Des informaticiens de l’Université d’Édimbourg envisagent des cours sans “Alice” et “Bob”

  • FrançaisFrançais



  • Un groupe de travail de la School of Informatics de l’Université d’Édimbourg en Écosse a proposé une série d’étapes pour « décoloniser » le programme d’études en informatique, qui consiste notamment à essayer « d’éviter d’utiliser des noms à prédominance occidentale comme Alice/Bob (comme c’est courant dans le littérature sur la sécurité informatique).”

    Les noms Alice et Bob ont été utilisés pour représenter deux utilisateurs d’un système de cryptographie à clé publique, décrit dans un article de 1978 de Ronald Rivest, Adi Shamir et Leonard Adleman, “A Method for Obtaining Digital Signatures and Public-Key Cryptosystems”. Et depuis lors, une variété d’autres noms pour la plupart occidentaux comme Eve – jouant un écouteur interceptant les communications – ont été utilisés pour illustrer des scénarios de sécurité informatique dans des articles universitaires connexes.

    Le groupe de travail de la School of Informatics reflète l’engagement de l’Université d’Édimbourg en faveur de la diversité, de l’équité et de l’inclusion et de respecter les obligations spécifiques énoncées dans les réglementations écossaises telles que l’Equality Act 2010 et le Public Sector Equalities Duty.

    La recommandation de nom a été rapportée le mois dernier par The Telegraph, qui a cité des documents universitaires internes. Le registre a déposé une demande d’accès à l’information auprès de l’Université pour obtenir les documents, qui ont été ajoutés au site Web de l’Université à la suite du rapport du Telegraph.

    Le document pertinent consiste en un fichier PDF qui décrit les activités et les discussions du groupe de travail, composé des professeurs de l’École d’informatique Cristiana-Adriana Alexandru, Kobi Gal, Jane Hillston, Nadin Kokciyan et Vijay Nagarajan, qui est également directeur de l’égalité. , la diversité et l’inclusion à l’École d’informatique.

    Les premiers jours encore

    Dans une lettre à Le registre, Tessa Ewart, responsable de la conformité des informations à l’Université d’Édimbourg, a expliqué que l’effort de décolonisation en cours ne se traduit pas par des règles spécifiques.

    “L’université n’a pas de politique ou de règles spécifiques qui stipulent que les noms ‘Alice’ et ‘Bob’ ne doivent pas être utilisés dans le contexte de la littérature sur la sécurité informatique”, a expliqué Ewart. “L’École d’informatique a organisé une série d’ateliers axés sur la décolonisation du programme d’études, pour que le personnel enseignant envisage l’inclusion dans le programme d’études et la prestation de tout cours dont il est responsable.”

    “Ces conversations sont résumées dans un rapport publié sur les activités visant à décoloniser le programme d’études en informatique, dont l’utilisation de la terminologie mentionnée dans l’article du Telegraph n’est qu’un exemple. Pour confirmer, ce rapport est destiné à guider et informer, et est pas mandaté.”

    Le site Internet de l’école reconnaît que le terme « décolonisation » est mal défini.

    “La décolonisation est la perturbation et le démantèlement des structures et des comportements coloniaux”, explique le site Web, sans identifier ces structures ou comportements.

    « Il est ouvert à l’interprétation ce que « décoloniser » signifie dans une discipline qui a été inventée en grande partie après l’ère coloniale, mais nous en profitons pour réexaminer ce que nous enseignons afin que nous puissions identifier et supprimer tous les obstacles à la participation , rendant le programme et l’expérience d’apprentissage aussi inclusifs que possible.”

    Certaines des ressources fournies aux professeurs au cours de ce processus se livrent à des spéculations plutôt fantaisistes dans le but de faire valoir que les entreprises technologiques sont analogues aux puissances coloniales. Par exemple, cet essai de 2015 référencé dans le résumé de l’atelier, « Colonialisme technologique », postule que les magasins éphémères sur barges en échec de Google pourraient avoir été une expérience d’autosouveraineté :

    “Google a une histoire d’expériences de test bêta, et les Google Barges auraient pu être une première tentative de stabilisation de la mer. La stabilisation de la mer est la tentative de créer des entités non gouvernementales en dehors des frontières reconnues et de s’affranchir du contrôle juridique. Si la technologie les entreprises pourraient créer des sites maritimes, puis elles pourraient mettre en place des opérations en dehors des restrictions légales. »

    Mais le résumé du groupe de travail lui-même offre au moins quelques suggestions pratiques supplémentaires sur ce que la décolonisation pourrait impliquer.

    Les exemples cités dans le document incluent « éviter d’utiliser un maître/esclave pour représenter des agents informatiques et utiliser à la place un coordinateur ou des travailleurs » – une décision prise par de nombreux projets et entreprises open source ces dernières années – et éviter d’utiliser des stéréotypes rebutants pendant l’enseignement.

    Le résumé du groupe de travail aborde également la nécessité de prendre en compte les questions éthiques telles que les biais de l’IA, de reconnaître la diversité culturelle en citant les travaux fondamentaux de cultures non occidentales et d’être conscient des pionniers sous-représentés.

    Le document conclut que les instructeurs de cours devraient examiner leurs programmes d’études pour déterminer comment rendre le contenu et la prestation des cours inclusifs.

    « L’Université s’engage à intégrer l’égalité, la diversité et l’inclusion dans tout notre travail et à développer une culture positive où tous les membres du personnel et les étudiants sont en mesure de développer leur plein potentiel », a déclaré Ewart. “Notre engagement continu envers l’égalité et la diversité joue un rôle essentiel pour assurer le succès de l’Université en tant qu’institution civique formidable pour les étudiants et le personnel.”

    Même si votre nom est Alice ou Bob. ®

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *