Boeing et Rocket Lab espèrent le meilleur car tous deux retournent à la rampe de lancement après des échecs

  • FrançaisFrançais



  • Deux vaisseaux spatiaux avec beaucoup à prouver sont prêts à être lancés dans les prochains jours.

    Le premier est la capsule Calamity de Boeing, le vaisseau spatial CST-100 Starliner, qui devrait décoller au sommet d’une fusée Atlas V de United Launch Alliance depuis le complexe de lancement spatial 41 de la station spatiale Cape Canaveral en Floride.

    La mission vers la Station spatiale internationale (ISS) est une reprise après la quasi-catastrophe du premier test sans équipage de Boeing, où une variété de pannes dues à des tests incertains ont obligé la capsule à faire un retour rapide sur Terre.

    La capsule Crew Dragon de SpaceX, malgré son propre whoopsie, a depuis transporté des astronautes vers et depuis l’ISS pendant que Boeing résolvait les problèmes.

    Boeing a beaucoup à faire sur ce lancement, ainsi que le Starliner. Après une période infernale financièrement en 2020, la société a annoncé une augmentation de 44% de ses revenus en glissement annuel à 16,99 milliards de dollars pour le deuxième trimestre civil. Son flux de trésorerie d’exploitation était négatif à hauteur de 483 millions de dollars, mais mieux qu’il y a un an, lorsque ses sorties d’argent étaient de 5,28 milliards de dollars.

    Une mission réussie permettrait donc de lisser les sourcils froncés à tous les niveaux de l’entreprise. Le lancement est prévu pour 1853 UTC le 30 juillet si le temps joue au ballon. Les prévisions actuelles prévoient une probabilité de 40 pour cent de conditions favorables.

    Le petit lanceur satellite Rocket Lab tentera également un retour en vol cette semaine avec un lancement depuis son complexe de lancement néo-zélandais 1 pour l’US Space Force.

    La mission, dont la fenêtre s’étend sur 12 jours à partir du 29 juillet (de 0600-0800 UTC), consiste à déployer un satellite de démonstration parrainé par l’Air Force Research Laboratory appelé Monolith et a été surnommé “C’est un petit Chili ici” dans un clin d’œil au chili vert du Nouveau-Mexique où est basé le programme d’essais spatiaux.

    La mission est le 21e lancement d’Electron et était censée décoller du complexe de lancement 2 du port spatial régional Mid-Atlantic sur l’île Wallops de la NASA, en Virginie. Le processus de certification en cours pour le système de terminaison de vol autonome de Rocket Lab a entraîné le déménagement en Nouvelle-Zélande.

    Le prédécesseur de la mission, “Running Out Of Toes”, s’est soldé par un échec après qu’un problème avec l’allumeur du moteur du deuxième étage a interrompu l’ordinateur du moteur et envoyé le contrôle du vecteur de poussée du moteur Rutherford “en dehors des paramètres nominaux”, provoquant un arrêt prématuré.

    Le premier étage Electron n’a pas été affecté et a été récupéré dans l’océan comme prévu. ®

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *