rapides. La compatibilité était impressionnante; nous avons pris les tests Acid vénérables (et non plus maintenus) pour un tour sans problème et avons trouvé la majorité des sites que nous avons consultés chargés sans problème.

    Il y avait cependant quelques exceptions notables. Gmail a eu un peu de mal, car Google a insisté sur le fait que “ce navigateur ou cette application n’est peut-être pas sécurisé” sur certaines tentatives, mais a chargé le client de messagerie sur d’autres. De même, Google Maps était également un peu malheureux; très bien montrant des images satellite et Street View, mais moins avec l’affichage d’une carte réelle. Les versions Web de Microsoft Office ont également eu du mal à se charger et Netflix a simplement ignoré le mot de passe entré.

    Pour être clair, il s’agit en grande partie d’un navigateur en développement, et le fait qu’une petite équipe ait pu produire un moteur de rendu qui gère non seulement certains des CSS les plus ésotériques du marché, mais aussi avec des performances décentes, ne doit pas être reniflé. à.

    En ce qui concerne le code, Wombwell nous a dit: “C’est une source fermée à cause du modèle de licence – nos revenus proviennent de la licence aux fabricants intégrés. Il a été financé par les revenus des navigateurs SVG et TV, donc pas de soutien des grandes entreprises (ou VC).

    «Notre feuille de route», a-t-il ajouté, «dépend beaucoup des exigences des clients».

    Les ajouts récents incluent le support WebGL, nécessaire à un partenaire. L’audio Web de base, la grille CSS et la cryptographie Web sont en cours. Ce dernier devrait atténuer les problèmes de connexion à certains sites.

    L’un des principaux avantages de Flow est le manque de slurpage. Wombwell a expliqué: “Il n’y a pas de données envoyées au vaisseau mère, non, et je ne pense pas que nous le ferons jamais (certainement pas sans autorisation explicite). Les plus proches pourraient être les mises à jour automatiques, ce qui est en quelque sorte nécessaire, mais elles ne seront pas collectées. données d’utilisation ou quoi que ce soit. “

    Les cookies et trackers sont cependant tous autorisés. «Cela doit changer», a convenu Wombwell, «mais ce n’est pas une priorité par rapport au lancement de sites Web.

    Navigateur HTML léger Flow

    «Nous sommes conscients de ses limites et travaillons rapidement pour les supprimer», a-t-il ajouté. Flow n’a pas été accessible au public avant décembre “principalement parce que qui voudrait un navigateur qui ne peut pas se connecter à son site préféré?”

    La première version publique (en dehors du monde des décodeurs) a ciblé le Raspberry Pi-400.

    «Nous testons toujours les pilotes propriétaires de Broadcom (sur une carte de référence STB) car c’est ce qui est livré sur les STB, mais le Pi semble maintenant être une bonne cible», a déclaré Wombwell. “Cela me semble un bon premier choix de plate-forme, dans la mesure où tout le monde est pareil – pas de combo de cartes graphiques bizarres.”

    Les personnes en possession d’un Pi-400 peuvent télécharger un aperçu du navigateur ici, et comme il s’agit d’un travail en cours, les développeurs recherchent des commentaires sur ce qui est un peu bancal. Les progrès peuvent être suivis via Twitter. ®

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *