Des sommités Linux discutent des efforts pour intégrer Rust au noyau

  • FrançaisFrançais



  • Sommet Open Source Le discours d’ouverture du Sommet Open Source de Linus Torvalds et le “Kernel Report” de Jonathan Corbet ont discuté des efforts pour autoriser les modules Rust dans Linux.

    La prochaine version du noyau sera la 6.0, mais comme toujours, le changement de numéro de version majeur ne dénote pas de changements techniques majeurs. Torvalds a reconnu qu’il aurait peut-être été souhaitable d’avoir une fonctionnalité de titre telle que “vous pouvez maintenant développer des pilotes dans Rust”, mais cela n’arrivera probablement pas avant le noyau 6.1.

    Jusqu’à présent, il existe un groupe de travail et un patch préliminaire a été soumis. Il existe également deux pilotes préliminaires implémentés dans le nouveau langage, qui sont discutés en profondeur sur LWN : un pilote pour les lecteurs NVMe et un serveur intégré au noyau pour le protocole réseau 9P du système d’exploitation Plan 9.

    Certains problèmes importants subsistent cependant. Les compilateurs sont un gros obstacle : actuellement, le noyau est généralement compilé avec GCC, la collection de compilateurs GNU, mais Rust est généralement compilé avec le compilateur rival LLVM.

    Ce n’est pas un deal-breaker complet. Le noyau boîte être construit avec le compilateur LLVM C, Clang, et le processus est documenté. C’est ainsi qu’Android, ChromeOS et OpenMandriva compilent leurs noyaux. Un hic important avec la construction du noyau avec Clang, cependant, est la prise en charge de l’architecture du processeur. Seuls x86 et Arm sont bien pris en charge de cette façon, et les autres architectures ne sont pas encore aussi solides.

    Le revers de la compilation du noyau avec Clang est la compilation de Rust avec GCC. Il existe un frontal expérimental du compilateur Rust-on-GCC, bien que la page du projet note :

    Et…

    Cependant, comme le rapporte notre site sœur DevClass, cela pourrait atterrir dans GCC 13. Pour suivre le développement de Rust dans GCC, suivez le blog du développeur principal Phil Herron.

    Le développeur Miguel Ojeda a écrit sur le raisonnement qui sous-tend cet effort et a présenté une mise à jour du statut lors de la Linux Plumbers Conference qui a chevauché le sommet Open Source. Ses diapositives [PDF] ont des informations détaillées, parlant des améliorations potentielles de la stabilité de la sécurité de la mémoire bien améliorée de Rust par rapport à C.

    Il y a déjà un pilote NVMe fonctionnel dans le noyau, donc le nouveau pilote est destiné à la recherche, comme l’a décrit le développeur Andreas Hindborg dans son discours, qui a suivi la présentation d’Ojeda – la vidéo YouTube concerne toute la micro-conférence Rust. Préparez-vous à ce que cela devienne technique, comme les diapositives de Hindborg [PDF] démontrer.

    Le Reg Le bureau FOSS a demandé à notre compilateur apprivoisé, Mark Morgan Lloyd, son évaluation de l’importance de Rust. Comme il l’a dit:

    Rust utilise évidemment des accolades qui bercent les imprudents dans un sentiment de sécurité. Cependant, son modèle d’affectation sous-jacent est suffisamment nouveau pour que je sois enclin à l’appeler un frère d’ALGOL plutôt qu’un dérivé… et à peu près tous Le langage à usage général (à l’exception de Smalltalk, LISP, Forth et APL) est un dérivé d’ALGOL, vous voyez donc à quel point il est grand.

    Un risque de son adoption, cependant, a été résumé dans le rapport sur le noyau du rédacteur en chef de LWN, Jonathan Corbet. Pour citer “un développeur de noyau de longue date” de ses diapositives [PDF]le problème n’est pas seulement le conservatisme parmi les développeurs, mais l’implication que Rust est souhaitable simplement en raison de sa sécurité mémoire :

    Vidéo Youtube

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.